opération dragon

Genre : art martiaux (interdit aux moins de 12 ans)
Année : 1973
Durée : 1h38

Synopsis : Une compétition d'arts martiaux est organisée par un mystérieux Han, derrière lequel se cache un redoutable trafiquant de drogue. Lee, agent de renseignements occidental et spécialiste de kung-fu, tente de démanteler l'organisation criminelle.

La critique :

Après l'énorme succès de Big Boss en 1971, Bruce Lee devient la nouvelle star du continent asiatique. Une renommée qui se traduit l'année d'après avec La Fureur de Vaincre et La Fureur du Dragon. Dans ces deux nouvelles productions, le Petit Dragon ne se contente plus seulement de s'empoigner avec ses pairs. Désormais, l'artiste martial donne également à la leçon à de vils colonialistes européens.
Le petit asiatique est à la conquête du monde. Une ambition qui doit forcément traverser la frontière hollywoodienne, la plus spinescente. Toujours en 1972, Bruce Lee débute le tournage de Le Jeu de la Mort, un film dans lequel il affronte plusieurs adversaires dans une pagode. Parallèlement, l'acteur est appelé à tenir le rôle principal dans Opération Dragon. Changement de décor pour l'interprète asiatique.

Après plusieurs productions au budget plus ou moins famélique (surtout Big Boss), Bruce Lee franchit un palier supplémentaire vers la notoriété, celle qui doit le conduire vers la glorification internationale. Une étape qui passe évidemment par le succès d'Opération Dragon au cinéma. Il s'agit donc du seul et unique film hollywoodien de l'acteur asiatique. D'ailleurs, le long-métrage, réalisé par Robert Clouse, sortira trois semaines après la mort de Bruce Lee.
C'est donc dans un contexte d'oraison funèbre que le film va définitivement consacrer le Petit Dragon au rang de star, d'idole et même d'icône à travers le monde entier. Hormis le Petit Dragon, la distribution du long-métrage réunit John Saxon, Jim Kelly, Ahna Capri, Shih Kien, Bob Wall, Angela Wall et Bolo Yeung.

Operation-dragon---photo-4

A noter aussi les apparitions furtives de Sammo Yeung dans le rôle d'un combattant shaolin et la présence d'un certain Jackie Chan parmi les cascadeurs du film. Le match d'introduction du film, qui oppose par ailleurs Bruce Lee au ventripotent Sammo Hung, est aussi la dernière séquence tournée par le Petit Dragon au cinéma. Quant à Jackie Chan, ce n'est pas la première fois qu'il joue les cascadeurs intrépides. L'acteur, encore méconnu du grand public, avait déjà tourné dans La Fureur de Vaincre, déjà aux côtés de Bruce Lee. Pour la petite anecdote, il recevra un coup de bâton de la part de l'artiste martial lors d'une rixe dans un tunnel souterrain. Le cascadeur en déveine recevra néanmoins les excuses de son malheureux agresseur. A l'origine, le film devait s'intituler Blood and Steel en référence à la griffe d'acier de Han (référence Wikipédia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Dragon), mais les producteurs se ravisent pour transmuter le titre en Opération Dragon.

Attention, SPOILERS ! (1) Lee, un membre du temple Shaolin, est contacté par la police qui lui demande d'infiltrer un tournoi d'arts martiaux. Ce tournoi se déroule sur une île appartenant à Han, un ancien moine Shaolin qui vit désormais du trafic d'opium et de la traite des blanches. Lee doit simplement rapporter des preuves pour que la police puisse arrêter Han, mais il apprend bientôt que ce sont des hommes de Han qui, trois ans auparavant, tentèrent d'enlever sa sœur, laquelle se suicida plutôt que de se faire prendre. Désormais, Lee a des comptes personnels à régler avec Han. (1)
Le personnage de Han s'inspire directement de la série des James Bond. Il s'agit d'un nouvel avatar du Docteur No. Pour le reste, Opération Dragon s'apparente à une véritable opération marketing avec pour objectif de transfigurer une nouvelle star du cinéma international : Bruce Lee.

18917901

Après avoir accumulé les échecs et les déceptions lors de son passage aux Etats-Unis, l'artiste martial est à la conquête du rêve américain. Un rêve qui va enfin s'accomplir au moment où l'acteur décède (à priori...) d'un oedème cérébral. C'est donc Opération Dragon qui va contribuer à populariser les arts martiaux à travers le monde. Une hégémonie asiatique, en particulier chinoise, qui préfigure aussi l'avènement et l'emprise du continent sur le marché mondial.
Car Opération Dragon, c'est aussi cette juxtaposition entre différentes cultures. Il suffit de prendre les trois principaux protagonistes du film pour s'en convaincre. Si Bruce Lee interprète un agent probe et d'une incroyable vélocité, John Saxon joue les Américains moyens, obnubilés par le fric et les paris insensés.

Quant à Jim Kelly, il incarne un Afro-Américain victime de la xénophobie policière. Evidemment, le film n'échappe pas aux caricatures et aux stéréotypes habituels. A cela s'ajoute un grand méchant chinois, trafiquant de drogue et prêt à toutes les turpitudes. C'est sans compter sur le courroux d'un Bruce Lee vindicatif et inlassablement poursuivi par le meurtre de sa soeur.
Qu'à cela ne tienne, lors d'un combat homérique contre un certain Oharra (Bob Wall), Bruce Lee assène un coup de pied brutal contre son adversaire. Bref, Opération Dragon offre une curieuse dichotomie entre plusieurs cultures, tout en pointant les grandes faiblesses d'une Amérique déjà libertaire (le consumérisme, la drogue, le sexe et la prostitution). A l'inverse, le film montre aussi un certain rapprochement et même quelques accointances entre ces mêmes protagonistes, pourtant très différents. 
Le long-métrage nécessite donc plusieurs niveaux de lecture. Evidemment, la séquence finale, qui se déroule dans une salle nimbée de miroirs, marquera définitivement les esprits. Bref, en dépit de quelques facilités scénaristiques et de caricatures souvent outrancières, Opération Dragon reste l'une des grandes références en matière d'arts martiaux.
Il inspirera de nombreux films et/ou avatars par la suite, entre autres, le fameux Kill Bill.

Note : 15/20

sparklehorse2 Alice In Oliver

(1) Synopsis du film sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Dragon