jeu d'enfant

 

genre: horreur, épouvante, slasher (interdit aux - 12 ans)
année: 1989
durée: 1h27

l'histoire : Pour ses six ans, Andy Barclay est comblé, sa mère lui fait cadeau d'une poupee parlante, joufflue à souhait nommée Chucky. Andy est fou de sa poupée et lui seul connait son secret. Chucky sait faire bien des choses, elle est même capable de tuer.  

La critique :

Au milieu des années 1980, le réalisateur américain, Tom Holland, s'est déjà distingué dans le cinéma bis avec Vampire, vous avez dit vampire ?, un film d'horreur qui obtient un succès inattendu. Durant cette même décennie, le slasher est le nouveau genre de prédilection du cinéma horrifique. Les Griffes de la Nuit, Halloween, la nuit des masques et Vendredi 13 cartonnent en vidéo et dans les salles obscures. Tous ces films signent surtout l'avènement du croquemitaine au cinéma.
Tom Holland va donc créer un nouveau criminel psychopathe, pour le moins très original. Son nom ? Chucky. Bienvenue dans Jeu d'Enfant, sorti en 1989 !

En l'occurrence, le nom et la personnalité de Chucky s'inspirent de plusieurs tueurs américains tristement célèbres : Charles Manson, Lee Harvey Oswald et James Earl Ray. Au niveau de ses influences, Jeu d'Enfant s'inspire également de deux autres films d'horreur dans lesquels il est aussi question de poupées démoniaques : Dead of Night (Au Coeur de la Nuit) et Devil Doll (Poupée Diabolique).
Tout comme Halloween et ses congénères, Jeu d'Enfant va lui aussi connaître un immense succès au cinéma. Plusieurs suites seront réalisées. 
Au niveau de la distribution, le long-métrage réunit Catherine Hicks, Chris Sarandon, Alex Vincent et Brad Dourif.

jeu_d_enfant_child_s_play_1988_portrait_w858

Après Jason Voorhees, Freddy Krueger et Michael Myers, Chucky devient la nouvelle figure mythique du cinéma horrifique. Reste à savoir si la réputation de Jeu d'Enfant est bel et bien justifiée. Réponses dans les lignes à venir... Attention, SPOILERS ! Charles Lee Ray est un tueur en série psychopathe qui, en tentant d'échapper aux forces de l'ordre, est tué dans un magasin de jouets.
Avant de mourir, il utilise la magie vaudou pour placer son esprit dans une poupée. Karen Barclay offre à son jeune fils Andy cette poupée qui imite le physique d'un petit garçon roux en salopette. 
Il s'agit d'une poupée "Brave Gars", qui fait fureur auprès des jeunes à cette époque, et qu'Andy souhaitait posséder.

Sous ses airs de petite série B horrifique, Jeu d'Enfant apparaît également comme une petite critique, assez lapidaire, il faut bien le dire, de notre société consumériste. Tom Holland égratigne assez gentiment l'industrie du jouet. Paradoxalement, le cinéaste confère à ce film d'épouvante un aspect ludique et humoristique. Tom Holland varie également les hostilités.
Le début de Jeu d'Enfant commence comme un thriller policier. Par la suite, le long-métrage prend la forme d'une comédie dramatique à caractère familial qui suit le quotidien d'une jeune mère, Karen Barclay, qui vit seule avec son fils, Andy. 
Enfin, au bout de vingt minutes de pellicule, le film se transforme en slasher horrifique à l'humour licencieux et égrillard.

Jeu_d_enfant_2

A partir de là, Jeu d'Enfant suit un cheminement logique et classique. Tom Holland abandonne très vite (trop vite) sa diatribe de l'univers consumériste pour se concentrer sur sa poupée démoniaque. En outre, la marionnette se montre particulièrement prolixe. Jeu d'Enfant peut alors s'appuyer sur la personnalité de sa poupée dénuée de toute humanité.
Hélas, même sur ce dernier point, la psychologie de Chucky reste assez limitée. En dehors de balancer quelques fadaises, anathèmes et quolibets, la poupée ne présente pas non plus un très grand intérêt. Tom Holland confère à Chucky une aura fantastique et incantatoire. Chucky n'est rien d'autre qu'une poupée vaudou. Hélas, la magie noire et mystérieuse est rapidement délaissée au profit d'un slasher assez inégal. 

Bien sûr, on relève ici et là quelques bonnes idées et plusieurs séquences assez réussies. Néanmoins, rien de sensationnel au programme. Ensuite, en dehors de Chucky lui-même, les personnages secondaires ne présentent pas non plus un très grand intérêt. De ce fait, difficile de s'attacher aux aventures d'Andy Barclay, un mouflet sans histoire. Enfin, le scénario reste assez prévisible, linéaire et superficiel.
Gros succès (encore une fois) dans les années 1980, Jeu d'Enfant a tout de même bien souffert du poids des années. 
Aujourd'hui, cette série B d'épouvante paraît assez obsolète et inoffensive. D'ailleurs, le retour récent de la poupée machiavélique dans La Malédiction de Chucky n'a pas spécialement déchaîné les passions.

Note: 11/20

 

sparklehorse2 Alice In Oliver