The_Girl_Next_Door

Genre : drame, horreur (interdit aux - 16 ans)
Année : 2007
Durée : 1h31

Synopsis : 1958. Dans une banlieue paisible, deux soeurs sont placées chez leur tante après le décès de leurs parents. Cette dernière, mentalement instable, va s'occuper d'eux à sa manière

La critique :

L'enfance martyre au cinéma, un sujet toujours douloureux, difficile et spinescent, comme l'attestent certains films de "genre", notamment Family Portraits - Une trilogie Américaine (Douglas Buck, 2003) ou encore Le Cas 39 (Christian Alvart, 2008). Vient également s'ajouter The Girl Next Door, réalisé par Gregory M. Wilson en 2007. Attention à ne pas confondre The Girl Next Door avec le film quasi homonyme (Girl Next Door), réalisé par les soins de Luke Greenfield en 2004.
En outre, le long-métrage de Gregory Wilson est l'adaptation libre d'un roman de Jack Ketchum, publié en 1989, et basé sur une histoire authentique, celle de Sylvia Likens, hélas décédée en 1965. La jeune adolescente sera battue à mort par sa nouvelle famille d'accueil (sa tante et ses progénitures).

Une certaine Gertrude Baniszewski s'en prend violemment à Sylvia. Très vite, la femme acariâtre s'adjoint les services de ses propres enfants et de plusieurs mômes du quartier pour torturer l'adolescente de 16 ans. L'autopsie de la dépouille révèle des contusions, des brûlures, un oedème cérébral (qui serait la cause du décès), des lésions nerveuses et musculaires, ainsi que de nombreuses mutilations. Bref, ce fait divers sordide va inspirer le noble Septième Art, notamment à travers une seconde adaptation, An American Crime, réalisé par Tommy O'Haver.
Coïncidence ou pas, An American Crime est sorti la même année que The Girl Next Door. Certes, cette seconde version est beaucoup plus fidèle au matériel original. Pourtant, le film ne possède pas la fougue ni l'émotion dégagées par son illustre modèle.

images

Par certains aspects, The Girl Next Door n'est pas sans rappeler le fameux Stand By me, réalisé par Rob Reiner en 1986, et lui aussi adapté d'une nouvelle de Stephen King. Visiblement troublé par la vision du long-métrage de Gregory Wilson, le célèbre cacographe déclarera : "C'est le premier film américain réellement choquant que je vois depuis Henry, portrait d'un serial killer il y a plus de 20 ans. Si vous êtes facilement perturbé, ne regardez pas ce film. Si par contre vous êtes prêts pour un long voyage en enfer, façon banlieue, The Girl Next Door ne vous décevra pas. C'est la version « face cachée de la lune » de Stand By Me. » (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Girl_Next_Door_(film,_2007).
Reste à savoir si le film mérite un tel dithyrambe. Réponse dans les lignes à venir.

La distribution de The Girl Next Door réunit William Atherton, Blythe Auffarth, Madeline Taylor, Blanche Baker et Kevin Chamberlin. Attention, SPOILERS ! (1) Dans les années 1950, nous assistons à la vie d'un jeune garçon, David Moran, dont la voisine, Ruth Chandler, alcoolique, vit entourée de tous les enfants du quartier qui ont fait de sa maison leur terrain de jeu. Les deux nièces de Ruth, Meg et Susan, lui sont confiées lorsque les parents de ces dernières meurent dans un accident.
Rapidement, les deux jeunes filles deviennent la cible d'insultes, de coups, de tortures et d'abus sexuels de la part de Ruth, assistée par ses fils et quelques enfants du quartier. (1) Certes, The Girl Next Door reste largement méconnu dans notre contrée hexagonale.

04938420_

Mais à l'instar de Stephen King, le film a largement bouleversé la culture populaire aux Etats-Unis. En l'occurrence, le scénario du film se déroule dans les années 1950, soit peu après la Seconde Guerre Mondiale. Déjà sous l'égide et même la menace d'une probable Troisième Guerre Mondiale, finalement transmutée en Guerre Froide, l'Amérique des années 1950 et 1960 vit dans la peur et la terreur d'une invasion communiste. Parallèlement, la jeunesse se délite, tout comme la cellule familiale et l'éducation parentale. L'époque est le parfait témoignage des premières prémisses de la société hédoniste et consumériste. Un cri d'alerte déjà asséné par La Fureur de Vivre (Nicholas Ray, 1956).
Et c'est ce qu'a parfaitement compris Gregory Wilson à travers l'essence du roman de Jack Ketchum.

Le réalisateur choisit de s'approprier l'opuscule original. Les premières minutes du film se déroulent dans notre société moderne. Suite à un malencontreux accident, un certain David Moran se souvient de son adolescence. Dès lors, le long-métrage nous transporte dans les années 1950 et oppose deux points de vue : la famille puritaine engluée dans sa bien-pensance (dont les parents de David sont les parfaits archétypes) et celle de Meg. En outre, la famille de Meg est dirigée par Ruth, une femme cinquantenaire brutale qui exerce sur ses enfants une autorité despotique et irréfragable.
Certes, David s'accointe à la fois avec la belle Meg, dont il secrètement amoureux, et avec les fils de tante Ruth. Gregory Wilson prend son temps pour planter le décor ainsi que ses différents protagonistes.

The-Girl-Next-Door-2007-Movie-3

Dans un premier temps, la torture est principalement psychologique. Meg est régulièrement tancée et sermonnée par sa tante. Puis, très vite, les choses dérapent. En pleine insubordination contre ce joug parental, Meg est enfermée et ligotée dans le sous-sol. Alors que les fils de Ruth et certains enfants du quartier s'adonnent et participent à toute une série d'humiliations et de sévices, David devient malgré lui le témoin de toutes ces lubricités.
Conscient du scénario et de l'histoire qu'il déploie à l'écran, Gregory Wilson joue principalement la carte de l'émotion. Ainsi, chaque spectateur pourra facilement s'identifier à Meg ou à David. Oui, The Girl Next Door assène bel et bien l'uppercut annoncé. Toutefois, le long-métrage n'est pas exempt de tout reproche et souffre, entre autres, d'une réalisation un peu trop timorée et impersonnelle, faisant davantage penser (parfois) à un téléfilm. Mais ne soyons pas trop sévères, The Girl Next Door s'apparente comme un témoignage sordide sur la famille conservatrice, celle qui se cloître et devient, le temps d'un clair de lune, cette trappe obscure, silencieuse et mortifère.

 

Note : 15/20

sparklehorse2 Alice In Oliver

(1) Synopsis du film sur : Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Girl_Next_Door_(film,_2007)