piranha-3d-recto-jaquette700

 

Genre : horreur, comédie (interdit aux - 12 ans)
Année : 2010

Durée : 1h29

Synopsis : Alors que la ville de Lake Victoria s'apprête à recevoir des milliers d'étudiants pour le week-end de Pâques, un tremblement de terre secoue la ville et ouvre, sous le lac, une faille d'où des milliers de piranhas s'échappent. Inconscients du danger qui les guette, tous les étudiants font la fête sur le lac tandis que Julie, la shérif, découvre un premier corps dévoré... La journée va être d'autant plus longue pour elle que Jake, son fils, a délaissé la garde de ses jeunes frères et sœurs pour servir de guide à bord du bateau des sexy Wild Wild Girls.

La critique :

Est-il encore nécessaire de le préciser ? Alexandre Aja est le fils du cinéaste français Alexandre Arcady. Dès l'âge de quatre ans, il effectue sa toute première apparition dans Le Grand Pardon (1982), puis dans Le Grand Carnaval (1983), L'Union Sacrée (1989) et Le Grand Pardon 2 (1992). En 1997, les choses s'accélèrent puisque Alexandre Aja décide de suivre la trajectoire de son paternel. Il s'accointe et s'acoquine avec Gregory Levasseur.
Ensemble, les deux compères réalisent leur tout premier court-métrage horrifique, Over The Rainbow. L'année 2003 signe enfin la consécration du jeune cinéaste avec la sortie de Haute Tension, un long-métrage horrifique applaudi et encensé par Luc Besson lui-même. Ce véritable plébiscite se solde par plusieurs récompenses, notamment au festival du film indépendant de Sundance en 2004.

Ce succès inopiné lui ouvre les portes du grand Hollywood. Les producteurs américains décèlent chez ce jeune réalisateur un immense potentiel et lui confient le remake de La Colline A des Yeux en 2006. Alexandre Aja a donc la lourde tâche de succéder à Wes Craven. Mais le jeune apprenti fait preuve de pertinacité et apparaît comme le digne épigone du maître de l'épouvante. La Colline A Des Yeux version 2006 se solde par un immense succès commercial. 
Même le film est adulé par Wes Craven et la presse cinéma. La société Dimension Films le charge alors de réaliser Piranha 3D en 2010, toujours avec la collaboration de Grégory Levasseur. Bien qu'inspiré par Piranhas (Joe Dante, 1978), cette nouvelle séquelle ne serait pas un nouveau remake, comme l'indique Alexandre Aja à ses contempteurs.

19692188

Pourtant, le projet de réaliser une nouvelle version de Piranhas remonte à 2005. Le long-métrage devait être confié aux soins de Chuck Russell, mais le projet est finalement prorogé en raison d'un budget jugé trop onéreux (entre 20 et 25 millions de dollars). Mais le succès triomphal de La Colline A Des Yeux modifie quelque peu les données. C'est donc Alexandre Aja qui hérite du scénario originel. Mais le script ne plaît guère au cinéaste et à Gregory Levasseur.
Les deux comparses souhaitent réaliser une pellicule à la fois trash, égrillarde et goguenarde. Hélas, la situation se complique lors du montage final. Les producteurs imposent plusieurs coupures au long-métrage et le film se voit tronquer de douze précieuses minutes. Qu'à cela ne tienne.

A l'instar de La Colline A Des Yeux, Piranha 3D se solde à son tour par un succès colossal au box-office américain. Une suite, Piranha 2 3D aka Piranha 3DD, est même réalisée en 2012 sous la férule de John Gulager. La distribution de ce premier chapitre réunit Elisabeth Shue, Steven R. McQueen, Adam Scott, Jerry O'Connell, Ving Rhames, Jessica Szohr, Kelly Brook, Christopher Lloyd, Richard Dreyfuss et Eli Roth. Attention, SPOILERS ! Alors que la ville de Lake Victoria s'apprête à recevoir des milliers d'étudiants pour le week-end de Pâques, un tremblement de terre secoue la ville et ouvre, sous le lac, une faille d'où des milliers de piranhas s'échappent.
Inconscients du danger qui les guette, tous les étudiants font la fête sur le lac tandis que Julie, la shérif, découvre un premier corps dévoré... 

piranha3d 05

La journée va être d'autant plus longue pour elle que Jake, son fils, a délaissé la garde de ses jeunes frères et sœurs pour servir de guide à bord du bateau des sexy Wild Wild GirlsPetite piqûre de rappel. L'immense succès de Les Dents de la Mer (Steven Spielberg, 1975) engendre un nouveau genre dans le cinéma horrifique : la "Jawsploitation". Trois ans plus tard, une série B, sobrement intitulée Piranhas, profite de ce nouveau phénomène.
En l'occurrence, Piranha 3D s'apparente plus à un hommage qu'à un véritable remake du film de Joe Dante. Mais pas seulement... Conçu comme une gaudriole, cette bisserie dispendieuse vient également renifler du côté de La Mort au Large (Enzo G. Castellari, 1981), un nanar italien qui, à sa manière, a lui aussi marqué son époque.

Seule petite nouveauté au tableau de bord, Alexandre Aja et Grégory Levasseur se centrent sur un nouveau phénomène : les springbreakers, ces nouveaux super consommateurs arrogants et insouciants qui festoient, badinent, s'avinent de cocktails et ripaillent sur la plage et sous un soleil de plomb. Dès lors, les divers protagonistes du film ne présentent guère d'intérêt. Tous se font chiper la vedette par une autre forme de menace aquatique : des piranhas voraces et aux incroyables rotondités.
In fine, Piranha 3D pourrait donc se résumer à une formule basique et laconique : des gros poissons, de jolies nanas largement dépoitraillées et des gros "nénés". Force est de constater que la recette ânonnée par Alexandre Aja et son fidèle prosélyte ne fonctionne que par intermittence.

Il faudra donc s'armer de patience avant d'assister à une longue séance d'étripages carnassiers, la séquence la plus longue et la plus complexe à réaliser, selon le propre aveu d'Alexandre Aja. Piranha 3D marque aussi le grand retour de toutes ces pellicules gore et décérébrées qui ont pullulé dans les années 1980. Impossible, par exemple, de ne pas songer à Virus Cannibale (Bruno Mattei, 1980) par certaines accointances. Piranha 3D, c'est aussi cette exaltation du sexe, du sang et de la violence, dans la plus grande tradition du genre. Mais Piranha 3D n'en demeure pas moins une production hollywoodienne, elle-même confinée et limitée - notamment dans sa condescendance - par les roueries du cinéma américain. Gare à ne pas trop effaroucher le public popcorn !
De facto, Piranha 3D s'apparente surtout à une pellicule aseptisée et standardisée par ses propres démiurges. Bref, en quelques mots : aussitôt vu, aussitôt oublié !

 

Note : 11.5/20

 

sparklehorse2 Alice In Oliver