halloween-20-ans-a-ii-aff-01-g

Genre : horreur, épouvante, slasher (interdit aux - 12 ans)
Année : 1998
Durée : 1h31

Synopsis : Vingt ans ont passé depuis le drame de Halloween, La Nuit des masques. Laurie Strode tente péniblement d'oublier le passé. Devenue directrice du collège privé d'une petite ville, elle mène une vie tranquille auprès de son fils de dix-sept ans et de son compagnon. Pourtant Mike Myers continue à hanter ses nuits. A la veille d'Halloween, elle se dispute violemment avec son fils qui veut participer à la fête. Finalement elle le convainc de rester au collège et de fêter Halloween en petit comité. Tout ce petit monde ignore que Mike Myers a recommencé à assassiner. 

La critique :

1978. La sortie de Halloween : la nuit des masques signe l'avènement du slasher. En effet, le film de John Carpenter devient le nouveau parangon du cinéma horrifique. Le maître de l'épouvante vient de créer une nouvelle figure synonyme de terreur, de sursaut et d'effroi. Son nom ? Michael Myers, ce tueur insaisissable et énigmatique qui surgit le soir d'Halloween. Evadé d'un hôpital psychiatrique, le jeune homme ne ressent aucune peur ni la moindre once d'émotion. 
"Le mal est en liberté !" s'écrie le Docteur Loomis, un médecin psychiatre qui connaît parfaitement l'histoire de ce meurtrier au visage impavide et monolithique. Ce sont plusieurs étudiants d'Haddonfield qui sont victimes du courroux du psychopathe. Narquois, John Carpenter sait qu'il ne reproduira pas la même performance sur pellicule.

Pour Halloween 2, sorti en 1981, le cinéaste cède sa place à Rick Rosenthal, mais griffonne le scénario de ce second chapitre. Si Rosenthal s'en tire avec les honneurs, cette suite apporte peu d'éléments sur le personnage de Michael Myers. Seule réelle nouveauté : le sociopathe ambulant n'est autre que le frère de Laurie Strode. Un an plus tard, c'est au tour de Tommy Lee Wallace d'apporter sa modeste pierre à l'édifice avec Halloween 3. Le but est d'insuffler une autre empreinte à la franchise.
Michael Myers est évincé de la saga au profit d'une autre histoire se déroulant elle aussi le soir d'Halloween. Mais objectivement, ce nouvel épisode n'entretient aucun rapport avec ses prédécesseurs. Désarçonnés, les fans de la franchise réclament le retour du croquemitaine au masque d'albâtre.

410233

Une requête entendue par les producteurs mercantiles avec Halloween 4 (Dwight H. Little, 1988) et Halloween 5 (D. Othenin Girard, 1989). Ces deux nouveaux chapitres, assez médiocres par ailleurs, signent le déclin de la franchise. Un glas corroboré par la sortie d'Halloween 6 (Joe Chappelle, 1995). Ce sixième volet marque la dernière apparition de Donald Pleasence au cinéma.
C'est le seul intérêt du film. Bien triste sortie pour l'acteur. Le long-métrage essuie un véritable camouflet et sort directement en vhs en France. Halloween 6 est unanimement conspué par les fans et les critiques cinéma. A juste titre, le film de Joe Chappelle est considéré comme le pire chapitre de la saga. L'objectif est donc de relancer une franchise moribonde. Qu'à cela ne tienne, 1998 marque le 20e anniversaire de la saga.

De surcroît, la mode du slasher est de retour sur grand écran avec Scream (Wes Craven, 1996) et Souviens-toi... L'Eté Dernier (Jim Gillespie, 1997). 
Le scénariste, Kevin Williamson, est chargé de griffonner le script de Halloween, 20 Ans Après, réalisé par Steve Miner en 1998. Quant à Jamie Lee Curtis, qui a disparu de la franchise depuis Halloween 2, l'actrice accepte de reprendre le personnage de Laurie Strode. Viennent également s'ajouter Josh Hartnett, Chris Durand, Adam Arkin, Michelle Williams, LL Cool J et Janet Leigh. 
Le film est conçu comme la suite d'Halloween 2 et omet les événements des quatre chapitres suivants. Halloween, 20 Ans Après est également réalisé à la mémoire de Donald Pleasence, un autre acteur emblématique de la saga. 

halloween--20-ans-apres_307072_45564

Attention, SPOILERS ! Vingt ans ont passé depuis le drame de Halloween, La Nuit des masques. Laurie Strode tente péniblement d'oublier le passé. Devenue directrice du collège privé d'une petite ville, elle mène une vie tranquille auprès de son fils de dix-sept ans et de son compagnon. Pourtant Mike Myers continue à hanter ses nuits. A la veille d'Halloween, elle se dispute violemment avec son fils qui veut participer à la fête. Finalement elle le convainc de rester au collège et de fêter Halloween en petit comité. 
Tout ce petit monde ignore que Mike Myers a recommencé à assassiner. Certes, vingt années se sont écoulées depuis Halloween, la nuit des masques. Mais rien n'a vraiment changé. Deux décennies plus tard, le croquemitaine est toujours armé d'un opinel acéré et ensanglanté.

En outre, Halloween, 20 Ans Après s'inscrit dans le sillage et la continuité des slashers réalisés durant les nineties. L'objectif n'est donc pas de renouveler le mythe incarné par Michael Myers. Sur ce dernier point, Steve Miner, qui n'a jamais aussi bien porté son nom, se contente de signer un slasher de facture classique et conventionnelle. On prend les mêmes (ou presque...) et on recommence.
Seuls les étudiants ont changé. D'ailleurs, ces derniers, interprétés par Josh Hartnett et sa bande, ne présentent guère d'intérêt. Et c'est ce qu'a parfaitement compris Steve Miner qui s'attarde plus longuement sur la psyché en déliquescence de Laurie Strode. 
Certes, les années ont passé mais la femme, désormais directrice d'un collège privé, est toujours poursuivie par les démons du passé, soit par ce traumatisme de jadis et cette figure méphistophélique incarnée par Michael Myers.
En l'état, la première partie du film fait vaguement illusion. Oui, Halloween, 20 Ans Après est bien supérieur aux quatre précédents chapitres. Une mission qui n'était pas trop difficile, il faut en convenir. Hélas, après 45 petites minutes de bobine, ce septième opus s'enlise dans le teen-movie horrifique stérile. Si on relève ici et là quelques séquences de frousse solidement troussées, pas de quoi pavoiser ni sursauter au plafond. Dans l'ensemble, le script se révèle beaucoup trop prévisible et se résume à un règlement de compte en famille (la soeur contre le frère).
De facto, difficile de dissocier ce Halloween, 20 Ans Après de la concurrence de l'époque. En résulte un slasher correct mais aussi vite oublié.

Note : 11/20

sparklehorse2 Alice In Oliver