le pull over rouge 1979

 

Genre : drame, policier
Année : 1979

Durée : 2 heures

Synopsis : A Marseille en 1974, une fillette de 8 ans est enlevée par un inconnu. Très rapidement son corps est retrouvé et un jeune homme de 20 ans, Christian Ranucci, est arrêté. Après un interrogatoire musclé, le suspect passe aux aveux, avant de se rétracter. Bien que son dossier comporte de nombreuses zones d'ombres, il est reconnu coupable lors du procès.

La critique :

Après avoir étudié la peinture à l'Académie des Beaux-Arts, Michel Drach oblique vers le noble Septième Art dans les années 1950. Tout d'abord fasciné par le mouvement de la Nouvelle Vague qui connaît son apogée durant les années 1960, Michel Drach s'orient davantage vers le drame et les films politiques, comme l'attestent les sorties de On n'enterre pas le dimanche (1960), Amélie ou le temps d'aimer (1961), Elise ou la vraie vie (1970) et Parlez-moi d'amour (1975).
Son engagement politique - plutôt à gauche, donc vers le Parti Communiste - connaît sa quintessence avec Les Violons du Bal (1974) et surtout Le Pull-Over Rouge (1979). A l'origine, ce long-métrage est l'adaptation d'un roman éponyme de Gilles Perrault, qui a fait scandale un an auparavant, puisque l'opuscule revient sur une affaire criminelle houleuse, celle qui a amené Christian Ranucci à périr sous le couperet aiguisé de l'échafaud en 1976.

Plus de quarante ans après les faits, le cas de Christian Ranucci continue de tarauder les médias et les enquêteurs. Christian Ranucci, ce jeune homme de 22 ans, était-il coupable ou innocent ? La question reste en suspens. Toujours est-il que Ranucci sera bel et bien condamné à la peine capitale. Accusé du kidnapping puis du meurtre d'une fillette de huit ans, Marie-Dolorès Rambla, l'accusé joue de déveine. Les preuves s'accumulent contre lui.
Ranucci déclare s'être endormi et avoir pique-niqué à proximité d'une champignonnière. Cet aveu provoque évidemment les suspicions de la police de Marseille. C'est justement l'endroit où sera retrouvée la dépouille sans vie de la fillette. A cela, s'ajoutent des tâches de sang apparentes sur le pantalon de l'accusé, les dépositions des époux Aubert qui prétendent avoir vu Ranucci tenir un paquet assez volumineux.

images

Par la suite, ce paquet se transformera subrepticement en enfant kidnappé. Un témoignage qui remettra en cause la véracité de leurs dires. Puis, après un long interrogatoire et sous la pression de la police, Christian Ranucci passera aux aveux, avant de se rétracter puis de clamer son innocence au tribunal. A sa décharge, les deux témoins principaux du kidnapping de Marie-Dolorès Rambla - le petit frère de la victime et un garagiste - ne reconnaissent pas Ranucci comme étant le ravisseur.
Même la voiture du meurtrier semble susciter la polémique et les interrogations. Un garagiste chevronné prétend avoir vu le ravisseur dans une Simca 1100 grise. Or, Christian Ranucci roule à bord d'une Peugeot 104 de couleur grisâtre également. Etrange similitude. Hélas, les deux véhicules se ressemblent et renforcent la confusion autour de l'affaire.

Enfin, il y a ce fameux pull-over rouge retrouvé sur les lieux du meurtre et qui semble appartenir au meurtrier. Parallèlement, depuis quelques temps dans les quartiers de Marseille, plusieurs témoignages relatent la présence d'un homme vêtu justement d'un pull-over rouge et abordant régulièrement des jeunes enfants. L'homme en question serait à la recherche de son chien noir. Un prétexte pour kidnapper et séquestrer des enfants... Mais l'existence de cet homme paraît chimérique et même fantasmatique aux yeux de la police, qui préfère se focaliser sur Christian Ranucci. 
Voilà, en un résumé très (trop...) succinct les grandes lignes de l'affaire. Evidemment, une transposition cinématographique de cette affaire criminelle suscite les anathèmes et les quolibets.  

le-pull-over-rouge_101554_10848

En effet, le long-métrage de Michel Drach corrobore la thèse de Gilles Perrault et plaide pour une révision du Procès. Le Pull-Over Rouge (le film) sort deux ans avant l'abolition de la peine de mort en France et dans un contexte houleux et de mécontentement. En effet, à l'époque, les médias relatent de nombreux kidnappings et meurtres d'enfants dans leurs colonnes. En 1976, Patrick Henry est condamné à perpétuité pour le meurtre de Philippe Bertrand, âgé de sept ans. 
Le meurtrier échappe de peu à la peine de mort. La populace furibonde réclame la tête de Ranucci. L'accusé doit aussi payer pour les exactions de Patrick Henry. Quant à Le Pull-Over Rouge, le film est soumis à l'égide de la censure, suite à une plainte de la famille de la victime. Le long-métrage de Michel Drach se voit donc tronquer de quelques minutes.

Le milieu politique s'empare de l'affaire. Se pose en filigrane la question de la liberté d'expression. Inutile alors de préciser qu'il s'agit d'un film polémique, politique, idéologique et farouchement opposé contre la peine capitale. La distribution du long-métrage réunit Serge Avédikian, Michelle Marquais, Claire Deluca, Roland Bertin, Roland Blanche, Pierre Maguelon, Didier Flamand, Maud Rayer, Jean Benguigui et Georges Beller. Attention, SPOILERS ! (1) Marseille, 1974.
Dans la matinée du 3 juin, Elisa Garcia, âgée de 8 ans, disparait de la cité Sainte-Agnès en compagnie d'un inconnu. 
Selon José, le frère d'Elisa âgé de 6 ans, l'homme était brun, vêtu d'un pull-over rouge et conduisait une Simca 1100 de couleur grise. A 20 kilomètres de Marseille, au croisement de La Pomme, un inconnu prend la fuite au volant de son coupé Peugeot 304 gris après avoir grillé le stop et percuté une voiture. 

téléchargement (1)

Quelques heures plus tard, un jeune homme demande de l'aide dans une maison, non loin du lieu de l'accident : sa voiture, le fameux coupé Peugeot 304, est embourbé dans une galerie de la champignonnière voisine. Quant à Elisa, elle reste introuvable. Le 5 juin, le corps d'une fillette est retrouvé sans vie près du croisement de la Pomme. Le conducteur du coupé est finalement identifié : il s'agit de Christian Ranucci, un représentant de commerce de 20 ans habitant à Nice.
De plus, la fillette est formellement identifiée par le père d'Elisa : il s'agit bien de sa fille. Dans la galerie où Ranucci s'est embourbé, la police retrouve un pull-over rouge. Christian Ranucci est arrêté. Cependant, le petit José ne le reconnaît pas comme étant le ravisseur... (1) Premier constat. Le film de Michel Drach est une adaptation fidèle du célèbre opuscule de Gilles Perrault.

En outre, Le Pull-Over Rouge (le film) montre, avec beaucoup de méticulosité, les grandes lignes de cette affaire criminelle : les nombreuses preuves à charge contre Christian Ranucci, mais aussi une enquête policière partiale et inique qui s'ingénie à accuser l'infortuné comme le principal suspect, voire même le meurtrier. Or, malgré l'accumulation de détails et de témoignages, le doute subsiste. Inexorablement. 
Le film de Michel Drach prend fait et cause pour Christian Ranucci.
Peu à peu, le cinéaste se détache par ailleurs de l'affaire pour se centrer sur un jeune homme en déliquescence. En l'occurrence, malgré tous les efforts déployés par le réalisateur et l'acteur principal (l'excellent Serge Avédikian), difficile de s'attacher ou de prendre parti pour cet homme à priori victime de la machine judiciaire. 
La principale raison tient justement dans la mise en scène, un peu trop basique et conventionnelle pour susciter l'adhésion sur la durée.
D'autant plus que le long-métrage n'évite pas les poncifs habituels : Ranucci victime des furibonderies des policiers et d'une juge d'instruction revêche... 
Néanmoins, le film ne fait que relayer les propres aveux de l'accusé lors de son procès. Aussi est-il nécessaire de voir Le Pull-Over Rouge comme un film éminemment politique et idéologique. Le but de cette chronique n'est certainement pas de juger Christian Ranucci, surtout plus de quarante ans après les faits, mais de voir cette oeuvre cinématographique pour ce qu'elle est, à savoir un film farouchement engagé, un peu à la manière d'un Costa-Gavras lors de ses meilleures années (Z et L'Aveu, entre autres). Parfaitement non notable, donc !

Note : ?

sparklehorse2 Alice In Oliver

(1) Synopsis du film sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Pull-over_rouge_(film)