expendables 2

Année : 2012 (interdit aux - 12 ans)

Genre : action

Durée : 1h42

Synopsis : Les Expendables sont de retour, et cette fois, la mission les touche de très près... Lorsque Mr. Church engage Barney Ross, Lee Christmas, Yin Yang, Gunnar Jensen, Toll Road et Hale Caesar – et deux nouveaux, Billy The Kid et Maggie – l’opération semble facile. Mais quand l’un d’entre eux est tué, les Expendables jurent de le venger. Bien qu’en territoire hostile et donnés perdants, ils vont semer le chaos chez leurs adversaires, et se retrouver à tenter de déjouer une menace inattendue – cinq tonnes de plutonium capables de modifier l’équilibre des forces mondiales. Cette guerre-là n’est pourtant rien comparée à ce qu’ils vont faire subir à l’homme qui a sauvagement assassiné leur frère d’armes.

La critique :

Après un premier épisode sympathique signé par Sylvester Stallone "himself", revoici nos mercenaires de choc, cette fois sous la houlette du réalisateur Simon West, un nom qui suscite plus de craintes que de confiance chez les cinéphiles que nous sommes. Rappelons que le bonhomme est tout de même responsable  de plus de bouses (je pense notamment à Lara Croft : Tombraider) que de réussites (Les Ailes De L’Enfer et… c’est tout). Il était donc légitime d'avoir quelques suspicions à l'égard d'Expendables 2 : Unité Spéciale sous l'égide de Simon West.
Au niveau du casting, de nombreux acteurs rempilent, à l’image de Sylvester Stallone, Jason Statham, Dolph Lundgren, Jet Li, Terry Crews, Ronny Couture, Steve Austin ou Charisma Carpenter.

Evidemment, le fait de réaliser une suite permet de faire venir de nouvelles têtes et pas des moindres. En premier lieu, Jean-Claude Van Damme, qui avait dû décliner le premier Expendables, joue ici le méchant de service, baptisé sobrement Vilain (oui, vous avez bien lu, c’est franchement à se demander à quoi pensent les scénaristes). Son équipe est notamment composée de la star montante Scott Adkins. Côté gentils, c’est Liam Hensworth (petit frère de Chris et vu également dans Hunger Games) et Yu Nan qui rejoignent l’équipe de mercenaires. 
En outre, le film permet d’apprécier l’efficacité toujours intacte d’Arnold Schwarzenegger et de Bruce Willis. Les deux  acteurs ne se contentent ici plus de simples apparitions, ce qui était le cas dans le premier film.

expendables-2-unite-speciale_40225282_2

Enfin, pour compléter le casting, on a droit à la participation de Chuck Norris, toujours aussi habile pour flinguer du terroriste et dont la première apparition, au ralenti et sur une musique d’Ennio Morricone, est à se pisser dessus ! Dès les premières minutes, le film balance la marchandise avec les Expendables en pleine mission au milieu d’un pays en guerre. On a notamment droit à une très bonne scène de castagne avec Jet Li et des poêles à frire. Malheureusement, l’acteur disparaîtra assez vite de l’histoire, puisqu'une fois la mission accomplie, il quitte le groupe pour retourner en Asie.
Revenus en Amérique, les membres de l’équipe de Barney Ross auront peu de temps pour se reposer car Church les renvoie en mission pour récupérer une mallette dans un avion qui s’est crashé.

Pour l’occasion, le groupe d’homme doit collaborer avec Maggie, une jeune Chinoise. C’est lors de ce périple qu’ils tombent sur les Sangue, un groupe terroriste dirigé par Vilain (je m’y ferai jamais à ce nom ridicule) et qui maintient la région sous la terreur tout en exploitant des paysans à creuser des mines de Plutonium. Il ne faudra pas longtemps avant qu’il poignarde Billy, le plus jeune membre des Expendables, sous le regard effaré de ses camarades impuissants.
Dès lors, ceux-ci décident de tout tenter pour retrouver les Sangue et faire payer à Vilain et sa bande la mort de leur ami. Autant le dire de suite. Ceux qui ont viscéralement détesté le premier film feraient mieux de s'abstenir. Personnellement, je ne suis pas allergique aux films d’action bourrins et dénués de la moindre once d'intelligence.

The-Expendables-2-120626-02

En tout cas, niveau spectacle, le film assure grave et, cerise sur le gâteau, c’est bien filmé avec des scènes d’action lisibles. Rien que pour ça, je remercie Simon West d’avoir correctement fait son boulot et de nous proposer un film comme on en fait plus guère aujourd’hui, car à l’image du premier chapitre, on a droit à un film d'action à l’ancienne, n’en déplaise aux jeunots qui vont sûrement trouver le montage ringard. Ce second Expendables pourrait même s’apparenter à un film de guerre tant le spectacle violent, et parfois bien gore, le rapproche du dernier Rambo en date.
Evidemment, tout n’est pas parfait et on peut regretter la trop rapide disparition de Jet Li, ou encore l’arrivée un peu tardive de Schwarzenegger. A contrario, le film dégage une telle volonté de proposer un spectacle correct qu’on se laisse finalement embarquer, d’autant plus que tous les acteurs semblent beaucoup s‘amuser.

A l’image de Van Damme qui cabotine joyeusement en méchant ou encore les nombreuses vannes sur les comédiens (par exemple, Schwarzenegger qui balance un « Je Reviendrai » avant que Bruce Willis ne rétorque : « Ca fait vingt fois que tu reviens, y en a marre !"). Pour ma part, je ne trouve pas Van Damme particulièrement crédible en méchant et je préfère Scott Adkins qui, lui, est tout simplement parfait dans son rôle. Enfin, chapeau bas à Dolph Lundgren qui pousse littéralement son personnage jusqu'à en faire un individu drôle et complètement à la masse !
Pour moi qui ai grandi dans les années 80 avec tous ces action men du passé, ce film est juste un rêve de gosse qui se réalise, à l’image du premier film. C’est pourquoi encore une fois, je remercie Sylvester Stallone et Simon West pour ce très bon film et, n’en déplaise au grincheux, je suis déjà prêt pour un Expendables 3 ! 

Note : 16/20

titi Titi