freddy contre jason

 

Genre : horreur, slasher (interdit aux - 16 ans)
Année : 2003
Durée : 1h36

Synopsis : Voilà bien longtemps que Freddy ne hante plus les nuits des jeunes d'Elm Street. Les drogues secrètement administrées aux adolescents par leurs parents empêchent tous les cauchemars et le condamnent à l'impuissance. Pourtant, non loin de là, l'instrument de sa vengeance attend... Jason, le tueur maniaque enterré, n'est pas tout à fait mort. Freddy le sait et décide de pénétrer son esprit. Il va faire de lui le bras armé de son terrifiant retour. Bientôt, Elm Street redevient un enfer. La jeune Lori Campbell et ses amis voient les morts violentes se multiplier autour d'eux. Entre Freddy et Jason, c'est à celui qui saisira ses victimes le plus rapidement. Très vite, ils deviennent concurrents. L'affrontement est inévitable. Lequel des deux monstres triomphera ? Nul ne le sait. Une chose est certaine : si certains survivent à ce choc, ils n'oublieront jamais

La critique :

Réalisateur, producteur et scénariste chinois, Ronny Yu décide de s'expatrier aux Etats-Unis à la fin des années 1990. Dans son pays, on le connaît essentiellement pour certaines productions qui ont réussi à s'exporter en dehors de leurs frontières. C'est par exemple le cas de L'héritier de la violence (1986), S.O.S. Maison Hantée (1988) et La Mariée aux cheveux blancs (1993).
Une fois débarqué chez l'Oncle Sam, Ronny Yu doit s'atteler à la réalisation de Magic Warriors, un film qui mélange fantastique et aventure, et qui s'adresse essentiellement à un public enfantin, voire pré-pubère. Si le long-métrage récolte essentiellement des critiques négatives, il se solde néanmoins par un succès commercial. C'est dans ce contexte favorable que Ronny Yu est chargé de réaliser La Fiancée de Chucky en 1998.

Bien que le film soit conçu comme une gaudriole, à la fois licencieuse et outrancière, La Fiancée de Chucky est plébiscitée par de nombreux fans. Ces derniers sont en pleine effervescence et réclament, depuis des lustres, un affrontement titanesque entre Jason Voorhees et Freddy Krueger, les croquemitaines décérébrés de Vendredi 13 et de Nightmare On Elm Street. Une requête entendue par les producteurs. Le rêve devient enfin réalité sous l'égide de Ronny Yu, chargé de signer Freddy contre Jason, en 2003. Ce nouvel avatar constitue à la fois le onzième épisode de la saga Vendredi 13 et le huitième opus de la saga Freddy Krueger. Kane Hodder, le fameux colosse de plus de deux mètres, célèbre pour avoir interprété le boogeyman au masque de hockeyeur, vaque à d'autres projets et refuse logiquement le rôle.

111497

Pas de problème, ce dernier est évincé par un certain Ken Kirzinger qui a déjà joué dans Vendredi 13 - Chapitre 8 : L'Ultime Retour (Rob Hedden, 1989), mais dans le rôle d'un cuisinier, par ailleurs assassiné par le même Kane Hodder (alias Jason Voorhees). Quant à Robert Englund, il revêt à nouveau (et donc pour la huitième fois consécutive) les oripeaux et les griffes acérées de Freddy Krueger. Viennent également s'ajouter Monica Keena, Jason Ritter, Kelly Rowland, Katharine Isabelle, Christopher George Marquette, Brendan Fletcher et Tom Butler.
Attention, SPOILERS ! Voilà bien longtemps que Freddy ne hante plus les nuits des jeunes d'Elm Street. Les drogues secrètement administrées aux adolescents par leurs parents empêchent tous les cauchemars et le condamnent à l'impuissance.

Pourtant, non loin de là, l'instrument de sa vengeance attend... Jason, le tueur maniaque enterré, n'est pas tout à fait mort. Freddy le sait et décide de pénétrer son esprit. Il va faire de lui le bras armé de son terrifiant retour. Bientôt, Elm Street redevient un enfer. La jeune Lori Campbell et ses amis voient les morts violentes se multiplier autour d'eux. Entre Freddy et Jason, c'est à celui qui saisira ses victimes le plus rapidement. Très vite, ils deviennent concurrents.
L'affrontement est inévitable. Lequel des deux monstres triomphera ? Nul ne le sait. Une chose est certaine : si certains survivent à ce choc, ils n'oublieront jamais. Visiblement, le but de ce Freddy contre Jason est de renouveler une recette anomique et bien connue du grand public. 

Freddy-vs-Jason-jason-voorhees

Hélas, Freddy Krueger et Jason Voorhees ne font plus peur. Les deux boogeymen ne suscitent même plus des cris d'orfraie dans les salles obscures. Et c'est ce qu'a parfaitement compris Ronny Yu. Magnanime, le cinéaste tourne les deux croquemitaines en autodérision dans une pellicule certes gore, mais finalement inoffensive. Le prétexte ? Pour à nouveau effaroucher les étudiants d'Elm Street, l'ignoble Freddy Krueger ressuscite et utilise Jason comme l'instrument de sa terrible vengeance (je renvoie au synopsis). "Bienvenue dans mon cauchemar !" s'écrie le croquemitaine au visage carbonisé.
Mais évidemment, Jason Voorhees n'en a cure. Dès lors, la partie de massacre tourne inévitablement au pugilat. Dans cette chienlit cinématographique, la propre marâtre de Jason Voorhees revient carrément pour sermonner son fils décérébré.

Vous pouvez donc oublier tout sens du suspense et oblitérer tout scénario crédible et/ou plausible, au profit d'un spectacle égrillard et goguenard, avec son lot de nichons et de tenues dépoitraillées. Ici, on se contrefout des protagonistes secondaires. Tous se font chiper la vedette par Jason Voorhees et Freddy Krueger, très en forme pour l'occasion. Certes, Ronny Yu fait parfois preuve d'audace et d'ingéniosité dans certaines séquences de tripailles, assez jubilatoires, il faut bien le dire.
Ainsi, le spectateur "popcorn" et lambda se laissera facilement berner par ce slasher de facture conventionnelle, à condition de fermer les yeux (et les oreilles) sur des dialogues abscons et des situations ultra convenues. 
D'où l'impression d'assister à un spectacle relativement chimérique. Plus c'est gros, plus c'est bon... Telle est l'expression qui sied le mieux à cette production béotienne. Une pellicule à réserver néanmoins aux plus irréductibles du genre ou aux plus courageux, vous choisirez...

Note : 10/20

sparklehorse2 Alice In Oliver