Rampage-2-La-vengeance-d-un-sniper-Rampage-Capital-Punishment-2014-1

 

Genre : action (interdit aux - 12 ans)
Année : 2014
Durée : 1h33

Synopsis : Après s'être terré deux ans dans la clandestinité, Bill Williamson veut frapper de nouveau un grand coup pour lutter contre les pouvoirs de la finance qui régissent le monde. Bill va monter une action spectaculaire en prenant en otage le personnel d'une plateforme de télévision pour lui permettre de diffuser à grande échelle ses messages de combat.  

La critique :

Avec le premier Rampage, Uwe Boll a marqué des points, non seulement auprès de fans, mais aussi auprès d'une certaine presse qui le dénigrait et l'abhorrait par le passé. Désormais, Uwe Boll est considéré comme un réalisateur possédant un potentiel et surtout une certaine insolence. L'air de rien, Rampage - Sniper En Liberté constitue le ou l'un de ses meilleurs films.
La fin du premier volet laissait envisager une suite, soit Rampage 2 - La Vengeance d'un Sniper, sortie directement en vidéo (tout comme son prédécesseur) en 2014. Entre les deux premiers chapitres, cinq années se sont écoulées. Uwe Boll n'a pas perdu son temps en réalisant des films polémiques, notamment Auschwitz.

Le cinéaste, scénariste et producteur allemand a donc de plus grandes ambitions. Désormais, Uwe Boll a même des revendications politiques. C'est ce qu'il tente d'annoncer et de véhiculer avec Rampage 2, finalement assez éloigné de son modèle, même si la trame scénaristique reste peu ou prou identique. Attention, SPOILERS ! Après s'être terré trois ans dans la clandestinité, Bill Williamson veut frapper de nouveau un grand coup pour lutter contre les pouvoirs de la finance qui régissent le monde.
Bill va monter une action spectaculaire en prenant en otage le personnel d'une plateforme de télévision pour lui permettre de diffuser à grande échelle ses messages de combat.

10341_5

 

Brendan Fletcher reprend le rôle de Bill Williamson. Viennent également s'ajouter Lochlyn Munro et Mike Dopud. Visiblement, Uwe Boll a revu ses ambitions à la hausse pour cette suite avec un discours beaucoup plus engagé et politisé. C'est d'ailleurs ce qui différencie Rampage 2 de son prédécesseur. En effet, avec le premier opus, Uwe Boll réalisait certes un film d'action simpliste, mais non dénué d'une certaine cohérence, un peu à la manière d'un Elephant, mais en nettement plus bourrin.
Film courageux, Rampage remplissait largement son office en nous plongeant dans le quotidien amer et morose de Bill Williamson, un jeune adulte replié sur lui-même, irascible et taciturne.

Bill est de retour, lui aussi avec de nouvelles ambitions. Cette fois-ci, il n'est plus seulement question de décimer la population locale, mais d'adresser un message politique et révolutionnaire à l'Amérique toute entière. Mieux encore, suite à son sinistre exploit du passé, Bill est devenu la nouvelle icône (ou idole) des extrémistes. Après avoir pris en otage le personnel d'une plateforme de télévision, notre psychopathe terroriste prône désormais une idéologie marxiste.
En effet, Bill assène et martèle la dictature du prolétariat. Lui qui assassinait sans vergogne la gente populaire, se voit désormais comme le porte-parole de ces nouveaux pauvres. 

064300

Plus qu'un paradoxe, un oxymore ! Et même une contradiction évidente, qui n'a pas l'air de trop gêner Uwe Boll. Que les choses soient claires. Rampage 2 n'est rien d'autre qu'un film de propagande. Certes, le long-métrage n'est pas très élogieux envers les Etats-Unis, qu'il admoneste et vitupère.
Néanmoins, ses messages insolents et politiquement incorrects ne valent guère mieux que certaines discussions au café du commerce. Bien sûr, Uwe Boll réalise un portrait au vitriol de la bourgeoisie capitaliste, de nos dirigeants (évidemment tous corrompus), des lobbys, de notre individualisme, d'une société qui prône l'égotisme, l'hédonisme et donc le nombrilisme.
Le seul problème, c'est que les revendications de notre criminel sont au mieux caricaturales, au pire d'une bêtise insondable. Visiblement, avec Rampage 2, Uwe Boll se veut être lui aussi le porte-parole de la classe ouvrière et populaire. Vaste chimère... Tout ce qui faisait la sympathie et l'originalité du premier épisode est ici oublié, effacé et annihilé au profit d'un film délétère et (encore une fois) propagandiste.
Bref, et vous l'avez compris, Rampage 2 n'est rien d'autre qu'un très gros navet. 

Côte : Navet

 

sparklehorse2 Alice In Oliver