hostel chapitre 2

Genre : horreur, gore (interdit aux - 16 ans)
Année : 2007
Durée : 1h34

Synopsis : Alors qu'elles sont en vacances en Europe, Beth, Lorna et Whitney, trois jeunes Américaines, rencontrent une superbe femme. Celle-ci se propose de leur faire découvrir pour un week-end un établissement de cure où elles pourront se reposer et s'amuser. Attirées par cette offre, les trois jeunes femmes la suivent et tombent dans son piège. Livrées à de riches clients associant l'horreur au plaisir, les trois jeunes femmes vont vivre un cauchemar absolu... 

La critique :

En l'espace d'une dizaine d'années, Eli Roth s'est imposé comme l'une des nouvelles figures emblématiques du cinéma horrifique. Certes, sa personnalité grandiloquente et extravagante pourra éventuellement courroucer. Dès 2002, avec la sortie de Cabin Fever, le cinéaste se fait immédiatement remarquer. Quentin Tarantino décèle chez son nouveau comparse un immense potentiel.
Qu'à cela ne tienne, vers le milieu des années 2000, le cinéma gore est marqué par les sorties quasi simultanées de Saw (James Wan, 2004) et Hostel, donc réalisé par Eli Roth en 2006. 
A l'instar du film de James Wan, Hostel va très vite s'imposer comme le nouveau parangon du torture porn. Le long-métrage profite du buzz sur la Toile et les réseaux sociaux.

Pis, le scénario du film serait inspiré d'un fait réel. Un leurre pour mieux farder une véritable opération marketing. Mais peu importe, Eli Roth s'adjoint les services de Quentin Tarantino. Le célèbre cinéaste réalise même plusieurs séquences pour l'occasion. De surcroît, Hostel repose sur un scénario basique et laconique. Après un rapide détour par les Pays-Bas, Paxton, Josh et Oli, trois étudiants en vacances, débarquent en Slovaquie. Leur objectif ? Profiter au maximum de jeunes femmes libidineuses.
Hélas, leur périple hédoniste tourne au cauchemar. La petite auberge sans histoire se transmute soudainement en une véritable organisation criminelle, prônant la torture puis la mise à mort. Paxton et ses compagnons d'infortune sont donc condamnés à subir les supplices et les perfidies de bourreaux complètement azimutés.

Hostel-2-image

Voilà pour les inimitiés ! Nanti d'un modeste budget, Hostel remporte un succès phénoménal par l'intermédiaire de la vidéo. Très vite, Eli Roth envisage une suite. Ce sera Hostel - Chapitre 2, sorti en 2007. La distribution du film réunit Lauren German, Bijou Phillips, Heather Matarazzo, Jay Hernandez, Roger Bart, Vera Jordanova, Edwige Fenech et Richard Burgi. A noter aussi la présence de Ruggero Deodato, le célèbre réalisateur de Cannibal Holocaust, parmi le casting.
Quant au scénario de Hostel - Chapitre 2, il reprend les choses là où elles s'étaient arrêtées dans le premier volet. Attention, SPOILERS ! (1)
Paxton, ayant réussi à échapper à ses tortionnaires, a refait sa vie avec Stéphanie et vivent tous les deux dans une grande maison de campagne.

Cependant, Paxton n'a pas parlé aux autorités de tout ce qu'il a vécu. Malheureusement, un des tortionnaires le retrouve et le tue pour qu'il évite de parler. Beth, Whitney et Lorna sont trois étudiantes parties prendre des vacances en Europe pendant l'été, avec la ferme intention de se rendre à Prague. Pendant un voyage en train pour le moins mouvementé, elles font la connaissance d'Axelle, une belle Italienne, qui leur propose de l'accompagner en Slovaquie pour un week-end dans un établissement de cure.
Attirées par cette offre, les trois jeunes femmes la suivent et tombent au cœur d'une horrible machination. (1) Narquois, Eli Roth sait qu'il doit changer la formule de son auguste prédécesseur. Le cinéaste décide d'évincer les trois étudiants concupiscents du premier chapitre par trois jeunes femmes. 

hostel2pic18

Hostel - Chapitre 2 s'écrira donc au féminin. Un prétexte pour modifier la tonalité de ce deuxième épisode. Eli Roth abandonne l'humour licencieux et égrillard du premier volet pour adopter un ton beaucoup plus comminatoire. En vérité, le réalisateur se focalise assez peu sur ses héroïnes principales. Seul le personnage, par ailleurs secondaire, de Lorna, en véritable godiche pudibonde, mérite qu'on s'y attarde un peu. C'est d'ailleurs elle qui subit le supplice d'une faucille aiguisée et acérée par son bourreau.
Contre toute attente, c'est presque la seule et unique torture (il est vrai peu ragoûtante) du film. Et c'est aussi la grande surprise de ce Hostel - Chapitre 2, à savoir ce refus de verser dans le gore et l'excès d'effusions sanguinaires. Pour ce second chapitre, Eli Roth décide de se centrer sur les bourreaux et surtout dans une longue description d'une organisation meurtrière et obéissant aux rouages du capitalisme.

En ce sens, Hostel - Chapitre 2 s'inscrit dans le sillage et la continuité de Salo ou les 120 Jours de Sodome (Pier Paolo Pasolini, 1975). Hélas, la comparaison s'arrête bien là. Certes, Eli Roth développe et complexifie largement son sujet. La mort, le pouvoir et l'argent sont indissociables, semble nous dire le cinéaste. Il décrit toutes les subtilités d'une organisation parfaitement agencée.
Contre toute attente, les bourreaux ne sont pas des serial killers à la recherche de nouvelles proies. Ils (ou elles) sont des hommes et des femmes comme tout le monde, donc des avocats ou encore des chefs d'entreprise qui cherchent à assouvir leurs pulsions les plus primitives. Les victimes kidnappées s'échangent et se monnayent pour plusieurs milliers de dollars. Certes, Eli Roth fait preuve de sagacité et même de virtuosité derrière sa caméra. 

18771183

En l'état, Hostel - Chapitre 2 est un film d'horreur cynique et d'une noirceur totale. Malheureusement, Eli Roth semble avoir oublié l'essentiel. En effet, après un premier chapitre inégal mais prometteur (malgré ses défauts), le spectateur était en droit d'attendre un spectacle jubilatoire, avec son lot de lubricités et de tortures sadiques. Hélas, Eli Roth se montre un peu trop pondéré, se contentant d'asséner quelques saynètes furtives, où il est question, entre autres, de cannibalisme.
Curieux que le film soit interdit aux moins de 18 ans au Québec, l'interdiction aux moins de 16 ans étant amplement suffisante ! En l'état, Hostel - Chapitre 2 ne parvient jamais (ou trop rarement) à réitérer les performances gore de son prédécesseur. Bref, ce deuxième volet risque de décevoir unanimement les fans du cinéma trash. Les autres y verront peut-être une oeuvre réfléchie, maîtrisée, aguerrie mais curieusement timorée.

 

Note : 12/20

sparklehorse2 Alice In Oliver

(1) Synopsis du film sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hostel,_chapitre_II