un-seul-deviendra-invincible-2-affiche_72378_39590

 

Genre : action, arts martiaux 
Année : 2006
Durée : 1h38

Synopsis : Suite à un traquenard, le champion des poids-lourds George Chambers, plus connu sous le nom d'"Iceman", est envoyé dans une prison russe pour une affaire de drogue

La critique :

Il faut bien le dire et le reconnaître. La sortie d'Un Seul Deviendra Invincible de Walter Hill, en 2002, n'avait pas spécialement marqué les esprits. A tel point que le long-métrage passera plus ou moins inaperçu dans les salles de cinéma. A contrario, le film connaît un regain de notoriété par le biais de la vidéo. Pourtant, on tient probablement là l'une des pellicules les plus anomiques de Walter Hill, un réalisateur qui triompha jadis avec Sans Retour (1981), 48 Heures (1982), Les Guerriers de la Nuit (1979) et Double Détente (1988). Le concept d'Un Seul Deviendra Invincible (Undisputed de son titre original) repose sur un concept basique et conventionnel.
Un homme, George Chambers, est écroué à une lourde peine de prison pour un meurtre qu'il n'a pas commis.

Très vite, le séjour carcéral de ce dernier se transforme en véritable enfer. Il doit non seulement supporter les railleries et les quolibets de criminels turpides et fallacieux mais aussi le joug d'un certain Iceman, un boxeur aguerri, qui a juré la perte de Chambers. Les deux hommes sont donc condamnés à ferrailler lors d'un match organisé en catimini et sous l'égide du directeur de la prison et de plusieurs hommes d'affaires aux intentions pernicieuses. 
L'air de rien, cette petite série B d'action pouvait s'appuyer sur une distribution de prestige : Wesley Snipes, Ving Rhames, Peter Falk, Michael Rooker et Fisher Stevens. Surtout, ce petit film de seconde zone annonce le grand retour de ces combats violents et sanglants sur le ring, comme l'atteste l'immense succès de l'UFC et de la MMA. 

undisputed2-13

Et c'est ce qu'a parfaitement compris Isaac Florentine, réalisateur d'Un Seul Deviendra Invincible 2 : Dernier Round, en 2006. Le cinéaste va bientôt devenir le nouveau parangon du cinéma d'arts martiaux à l'américaine et n'a pas à rougir de la comparaison avec les meilleurs réalisateurs asiatiques et experts en la matière. Surtout, Isaac Florentine va faire de Scott Adkins, star secondaire du film, la nouvelle égérie d'un cinéma guerroyeur et prêt à ferrailler avec des combattants aguerris.
D'ailleurs, par la suite, Isaac Florentine et Scott Adkins collaboreront à nouveau ensemble dans Un Seul Deviendra Invincible 3 : Redemption (2010), Boyka : Indisputed (2016), Ninja (2009) et Ninja 2 : Shadow of a Tear (2013). Etant donné la relative médiocrité du premier volet, le second chapitre n'était pas spécialement attendu au tournant.

La preuve, le film ne sortira même pas au cinéma mais directement en vidéo. Qu'à cela ne tienne. Les fans du cinéma d'arts martiaux s'arrachent cette suite hélas méconnue du grand public. Hormis Scott Adkins (déjà précité), Un Seul Deviendra Invincible 2 - Dernier Round réunit Michael Jai White, Eli Danker, Ben Cross, Michail Elenov, Marc Ivanir et Ken Lerner. Attention, SPOILERS ! (1) L'Américain George « Iceman » Chambers, ancien champion du monde poids lourds de boxe anglaise, vient en Russie pour tourner une publicité. Injustement accusé de détention de drogue, il est envoyé dans une prison de haute sécurité. Là, se déroulent des combats de MMA.
Le lutteur sanguinaire Yuri Boyka, emprisonné pour trois meurtres, est invaincu. 

undisputed-ii-last-man-standing_featured-image

Gaga, le mafioso qui contrôle la prison, s'en inquiète : Boyka ne trouvant pas d'adversaire à sa mesure, les parieurs empochent trop facilement leur argent. (1) Vous l'avez donc compris. Le scénario n'est pas vraiment le gros point fort de ce second chapitre. En vérité, Isaac Florentine se contente de reprendre les codes inhérents de son "illustre" (façon de parler...) prédécesseur. Et pourtant, Undisputed 2 se révèle largement supérieur à son modeste épigone.
En outre, Isaac Florentine a prestemment remercié Wesley Snipes et Ving Rhames au profit de deux érudits des arts martiaux, j'ai nommé Michael Jai White et Scott Adkins. En l'occurrence, ce dernier n'a pas à rougir de la comparaison avec les meilleurs experts de jadis, notamment Bruce Lee, Jet Li et Jean-Claude Van Damme.

On tient même probablement là le meilleur combattant du moment, en tout cas le plus aérien, le plus musculeux et le plus athlétique. C'est paradoxalement le défaut du film. Alors que le scénario d'Undisputed 2 se centre sur le personnage de George Chambers, interprété par Michael Jai White, celui-ci se fait voler la vedette par un certain Boyka (donc Scott Adkins), impressionnant de rage et d'opiniâtreté. Certes, le schéma narratif du film est de facture laconique et conventionnelle.
Pourtant, Isaac Florentine parvient à transcender ses deux principaux protagonistes, en particulier Yuri Boyka qui crève littéralement l'écran. 
Surtout, Undisputed 2 se démarque par ses combats d'une rare violence et fulgurance. Les nombreux sauts périlleux de Scott Adkins, plus preste que jamais, étonnent par sa capacité à effectuer les pirouettes les plus insensées. Enfin, le long-métrage érige les matches de la MMA et de l'UFC comme les nouveaux parangons de la boxe moderne.
Seul, le K.O. ne suffit plus. Désormais, les boxeurs endurcis doivent s'empoigner en utilisant plusieurs techniques de combat. 
Ainsi, les arts martiaux, le kickboxing et la lutte au sol sont savamment mélangés. Narquois, Isaac Florentine reprendra les animosités en se focalisant davantage sur le personnage de Yuri Boyka, dans Un Seul Deviendra Invincible 3 - Redemption et Boyka : Undisputed. Bref, s'il n'a pas pour vocation de s'inscrire parmi les grands classiques du cinéma d'arts martiaux, Undisputed 2 n'en demeure pas moins une surprise agréable et plus que recommandable.

 

Note : 13.5/20

sparklehorse2 Alice In Oliver

(1) Synopsis du film sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_seul_deviendra_invincible_:_Dernier_Round