he nevers dies

Genre : Comédie horrifique, gore, trash (interdit aux moins de 18 ans)

Année : 1986

Durée : 40 minutes

Synopsis : Hideshi, un jeune homme à l’existence misérable et qui est oppressé dans son boulot, décide de mettre fin à ses jours. Cependant, il va bien vite se rendre compte qu’il ne peut pas mourir et que la douleur lui est étrangère. Il va alors s’acharner sur sa propre personne. 

La critique :

La série des Guinea Pig est vraiment une saga originale et atypique malgré sa qualité moyenne. Il faut dire que cette série culte d’horreur n’a jamais vraiment revendu plusieurs fois la même recette. Tout en restant dans un registre gore, chaque film propose un nouveau concept ou une nouvelle histoire. La saga fait ses premiers pas en 1985 avec deux films : Devil’s Experiment et Flowers of Flesh and Blood.  Il s’agit de deux torture porn qui ont la même base, mais qui reposent sur des scénarios un peu différents. Cependant, le principe reste peu ou prou identique.
Les réalisateurs cherchent souvent à faire croire au spectateur qu’il est en présence d’un vrai Snuff Movie (ce qui est, bien évidemment, un gros canular marketing).

En 1986, c’est Masayuki Kusumi qui se lance dans la réalisation de He Never Dies, un troisième opus qui change un peu le concept en choisissant de s’orienter vers la comédie horrifique. Attention SPOILERS ! Hideshi est un jeune japonais qui travaille dans une entreprise. Son existence est peu enviable puisqu’il n’a pas vraiment d’amis et surtout il est oppressé dans son boulot.
Hideshi pense se suicider en se tailladant les veines mais il renonce bien vite face à la douleur. Subissant cependant trop de pression dans son travail, il finit par craquer et récidive en se tailladant très profondément cette fois-ci. Il attend patiemment la mort. Cependant, point d'oraisons funèbres à l'horizon. 
Pire, sa blessure s’arrête de saigner. Hideshi commence alors à se charcuter plus profondément, mais rien n’y fait. 

Guinea-pig-3-he-never-dies-1986-2

Le jeune homme commence à  sombrer dans le désespoir mais bien vite, il est pris d’un sentiment d’euphorie et il décide d’appeler un de ses collègues de travail pour lui faire une farce. Lorsque celui-ci arrive, Hideshi commence à se charcuter et à s’éventrer sous les yeux de son collègue. Plus tard, la petite amie du collègue en question arrive dans l’appartement et elle paraît alors plus préoccupée par l’idée de faire du nettoyage que par la situation d’Hideshi. 
Voilà donc pour le scénario complètement déjanté et barré de ce nouvel épisode. Clairement, le ton n’est pas le même que les deux précédents opus. Pourtant, là encore, le film s’ouvre sur un commentateur qui prétend que les faits relatés sont vrais et qu’il s’agit d’une exception de la nature.

Tout cela est bien sûr ridicule, à tel point qu’on doit évidemment se demander si Kusimi ne cherche pas à parodier les deux films précédents. Cela pourrait s’expliquer par le ton désormais comique que ce troisième épisode donne à la série. Car oui, He Never Dies est véritablement fun et attachant. Personnellement, j’avoue avoir éclaté de rire face à ce film d’humour trash et gore. 
Mais ce qui le différencie également des précédents opus, c’est que le film n’est pas non plus dénué de fond politique et/ou idéologique. Cette comédie horrifique peut également se voir comme une caricature et une satire visant à pointer du doigt la culture japonaise du travail. On nous montre ici un jeune homme oppressé dans sa vie professionnelle et qui finit par craquer. Mais là où le film va loin dans l’humour noir, c’est que justement, notre héros n’a même pas le droit de mourir.
Belle image d’une société d’individus embrigadés et qui ne maîtrisent plus leur destin. 
Dans ce monde où il n’est plus qu’un produit de société, l’individu finit par trouver le refuge dans l’autodestruction. He Never dies a donc de nombreuses qualités. Par ailleurs, les effets gore sont plutôt bien foutus. Après, il est clair que ce moyen métrage ne risque pas de s'octroyer le statut de chef d'oeuvre.
Par exemple, la mise en scène brille surtout par son amateurisme. 
Cependant, ce film se démarque de la série en développant une véritable histoire. Bref, une vraie petite curiosité cinéphile. Ma note finale pourra paraître clémente...

Note : 13/20

 

 

vince Vince