amazing spider man

 

Genre : fantastique, action, super-héros

Année : 2012

Durée : 2H16

Synopsis : Peter Parker est un jeune homme introverti qui est la tête de turc de ses camarades de classe. Peter vit chez son oncle et sa tante et souffre de la disparition de ses parents. De plus, il ne parvient pas à assumer son amour pour Gwen Stacy. Sa vie prend un nouveau tournant le jour où il est piqué par une araignée radioactive dans les laboratoires Oscorp. Doté de supers pouvoirs, il devient alors Spider-Man !

La critique :

Indiscutablement, la trilogie de Sam Raimi a réussi à marquer les esprits.  Pourtant, cette fois, Raimi a lâché les aventures du célèbre tisseur et a cédé la place à Marc Webb. Ce dernier a l’intention de proposer sa propre saga et de repartir à zéro. Une nouvelle génération Spider-Man s’annonce alors. On peut légitimement se demander si cette nouvelle adaptation de l’œuvre de Stan Lee était absolument nécessaire, alors que la trilogie de Raimi est relativement. Pourtant, Marc Webb entend relever le défi et il y parvient plutôt bien. Attention SPOILERS !
Peter Parker est un jeune homme qui a perdu ses parents très jeune. Il vit chez son oncle et sa tante qui l’adorent par-dessus tout. Au Lycée, Peter est la tête de turc de ses camarades de classe, notamment de Flash Tompson.

La seule personne affable avec lui se nomme Gwen Stacy, une fille dont il est éperdument amoureux. Un jour, Peter découvre que son père travaillait dans les laboratoires Oscorp et était l’associé du Docteur Curtiz Connors. Il rencontre ce dernier, un scientifique éminent, amputé du bras droit et qui travaille sur de l’ADN de lézard pour tenter de régénérer les organes humains. En s’aventurant dans les laboratoires d’Oscorp, Peter est piqué par une araignée radioactive. 
Il se retrouve alors en possession de supers pouvoirs. Il profite alors pleinement de ce don. Mais un jour, son oncle est tué par un hors la loi que Peter aurait pu arrêter. Il devient alors Spider-Man et entend bien faire régner la justice en arrêtant les criminels. Mais il se heurte à des difficultés : une double identité, une police qui remet en cause sa légitimité à faire la justice et un Docteur Connors qui, à la suite d’une expérience ayant mal tourné, devient un Lézard mutant particulièrement féroce.

Voilà pour l’intrigue qui reprend les comics d'origine tout en prenant certaines libertés. Clairement, si The Amazing Spider-Man avait misé sur la fidélité du scénario, il n’aurait été qu’une pâle copie du film de Raimi assez fidèle à la BD par ailleurs. Cependant, la réalisation regorge d’idées ingénieuses. A contrario, Webb s’inspire un peu de la mise en scène de Raimi par moment sans jamais l’égaler non plus. Pour ce qui est du personnage principal, c’est Andrew Garfield qui reprend le costume du tisseur et il est visiblement taillé pour lui. En effet, l’acteur est bluffant et parvient même à faire oublier Tobey Maguire. 
Pour le reste du casting, on retrouve également Martin Sheen, Emma Stone et Rhys Ifans. Ce dernier ne s’en tire pas trop mal dans son double rôle Docteur Connors/Lézard. 

Au niveau des effets spéciaux, la bestiole est plutôt réussie. Cependant, on regrettera que le film n’exploite pas davantage le côté Docteur Jekyll/Mister Hyde du personnage. Au niveau de la tonalité, le film se veut beaucoup plus humoristique que l’œuvre de Raimi. C’est parfois un défaut mais certaines scènes sombrent un peu dans le grand-guignolesque. Toutefois, dans l'ensemble, le film est plutôt bien rythmé. Personnellement je n’ai vraiment pas vu passer les 2h16 du film.
De plus, The Amazing Spider-Man pose plusieurs questions intéressantes. La responsabilité d’un grand pouvoir (déjà évoqué dans le film de Raimi) et la légitimité à faire la justice. On pourra regretter cependant l’absence de certains personnages, notamment J.J. Jameson, le rédacteur du Daily Buggle. Bref, s’il n’est pas exempt de tout reproche, The Amazing Spider-Man se révèle être un très bon divertissement et une bonne adaptation des aventures du Tisseur cagoulé.

 

Note : 14/20

vince Vince