fullcontact 1991

 

Genre : arts martiaux, boxe, action
Année : 1990

Durée : 1h45

Synopsis : (1) Francois Gaultier, un misérable trafiquant de drogues est brûlé vif par un gang. Il finit à l'hôpital où il demande à sa femme de contacter son frère Lyon. Ce dernier se trouve dans la Légion Étrangère en Afrique du Nord d'où il va déserter pour rejoindre les États-Unis. Là-bas, il fait la connaissance de Joshua qui va l'enrôler dans des combats clandestins afin que Lyon gagne l'argent pour traverser le pays et retrouver la famille de son frère (1)

La critique :

C'est à partir de 1982 que Jean-Claude Van Varenberg, alias Jean-Claude Van Damme (JCVD), décide de s'exiler aux Etats-Unis. Dans un premier temps, JCVD connaît des débuts timorés et accumule les petits emplois sans lendemain. Alors qu'il débarque à Los Angeles, rêvant de gloire et de notoriété, JCVD s'accointe et s'acoquine avec Chuck Norris et Lou Ferrigno. L'acteur belge devra néanmoins s'armer de patience. En 1986, il obtient enfin un premier rôle important (Ivan le Russe) dans Karaté Tiger : le Tigre Rouge (Corey Yuen). Selon le propre aveu de JCVD, c'est son incroyable dextérité et surtout sa capacité à réaliser le grand écart sur commande qui vont lui donner son ticket pour Hollywood. 
Bloodsport (Newt Arnold, 1988) lui permet enfin de concrétiser le rêve américain. Contre toute attente, cette série B d'arts martiaux triomphe non seulement en vidéo, mais bientôt dans les salles obscures.

De surcroît, ses films suivants, Cyborg (Albert Puyn,1989) et Kickboxer (Mark DiSalle, 1989) en particulier, lui permettent d'asseoir sa notoriété au box-office. Vient également s'ajouter Full Contact, réalisé par Sheldon Lettich en 1990. Avec ses précédents longs-métrages, JCVD vient de voler la vedette à Arnold Schwarzenegger, Sylvester Stallone et consorts. Désormais, Hollywood peut compter sur un nouvel action man, prêt à ferrailler contre ses illustres épigones.
D'ailleurs, l'acteur belge griffonne le scénario du film sous les précieuses instigations de Sheldon Lettich et S.N. Warren. Full Contact marque également la troisième et dernière collaboration entre JCVD et Michel Qissi, après Bloodsport et Kickboxer. Viennent aussi s'ajouter Harrison Page, Deborah Rennard, Lisa Pelikan, Ashley Johnson, Brian Thompson et Abdel Qissi.

63985914

Attention, SPOILERS ! Francois Gaultier, un misérable trafiquant de drogues est brûlé vif par un gang. Il finit à l'hôpital où il demande à sa femme de contacter son frère Lyon. Ce dernier se trouve dans la Légion Étrangère en Afrique du Nord d'où il va déserter pour rejoindre les États-Unis. Là-bas, il fait la connaissance de Joshua qui va l'enrôler dans des combats clandestins afin que Lyon gagne l'argent pour traverser le pays et retrouver la famille de son frère.
A juste titre, les fans de l'acteur belge considèrent Full Contact comme le ou l'un des meilleurs films de JCVD. Quant à Sheldon Lettich, le cinéaste a déjà oeuvré par le passé dans Rambo 3 (Peter MacDonald, 1988) en tant que scénariste. On tient donc là un véritable parangon du cinéma d'action de commande.

Par là, comprenez qu'on se contrefout royalement de l'ingéniosité des scénarios et que l'on privilégie davantage l'action et les bastons homériques. Par ailleurs, après Full Contact, Sheldon Lettich et JCVD collaboreront à nouveau ensemble dans Légionnaire (1998), Double Impact (1990), The Order (2001) et The Hard Cops (2006). Premier constat, Full Contact n'est pas qu'un simple film de baston dans la pure tradition du genre. En outre, le long-métrage a de vraies revendications sociales en nous entraînant dans les bas quartiers des Etats-Unis et, plus précisément, du côté de la plèbe. 
En l'occurrence, JCVD interprète un certain Lyon Gauthier ou Coeur de "Lyon" (rien à voir avec la célèbre marque de camembert...) pour les intimes. Ce personnage s'attribue le rôle du défenseur et l'orphelin. 

vandamme11

Inlassablement poursuivi par deux légionnaires revanchards, Lyon Gauthier tente de venir en aide à sa belle-soeur et sa fille. Bon gré mal gré, il accepte, pour le compte d'un certain Joshua, un ancien boxeur estropié, de participer à des combats de rue. Dès lors, Lyon se construit une solide réputation de castagneur en puissance et suscite les convoitises de la pègre locale. Sheldon Lettich brosse alors le portrait d'un jeune homme affable, magnanime mais terriblement ingénu.
Malgré lui, Lyon Gauthier devient l'instrument des roueries de Cynthia, une femme d'affaire turpide et engluée dans les paris illégaux. La grande force de Full Contact repose donc sur ses personnages principaux, JCVD et Joshua Harrison en tête. Evidemment, Full Contact n'aurait pas un tel impact sans ses matches de boxe qui brillent avant tout par leur fougue et leur tonitruance.

Rien à redire, par ailleurs, sur la qualité des chorégraphies, savamment prodiguées par JCVD, plus véloce que jamais. On tient probablement là l'un des meilleurs films de combat américain de la décennie 1990. Hélas, le long-métrage n'est pas exempt de tout reproche. Dans l'ensemble, le discours péroré par Sheldon Lettich et JCVD reste un peu trop basique pour susciter réellement l'enthousiasme. Même les deux légionnaires, à la recherche de Lyon Gauthier, se prennent d'affection pour le jeune boxeur pugnace. A ce sujet, la conclusion finale verse volontairement dans la surenchère et la complaisance.
Mais, soyons honnêtes... On ne regarde pas vraiment un film avec JCVD pour la qualité de la trame scénaristique. On tient donc là un film profondément attachant qui comblera également les amateurs de bastons homériques. C'est déjà pas mal...

Note : 13/20

sparklehorse2 Alice In Oliver

(1) Synopsis du film sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Full_Contact_(film,_1990)