le village des damnés - 1995

 

Genre : horreur, épouvante, fantastique (interdit aux - 12 ans)
Année : 1995
Durée : 1h38

Synopsis : Un jour d'automne, une force invisible et mystérieuse endort les habitants du modeste village de Midwich. Quelques semaines plus tard, le docteur Alan Chaffee découvre qu'une dizaine de ses patientes attendent un heureux évènement

La critique :

Après avoir connu les affres du succès (Halloween, la nuit des masques, Starman et New York 1997 principalement) puis de nombreux déboires commerciaux (The Thing et Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin, entre autres), John Carpenter accuse sérieusement le coup dès les prémisses des années 1990. A juste titre, son pseudo remake de The Invisible Man, rebaptisé Les Aventures d'un Homme Invisible (1992) pour l'occasion, se solde par un bide commercial. Qu'à cela ne tienne, durant cette même période, il réalise L'Antre de la Folie (1995) et Vampires (1998). Les fans de John Carpenter exultent et croient au grand retour du maître de l'épouvante.
Une hérésie hélas corroborée par la sortie de Ghosts of Mars en 2001.

Dépité et répudié par le système hollywoodien, John Carpenter disparaît presque totalement des écrans-radars. Il faudra patienter dix longues années avant de le voir revenir derrière la caméra de The Ward en 2011. Mais cette nouvelle production horrifique (la dernière de John Carpenter à ce jour) désappointe unanimement les fans de la première heure. John Carpenter n'est plus ce "Big John" de naguère. Il est désormais confiné parmi les réalisateurs du passé.
Impression accréditée par la sortie de Le Village des Damnés en 1995, le remake homonyme du chef d'oeuvre de Wolf Rilla. Evidemment, une telle relecture suscite l'enthousiasme des fans du matériel original. Jadis, John Carpenter avait déjà signé The Thing (1982), le remake de La Chose d'un autre monde (Christian Nyby, 1951).

4980

Une nouvelle version qui surpassait allègrement son illustre épigone. En outre, Le Village des Damnés (1995) s'inscrit continûment dans cette fascination pour l'Apocalypse. Le film sort dans la foulée de L'Antre de la Folie, un autre long-métrage qui oscille entre l'épouvante et l'eschatologie. La distribution de ce remake réunit Christopher Reeve, Kirstie Alley, Linda Kozlowski, Michael Paré, Meredith Salenger et Mark Hamill. Le Village des Damnés marque également la dernière apparition d'un Christopher Reeve encore valide. Quelques mois après le tournage du film, l'acteur sera victime d'une chute de cheval, confinant l'infortuné dans une chaise roulante. Bien triste anecdote...
Attention, SPOILERS ! (1) 
Une ombre mystérieuse survole le village de Midwich et cause l'évanouissement de tous les êtres vivants dans un territoire aux contours nettement définis.

Pendant six heures, Midwich est sans vie. N'arrivant pas à entrer en contact avec les habitants du village, les populations voisines s'inquiètent. Des spécialistes du surnaturel se regroupent et tentent d'élucider ce phénomène. Quelque temps plus tard, dix habitantes de la bourgade dont une jeune femme vierge se retrouvent simultanément enceintes. Certaines sont dévastées, d'autres, enchantées. Pourtant, grâce aux discours du docteur Suzanne Verner et à l'aide financière accordée aux familles se retrouvant dans cette situation, toutes décident de garder leur progéniture.
Les enfants naissent en même temps, à la même heure, et au même endroit. À première vue, ils ont l'air normaux. L'un d'eux est toutefois déclaré mort-né par S. Verner qui le soustrait pour l'étudier.

4982

Les nouveaux arrivants font l'objet d'observations durant leur développement. Leurs cheveux sont blancs, anormalement soyeux et leurs ongles sont plus étroits que la normale. Ils ont des traits communs, un peu comme s'ils étaient frères et sœurs. Ils sont dépourvus de compassion, à l'exception de l'un des petits garçons. Le plus inquiétant reste leur regard hypnotisant et leurs pouvoirs télépathiques. Les morts suspectes se multiplient dans le village et les enfants sont soupçonnés même s'ils n'ont jamais de contact physique direct avec les défunts (1).
Au regard de ce remake, difficile de reconnaître le style affiné de John Carpenter, tant le cinéaste paraît absent derrière sa caméra. A tel point que la première partie du film s'apparente à une sorte de téléfilm horrifique anomique.

Cette première section ne se démarque pas vraiment du matériel original puisque Carpenter reprend peu ou prou les mêmes éléments : une brume mystérieuse qui provoque la syncope de tous les habitants d'une communauté isolée des Etats-Unis, des naissances simultanées, puis des enfants à l'aura comminatoire et aux yeux luminescents qui commettent de nombreux meurtres au sein de la bourgade. Voilà pour le programme des tristes réjouissances.
Seule petite nuance. John Carpenter confère à David, un enfant doté de pouvoirs télépathiques, une certaine bienveillance et magnanimité. Mieux, le bambin s'accointe et s'acoquine avec son patriarche, provoquant les furibonderies de ses congénères. Ainsi, David n'est plus le leader despotique et autocratique de la version de Wolf Rilla. 

le-village-des-damnes-1995-4107-78440213

Le jeune gosse est évincé par Mara, une fillette hégémonique qui semble obéir au diktat d'une force alien contenue dans une sorte de bocal. Sur ce dernier point, John Carpenter s'inspire du film d'Anton Leader, Les Enfants des Damnés (1963), la suite méconnue de Le Village des Damnés, en s'appropriant la thèse extraterrestre. Dans sa seconde partie, la tension s'accélère. John Carpenter sort enfin de son sommeil léthargique et dissémine, ici et là, plusieurs saynètes d'épouvante.
Toutefois, rien de sensationnel non plus. Ici, point d'analyse sur cette invasion insidieuse et irréfragable, ni de diatribe sur le nazisme et ses conséquences délétères. Jamais, John Carpenter n'a paru aussi apathique derrière sa caméra. En l'état, Le Village des Damnés (1995) fait presque figure de film de commande. D'ailleurs, le public et les fans ne se leurreront pas et bouderont ce remake lors de sa sortie au cinéma. Bref, en trois mots : une cruelle déception.

Note : 08.5/20

 

sparklehorse2 Alice In Oliver

(1) Synopsis du film sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Village_des_damn%C3%A9s_(film,_1995)