equipee-sauvage_hd

Genre : Drame

Année : 1953

Durée : 1H16

 

L’histoire : Dans un petite bourgade tranquille où règne l’ennui, une bande de motards menée par Johnny, débarque pour rompre le calme. Bien vite ces jeunes turbulents se heurtent inévitablement aux préjugés des habitants. Johnny, cependant, se lie d’amour avec Kathie, la fille du shérif.

    

La critique :

Il existe des films symboliques, des films qui marquent considérablement la culture populaire. Indéniablement, L’Equipée sauvage, réalisé par Laslo Benedek et produit par Stanley Kramer en 1953, est de ceux-là. Tout le monde connaît l’image de Marlon Brando, avec sa casquette tombante et accoudé à sa moto avec un trophée volé attaché au guidon. L’Equipée sauvage est donc un film culte, qui a marqué les années 50. Mais plus qu’un film de culture populaire, c’est également un film profond sur la jeunesse et l’échec de la communication entre le monde des adultes et des adolescents. 
Attention SPOILERS ! Une bande de 40 motards en blousons noirs, dirigés par Johnny, se rendent sur un champ de course de motos et commencent à semer la pagaille, avant de s’enfuir en volant le trophée. Plus tard, Johnny et sa bande arrivent dans une petite ville où la tranquillité est synonyme d’ennui.

La bande envahit le bar du coin et Johnny commence à draguer la jeune serveuse qui n’est autre que Kathie, la fille du shérif. Cette dernière est d’abord rebutée par les manières de voyous de Johnny. Une bande rivale, dirigée par un certain Chino, débarque et une bagarre éclate pour la possession du trophée. Johnny l’emporte sur Chino mais les autorités interviennent. Johnny courtise de plus en plus Kathie et l’emmène découvrir la liberté au cours d’une balade en moto. 
Mais pendant ce temps, en ville, la tension monte entre les habitants puritains, pleins de préjugés et les jeunes motards. L’issue tragique sera inévitable. En réalité, L’Equipée sauvage s’inspire d’un fait divers : le 4 juillet 1947, 4000 motards auraient semé la discorde et mis à sac la petite bourgade d’Hollister en Californie. 

equipee06-605x437

L’Equipée sauvage veut donc retranscrire l’esprit rebel d’après guerre qui commençait à naître dans les années 50. Il faut dire qu’on a affaire à une bonne équipe, Stanley Kramer à la production et Laslo Benedek à la réalisation. Parlons justement de la réalisation, il faut savoir que le film a été réalisé en seulement 1 mois. Tout d’abord, comment oublier la célèbre scène d’ouverture qui ouvre la voie aux futurs road movies ? Benedek sait donner du punch à travers sa caméra. 
Le film, assez court en fin de compte, est bien rythmé et les scènes en moto sont très bien filmées. Mais la réalisation fait également transparaître la montée de tension entre les habitants et les motards. Ensuite, L’Equipée sauvage peut s’appuyer sur un très bon casting. Pour le rôle principal de Johnny, la production fait appel à Marlon Brando.

Le choix n’est clairement pas anodin puisque Brando est l’acteur le plus en vogue de l’époque. Le comédien se glisse sans problème dans la peau de Johnny, ce jeune rebel mystérieux plus émotif et sensible qu’il ne veut le faire croire. Le rôle lui va comme un gant et va faire de l’acteur une superstar. Brando va devenir une véritable icône pour les « jeunes rebelles » de l’époque. En clair, sa prestation va beaucoup inspirer la jeunesse de l’époque. James Dean, qui était fan de l’acteur, piquera tous les tics du personnage de Brando pour son interprétation dans La Fureur de Vivre
Mais outre Brando, on retrouve aussi Mary Murphy dans le rôle de Kathie la jeune fille qui, prisonnière de cette bourgade, va découvrir la liberté et l’amour avec Johnny. Le casting se compose également de Robert Keith et de Lee Marvin (dans le rôle de Chino). 

marlon-brando-equipee-sauvage_hd

Une fois encore, l’Equipée sauvage s’est hissé au rang de film culte et de classique du cinéma. On a dit beaucoup de chose sur ce film et notamment beaucoup de conneries aussi. Par exemple, plusieurs détracteurs considèrent L’Equipée sauvage comme un film désuet car les rebelles « délinquants » qu’il met en scène paraissent plutôt gentillets à côté des « loubards actuels ». Cet argument démontre en fait une incompréhension totale du film. Il serait recevable si le but de Benedek avait été de montrer la bande à Johnny comme des délinquants amoraux, sans foi ni loi. 
Or, c’est en fait tout le contraire ! Benedek ne veut pas faire de ces jeunes des terreurs, loin de là ! Son but est de montrer une bande de jeunes rebelles turbulents qui sont surtout pris en grippe par les adultes autoritaires de la bourgade.

Le réalisateur veut montrer les préjugés de ces gens et leur peur au final exagérée et irraisonnée de cette bande de jeunes. L’Equipée sauvage est donc un film justement d’actualité car il montre un échec de communication entre la jeunesse et le monde adulte. On comprend que les jeunes motards ne réalisent pas vraiment qu’ils troublent la tranquillité de la ville et que du côté des habitants, on prend peur de ces jeunes aux mœurs un peu rustres et on réagit trop vivement. 
Il y a cette peur viscérale et pas forcément rationnelle de la nouvelle génération. C’est notamment ce qu’exposait Fritz Lang dans son film Furie. Mais Benedek nous dresse aussi le portrait d’une jeunesse inconsciente des situations qu’elle peut engendrer et qui est hostile, elle aussi, au monde des adultes. Paradoxalement, cette jeunesse également terrassée par l’ennui. Le film ne prend donc pas position et nous montre au final deux mondes (celui de la jeunesse et des adultes) qui ne se comprennent pas, mais qui souffrent des mêmes tares. 
C’est pourquoi sur ce point, L’Equipée sauvage reste toujours d’actualité. Une fois encore, ce film a eu beaucoup d’influence et ouvre la voie à La Fureur de Vivre, sortie 2 ans plus tard. La légende veut également que lorsqu’il se retrouva en prison pour meurtre, Christian Brando, le fils de Marlon, fut protégé par les Hells Angels en raison du fait que son père était la star de ce film. Bref, l’Equipée Sauvage reste un film culte à voir absolument !

 

Note : 17/20

vince Vince