eva braun dans intimité d'Hitler

Genre : documentaire, historique
Année : 2007
Durée : 1h10

Synopsis : Ce fut une étrange histoire, d'amour, de désir et de désespoir : la relation entre Adolf Hitler et sa maîtresse secrète Eva Braun, qui dura de 1932 à leur suicide commun en avril 1945. Pour la première fois, ce film extraordinaire montre Hitler dans son intimité, à travers les yeux et l'objectif d'Eva Braun.

La critique :

Certes, de nombreux films et documentaires ont analysé, étudié, décortiqué et "radioscopé" (si j'ose dire...) l'apogée d'Adolf Hitler, fondateur du nazisme et surtout du Troisième Reich, un régime antisémite, dictatorial et totalitaire. En revanche, les historiens ne connaissent que partiellement sa jeunesse, notamment sa vie d'artiste et de bohème à Vienne entre 1907 et 1913. Profondément marqué et traumatisé par la défaite allemande lors de la Première Guerre Mondiale, Hitler débarque à Munich en 1918.
Dès lors, il devient peu à peu une figure politique emblématique et despotique. Il commence alors à ratiociner et à griffonner les premières lignes de Mein Kampf, un opuscule hélas prémonitoire sur le devenir d'une grande Allemagne et surtout sur l'ascension et l'insubordination de la race aryenne.

Cette aryosophie va marquer à tout jamais le reste de son existence jusqu'à sa mort (par suicide) le 30 avril 1945 à Berlin. C'est aussi lors de son séjour à Munich qu'il fait la connaissance d'Eva Braun avec qui il lutine, s'acoquine et s'énamoure. Telle est la thématique de ce documentaire, intitulé Eva Braun dans l'intimité d'Hitler, et réalisé par Daniel Costelle et Isabelle Clarke en 2007.
Le "film" est également commenté par la voix grave de Richard Berry et a remporté les Lauriers d'or du meilleur documentaire la même année. Daniel Costelle et Isabelle Clarke se sont précieusement documentés et ont même trouvé des photographies, des archives et des vidéos inédites. Mieux, le documentaire bénéficie d'une image retravaillée et colorisée. C'est donc un véritable travail d'orfèvre, d'historien et de "mastodonte" (si j'ose dire...) qui a été réalisé par les deux collaborateurs.

hqdefault

Le documentaire est donc censé raconter la romance amoureuse et les oaristys entre Adolf Hitler et son énamourée. Leur première rencontre se déroule en 1929. Avant cette date fatidique, certaines rumeurs prêtent au dictateur allemand une liaison avec Leni Riefenstahl, une artiste allemande, et surtout la future réalisatrice du Troisième Reich. Visiblement, Hitler est fasciné par sa beauté juvénile et ses vélocités athlétiques. Danseuse émérite et accomplie, Leni Riefensthal semble elle aussi fascinée par cette nouvelle figure omnipotente de l'Allemagne nazie.
C'est dans ce contexte qu'elle réalise Le Triomphe de la Volonté (1935), véritable éloge du nazisme et de la figure autoritaire incarnée par Hitler. La propagande "nazillarde" est en marche... Parallèlement, le documentaire montre plusieurs vidéos d'Hitler en compagnie de sa nièce, Geli Raubal, âgée de 24 ans.

Celle-ci décède par suicide en 1931 d'une balle dans la tête. Or, selon certaines rumeurs de l'époque, Geli Raubal aurait été assassinée par Hitler lui-même. La raison ? Le dictateur pernicieux et moustachu entretenait une relation secrète avec sa propre nièce mais aussi avec son chauffeur et garde du corps, Emil Maurice. Des allégations qui ne seront jamais étayées par les historiens.
Pourtant, certains experts en la matière étudient la sexualité du Führer et le qualifient de pervers et même de pédophile avec des tendances homosexuelles, sadomasochistes et scatologiques. 
En 1929, Eva Braun travaille comme assistante d'Heinrich Hoffmann, le photographe officiel du parti nazi. C'est grâce à lui qu'elle rencontre Hitler. Immédiatement, la jeune femme est littéralement subjuguée par l'aura et le charisme de cette figure éminente. 

51621_default

Mais à l'époque, Hitler s'est déjà investi d'une mission politique et nationale. Il s'impose comme le nouveau conquérant de l'Allemagne et veut faire oublier la défaite humiliante de la Première Guerre Mondiale. Il ne souhaite pas se marier. Eva Braun devient donc la maîtresse d'Hitler, au grand dam de ses parents, qui n'apprécient guère cette relation. Eva Braun a également deux soeurs, Ilse et Grelt. La première rejette rapidement l'idéologie fasciste alors que la cadette s'éprend, à son tour, d'un adjudant SS, Fritz Darges. Alors qu'Hitler établit ses premiers plans de conquête et annexe l'Autriche en 1938, Eva Braun reste sagement à Berlin. Elle occupe ses journées à réaliser des documentaires et souhaite égaler la technicité et la virtuosité de Leni Riefensthal, dont elle est secrètement jalouse.

Le film décrit alors une jeune femme frivole, insouciante et surtout indifférente aux millions de cadavres qui s'entassent dans toute l'Europe. En vérité, la personnalité d'Eva Braun reste assez énigmatique. Le documentaire la décrit comme une adolescente immature, qui passe son temps à festoyer et à se languir des nombreuses conquêtes (territoriales) de son Führer. Finalement, son portrait n'apporte guère d'éléments sur la personnalité et l'intimité de ce dictateur.
Lorsqu'il revient victorieux de sa campagne en France, il devient le nouvel héros d'une Allemagne triomphante. 
Son retour est même filmé par la caméra avisée d'Eva Braun. La jeune femme est altière. Elle est la maîtresse officielle d'un conquérant. Ensuite, les choses se compliquent sérieusement lorsqu'Hitler décide de rompre le pacte germano-soviétique. Défaite en Russie, l'armée allemande doit capituler dans le froid, la mort et la terreur. Bref, même si le documentaire contient de nombreuses archives et des vidéos inédites, il n'apporte pas vraiment d'informations supplémentaires sur ce couple atypique. Enfin, le suicide du dictateur et de son énamourée est rapidement éludé. Ce qui est un peu dommage...
A aucun moment, le documentaire n'explore cette fascination psychologique d'une jeune femme pour cette figure antisémite, pourtant considérée comme le plus grand meurtrier de l'histoire de l'Humanité.

Note : 12.5/20

sparklehorse2 Alice In Oliver