secret planète des singes

 

Genre : science-fiction
Année : 1970
Durée : 1h35

Synopsis : L'astronaute Brent est envoyé au secours de Taylor, mais s'écrase à son tour sur la "planète des singes". Cherchant à retrouver son compagnon avec l'aide de Nova, il suit sa trace jusque dans la "Zone Interdite" où il découvre une société de mutants humains télépathes.

La critique :

Ted Post est un réalisateur, scénariste et producteur américain essentiellement spécialisé dans les séries télévisées. Il a notamment signé plusieurs épisodes de Perry Mason, The Defenders (Les Accusés en France), Columbo et de La Quatrième Dimension. Pour le cinéma, Ted Post est surtout connu pour deux films : Pendez-les haut et court et Magnum Force.
Vient également s'ajouter Le Secret de la Planète des Singes, sorti en 1970, qui est évidemment la suite de La Planète des Singes de Franklin J. Schaffner en 1968. Inutile de préciser que ce second chapitre est attendu au tournant. Néanmoins, dès le départ, on est en droit de se demander quelle est l'utilité de ce second chapitre.

En effet, le premier volet se concluait de façon pessimiste avec un Taylor (Charlton Heston) pantois et offusqué par la folie des hommes. Mais le premier film a connu un immense succès commercial. Mieux encore, La Planète des Singes est même salué et plébiscité par les critiques et la presse cinéma. A l'époque, la Fox connaît de nombreux problèmes financiers.
Leurs dernières productions en date, en particulier Tora ! Tora ! Tora, se sont soldées par des échecs commerciaux. Il faut donc renflouer les caisses. Les producteurs font alors appel aux services de Pierre Boulle, l'auteur du roman original, pour écrire les premières ébauches du scénario de Le Secret de la Planète des Singes. Toutefois, le script de Pierre Boulle ne convainc pas spécialement la Fox.

Le_secret_de_la_planete_des_singes_photo_1

L'écrivain et essayiste Paul Dehn est engagé par les studios. Il modifie largement les grandes lignes du scénario et inclut l'idée d'une guerre nucléaire dans l'histoire. Parallèlement, la Fox contacte Franklin J. Schaffner, le réalisateur du premier film. En vain. Ce dernier est déjà sur le tournage de Patton. Les producteurs engagent alors Ted Post pour réaliser Le Secret de la planète des Singes.
Le cinéaste accepte à contrecoeur, peu convaincu par le scénario, trop éloigné de l'ambiance sombre et eschatologique de son prédécesseur. La distribution du film réunit James Franciscus, Kim Hunter, Maurice Evans, Linda Harrison et Charlton Heston. Quant à Roddy McDowall et Lou Wagner, ils ne participent pas au casting de ce second chapitre, mais apparaissent dans le prologue (extrait de la fin du premier film).

Attention, SPOILERS ! Ayant perdu le contact avec l'équipage du vaisseau Icare du Capitaine Taylor, la NASA lance une mission de secours, composée de deux astronautes : le capitaine Donovan Maddox et le lieutenant John Brent. Suivant le même itinéraire que George Taylor et son équipage, les deux hommes s'écrasent à leur tour sur la planète des singes.
Unique survivant du crash, Brent découvre avec l'aide de Nova que ce monde, en plus d'être gouverné par les singes, abrite également une communauté de mutants humains télépathes. Ces derniers, qui vouent un culte à la bombe atomique, ont élu domicile dans ce que les singes nomment la "zone interdite", qui n'est autre que New York
 en ruines. 
Or, le belliqueux général gorille Ursus, désireux d'étancher sa soif de conquêtes, projette de l'envahir.

SECRET-PLANETE-SINGES--1-

A l'instar de son prédécesseur, Le Secret de la Planète des Singes connaîtra lui aussi un immense succès au cinéma. Seule différence : cette fois, les critiques sont loin d'être dithyrambiques. La qualité de cette suite est jugée comme étant largement inférieure au chef d'oeuvre de Franklin J. Schaffner. Pour l'anecdote, Charlton Heston ne voulait pas participer au projet pointant les nombreuses faiblesses d'un scénario souvent grotesque et ridicule. Il accepte cependant d'y apparaître à condition que son personnage meure, lui évitant ainsi d'apparaître dans d'éventuelles suites.
Les noms d'Orson Welles et de Burt Reynolds seront rapidement évoqués. Mais les deux acteurs déclineront eux aussi l'invitation. Finalement, James Franciscus est engagé pour son étonnante ressemblance avec Charlton Heston.

Hélas, la comparaison s'arrête bien là. Autant le dire tout de suite : ne vous attendez pas à subir à nouveau le choc du premier volet. Le Secret de la planète des Singes n'est pas le digne épigone de son prédécesseur, loin de là. Cette suite flirte davantage avec la série B mal troussée et réalisée avec les moyens du bord, plutôt modestes pour une production de cette envergure et censée relancer les finances de la Fox. Vous pouvez aussi oublier le périple et les aventures de Charlton Heston, très discret dans ce second chapitre, et échangé par un nouveau tocard blondinet au regard bovin : James Franciscus.
En outre, cette suite n'apporte rien à son modèle. Pourtant, les 45 premières minutes font vaguement illusion, tout en empruntant largement au premier. Les pérégrinations de John Brent (James Franciscus) ressemblent étrangement à celles de Taylor, l'imagination et le talent en moins.

Retro planete des singes 4

Puis, peu à peu, Le Secret de la Planète des Singes perd le fil de son scénario avec cette étrange secte composée d'humains télépathes. Certes, ce second volet tente d'amorcer une critique (très vite éludée) de la Guerre Froide via une bombe atomique adoubée et sacralisée au rang d'une divinité. Reste le plaisir de retrouver le fameux Taylor, claquemuré dans une petite cellule quelque part dans la Cité Interdite. On relève parfois quelques séquences d'action plutôt bien senties, hélas vite reléguées par un scénario abscons, prosaïque et fuligineux. En l'état, il sera nécessaire de visionner Le Secret de la Planète des Singes comme une petite série B d'action et de science-fiction. Sans plus.
Bref, pas un navet... Mais pas loin !

Note : 06/20

sparklehorse2 Alice In Oliver