Killer Klowns

Genre : science-fiction, comédie, horreur (interdit aux - 12 ans)
Année : 1988
Durée : 1h28

Synopsis : Une météorite portant en elle des clowns assoiffés de sang tombe sur la Terre. La bande de clowns commence alors à tuer tous les habitants d'une petite ville à coups de gags mortels.

La critique :

L'invasion extraterrestre au cinéma ou une vieille histoire d'amour entre les petits hommes verts et le noble Septième Art. Tout commence dès 1951 avec Le Jour où la Terre s'Arrêta. A l'époque, le film de Robert Wise marque une rupture rédhibitoire dans le cinéma de science-fiction. Non, les Martiens ne sont pas des êtres foncièrement hostiles. En outre, c'est notre façon de vivre et plus particulièrement notre tendance à semer le chaos qui inquiète nos visiteurs anthropomorphiques.
A contrario, d'autres productions se montrent beaucoup plus pessimistes. C'est par exemple le cas de La Guerre des Mondes (Byron Haskin, 1953). Bienvenue dans la science-fiction des années 1950 et 1960 ! Celle de la Guerre Froide et d'une probable Troisième Guerre Mondiale à consonance nucléaire.

Entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, les intentions des extraterrestres deviennent beaucoup plus pacifistes, comme l'attestent les sorties de Rencontres du Troisième Type (Steven Spielberg, 1977) et E.T. L'Extra-Terrestre (Steven Spielberg, 1982). Parallèlement, le petit monde de la série B s'intéresse lui aussi à nos chers envahisseurs. C'est par exemple le cas de Stephen Chiodo avec Les Clowns Tueurs Venus d'Ailleurs (Killer Klowns From Outer Space de son titre original), réalisé en 1988. Comme l'indique le titre du film, les aliens ne sont pas des petits hommes verts mais des clowns vêtus de tenues aux couleurs chatoyantes et bigarrées.
Inutile de mentionner les acteurs, à moins que vous connaissiez les noms de Grant Cramer, Suzanne Snyder, John Allen Nelson et John Vernon, mais j'en doute.

les-clowns-tueurs-venus-d-ailleurs_21481_30052

En outre, le scénario du film est à la fois basique et laconique. "L'histoire" (vraiment un terme à guillemeter et à minorer) se résume en deux petites lignes. Attention, SPOILERS ! Une météorite portant en elle des clowns assoiffés de sang tombe sur la Terre. La bande de clowns commence alors à tuer tous les habitants d'une petite ville à coups de gags mortels. Certes, au moment de sa sortie, Killer Klowns From Outer Space ne marquera pas spécialement les esprits.
Pourtant, au fil des années, le long-métrage va bientôt s'imposer comme l'un des fleurons dans l'univers étriqué des nanars. Contre toute attente, le film de Stephen Chiodo rencontre un certain succès en vidéo. A tel point que certains fans évoquent même un film culte ! D'ailleurs, l'affiche du film est auréolée par la mention suivante : "Ils vont faire vraiment mourir de rire".

En l'occurrence, la promesse est bel et bien tenue. L'intérêt de Killer Klowns From Outer Space repose essentiellement sur ses clowns extraterrestres de service. Ici point de soucoupe volante de forme ovale mais un chapiteau de cirque ! A l'intérieur, ce sont des proies humaines qui sont prisonnières dans d'immenses boules de chewing-gum. Nos chers clowns à l'appétit pantagruélique s'abreuvent de leur sang et capturent les habitants d'une petite communauté.
Visiblement, Stephen Chiodo s'amuse comme un gamin derrière sa caméra. En outre, le cinéaste fait preuve de sagacité. Premier constat : un gros effort a été déployé sur le design et la complexion étrange des clowns protéiformes. Ainsi, la caméra de Stephen Chiodo se focalise sur la trogne et les mimiques de nos clowns extatiques.

images

A priori courtois et affables, les extraterrestres du cirque appâtent leur proie via un sourire angélique ou par d'habiles stratagèmes. Jamais à court d'idées, les visiteurs au sourire peinturluré massacrent un pecno du coin à coup de tartes à la crème. Puis, c'est la tête d'un motard un peu trop téméraire qui atterrit dans une poubelle ! Attention à ne pas effaroucher nos clowns acariâtres !
Quant aux proies humaines, destinées à servir de menu fretin, elles sont capturées dans de gigantesques barbes à papa. Indubitablement, Les Clowns Tueurs Venus d'Ailleurs se démarque par son enthousiasme, sa folie jubilatoire et sa condescendance. A contrario, le long-métrage n'est pas exempt de défauts. Vous l'avez donc compris. Les clowns aliens restent les principales attractions du film. On évitera donc de pester et de ratiociner sur les protagonistes humains du film.
En outre, ces derniers ne présentent aucun intérêt. Il faudra donc se contenter de deux marchands de glace à l'humour salace et égrillard, d'un shérif local au visage impavide et monolithique ou encore d'un couple d'amoureux qui s'embrassent langoureusement sous un ciel étoilé. Voilà pour les inimitiés ! Clairement, cette pellicule impécunieuse mais toujours ingénieuse n'a pas usurpé son statut de nanar et de série B. Chronique courte aujourd'hui, mais sincèrement, je ne vois pas quoi dire de plus sur ce film.

Côte : Nanar

sparklehorse2 Alice In Oliver