terminator 3

Genre : science-fiction, action
Année : 2003
Durée : 1h49

Synopsis : Dix ans ont passé depuis "Le Jugement dernier". Désormais âgé de 22 ans, John Connor vit dans l'ombre, sans foyer, sans travail, sans identité. Mais les machines de Skynet parviennent à retrouver sa trace. Ils envoient alors vers le passé la T-X, un androïde nouvelle génération quasi-invulnérable, pour éliminer le futur leader de la résistance humaine mais également Kate Brewster, une jeune vétérinaire. Un autre Terminator, le T-101, est venu protéger la vie de John Connor. Ensemble, l'homme et la machine vont mener une lutte acharnée contre la T-X : de l'issue de ce combat dépendra le futur de l'humanité

La critique :

Souvenez-vous. Dans Terminator 2 : Le Jugement Dernier, le film se terminait sur les lignes d'une longue route obombrée. Pour Sarah Connor, l'avenir paraissait un peu moins obscur. Depuis le film de James Cameron, plus de dix ans (douze ans pour être exact) se sont écoulés. Et la guerre entre les hommes et les machines est toujours d'actualité avec Terminator 3 : Le Soulèvement des Machines.
Cette fois-ci, James Cameron décide d'abandonner définitivement la saga et cède le flambeau à un certain Jonathan Mostow. Une décision qui va avoir ses corollaires. Désormais, la franchise est condamnée à balbutier, à tanguer et même à se chercher un second souffle. Souffle qu'elle ne retrouvera jamais, que ce soit sous la direction de Jonathan Mostow pour Terminator 3, de McG pour Terminator Renaissance, et enfin celle d'Alan Taylor pour Terminator Genisys.

Désormais, la saga est confiée à de vulgaires tâcherons et semble vouée à l'opprobre et aux gémonies. En l'état, Terminator 3 reste probablement le dernier épisode "valable" de la franchise. A condition d'oublier et d'oblitérer les deux précédents épisodes, beaucoup plus ambitieux que ce remake à peine déguisé du deuxième. Pourtant, James Cameron a relancé plusieurs fois le projet d'un troisième opus auprès de la 20th Century Fox, hélas sans succès. Le réalisateur est nûment renvoyé dans ses pénates.
Parallèlement, Arnold Schwarzenegger apprend l'éviction de James Cameron et se montre plutôt réticent à l'idée d'un troisième Terminator. Qu'à cela ne tienne, ce dernier accepte de rempiler dans la peau du T-800 contre une forte somme d'argent. Ou Hollywood, quand tu nous tiens...

t3

Viennent également s'ajouter Nick Stahl, Claire Danes, Kristanna Loken, David Andrews, Earl Boen et Moira Harris. Pour le rôle de Katherine Brewster, l'actrice Sophia Bush sera longtemps pressentie mais sera rapidement évincée par Claire Danes. Pour jouer le T-X, nouvelle arme de destruction massive estampillée Skynet, plusieurs actrices seront également auditionnées : Famke Janssen, Carrie-Anne Moss ou encore Peta Wilson. Finalement, c'est Kristanna Loken qui est retenue pour le rôle.
Au moment de sa sortie, Terminator 3 : Le Soulèvement des Machines connaît un vif succès dans les salles obscures. Paradoxalement, les avis sont assez mitigés. L'absence de James Cameron derrière la caméra se fait furieusement sentir. Terminator 3 est-il la catastrophe annoncée ? Réponse dans les lignes à venir.

En outre, le scénario du film est plutôt laconique. Attention, SPOILERS ! Dix ans ont passé depuis "Le Jugement dernier". Désormais âgé de 22 ans, John Connor vit dans l'ombre, sans foyer, sans travail, sans identité. Mais les machines de Skynet parviennent à retrouver sa trace. Ils envoient alors vers le passé la T-X, un androïde nouvelle génération quasi-invulnérable, pour éliminer le futur leader de la résistance humaine mais également Kate Brewster, une jeune vétérinaire. 
Un autre Terminator, le T-101, est venu protéger la vie de John Connor. Ensemble, l'homme et la machine vont mener une lutte acharnée contre la T-X : de l'issue de ce combat dépendra le futur de l'humanité. Bref, on prend les mêmes (ou presque...) et on recommence ! 

1242919892_terminator-3-rise-of-the-machines_2

Ici, point de réflexion sur cette guerre post-apocalyptique entre les hommes et les machines. A priori, ce Terminator 3, qui annonce pourtant le soulèvement des machines, se veut terriblement ambitieux. Hélas, très vite, le long-métrage montre ses limites... dès ses premières minutes en vérité. La guerre se déroulant dans le futur est à peine esquissée. Il faudra se contenter de quelques petites saynètes furtives et peu éloquentes sur un avenir dicté par la loi des machines.
Quant à Arnold Schwarzenegger, il n'est plus ce bodybuilder véloce et charismatique du passé. L'acteur a vieilli et la franchise avec lui. Terminator 3 se contente au mieux de citer et/ou de reprendre ce qui a fait le succès de ses deux augustes prédécesseurs : de l'action à satiété, un affrontement entre deux cyborgs, diverses déflagrations et un simulacre de scénario. 

Quant à la fameuse insurrection de Skynet, il faudra attendre les vingt dernières minutes pour voir les robots se mutiner contre leurs propres créateurs. Parallèlement, Terminator 3 tente bien de nous raconter une histoire fuligineuse. Certes, par le passé, les dernières preuves ont été brûlées, effacées et carbonisées. Mais le Jugement Dernier est toujours d'actualité. Comprenez : il est inévitable, comme le claironne un Arnold Schwarzenegger plus cabotin que jamais.
Les personnages humains, John Connor (Nick Stahl) et Katherine Brewster (Claire Danes) en tête, ne présentent aucun intérêt. Mais peu importe, Terminator 3 assume son statut de blockbuster décérébré, qui s'apparente davantage à une série B grivoise et égrillarde. Ici, pas question de ratiociner ni d'hypostasier sur notre avenir incertain, sur ce fameux voyage dans le temps, avec ses écueils et ses corollaires. Jonathan Mostow tente de maintenir l'illusion par plusieurs séquences humoristiques, notamment par les gaudrioles de son T-800 de service, nûment transmuté en nourrice intrépide.
Une chimère. Si Terminator 3 reste néanmoins sympathique, il ne parvient jamais à transcender la saga. 

Note : 10/20 (note particulièrement clémente)

 

sparklehorse2 Alice In Oliver