hunger games

REALISATION : GARY ROSS

ANNEE : 2010

GENRE : SCIENCE FICTION

Durée : 2h22

 

Synopsis : Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l'Amérique du Nord, le Capitole, l'impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille - les "Tributs" - concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s'être rebellée et stratégie d'intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les tributs doivent s'affronter jusqu'à la mort. L'unique survivant est déclaré vainqueur. La jeune Katniss, 16 ans, se porte volontaire pour prendre la place de sa jeune sœur dans la compétition. Elle se retrouve face à des adversaires surentraînés qui se sont préparés toute leur vie. Elle a pour seuls atouts son instinct et un mentor, Haymitch Abernathy, qui gagna les Hunger Games il y a des années mais n'est plus désormais qu'une épave alcoolique. Pour espérer pouvoir revenir un jour chez elle, Katniss va devoir, une fois dans l'arène, faire des choix impossibles entre la survie et son humanité, entre la vie et l'amour... 

La critique :

Sur ce blog, nous n'avons pas encore évoqué les adaptations cinématographiques de Twilight mais, n'ayez crainte, ça viendra un jour ou l'autre ! Aujourd'hui, la saga vampirique autrefois préférée des adolescents a cédé sa place à une autre saga, dont l'adaptation du premier tome sur grand écran a été produite et réalisée en 2012. Hunger Games réunit donc Jennifer Lawrence, Joey Hutchinson, Woody Harrelson, Donald Sutherland, Stanley Tucci et le chanteur Lenny Kravitz pour une histoire clairement inspirée par Battle Royale, le film que Kinji Fukasaku, sorti dans les années 90.
Pour rappel, le film japonais se déroulait dans un monde où, pour contrôler la jeunesse de plus en plus turbulente du pays, les dirigeants ont créé un jeu télévisé, dans lequel est sélectionnée chaque année une classe de lycée différente.

Les adolescents se retrouvaient donc, à leurs insu, équipés d'un collier explosif attaché autour du cou et contraints de s'entretuer (pour le premier film) ou d'aller faire la guerre sur une île (pour le second Battle Royale). Dans la version américaine qui nous est offerte aujourd'hui, le monde est donc devenu un état dictatorial après que la jeunesse se soit révoltée. Dans la république de Panem (anciennement l'Amérique), le pays est maintenant divisé en district où vivent des gens pauvres. 
Chaque année, le gouvernement met en place un jeu télévisé appelé Hunger Games, dans lequel un garçon et une fille de chaque district sont sélectionnés pour combattre et surtout survivre au milieu d'une forêt filmée 24h/24. Pour éviter que Primrose, sa jeune soeur qui vient d'être choisie, aille se faire tuer, Katniss Everdeen prend sa place et se retrouve confrontée à la célébrité avant que le jeu ne la plonge dans une lutte sans merci.

 

9d7b9c44-83d1-11e1-b138-10c9f21beab6-493x328

 

Katniss ne pourra donc compter que sur elle-même ainsi que sur son partenaire, Peeta Mellark, un jeune garçon timide qui manque de confiance en lui. Ils devront notamment affronter le terrible Cato, un jeune homme extrêmement violent qui a subi un entraînement intensif depuis son plus jeune âge. Avec ce film, inutile d'attendre des combats intenses, car le réalisateur semble à l'évidence plus intéressé par des protagonistes en déliquescence face à un jeu barbare et cruel. 
En gros, durant plus de la moitié du métrage, le scénario de Hunger Games se résume à des adolescents qui se font expliquer les rouages de la compétition et du succès ("si tu veux gagner, il faut charmer les sponsors"). L'oeuvre contient donc beaucoup de passages à vide et peu de séquences d'action.

Malgré le jeu habité de Jennifer Lawrence, il n'y a donc pas grand-chose à signaler. A vrai dire, la seule scène à peu près valable est l'attaque d'abeilles génétiquement modifiées et lancées sur des participants du jeu. Ca ne fait donc pas beaucoup sur un peu plus de deux heures de film. Il y avait pourtant matière à faire avec un tel sujet, mais encore fallait-il faire le job correctement. A défaut d'être un vrai navet, Hunger Games reste une cruelle déception. En résumé, le film ne risque pas de l'ombre au Battle Royale, déjà mentionné. Encore une chose pour terminer, je m'en voudrais de ne pas citer les costumes et coiffures atroces, ainsi que les prestations timorées de Woody Harrelson en mentor alcoolique, ainsi que Donald Sutherland en méchant dirigeant. 
Quant à Lenny Kravitz, l'acteur a au moins la bonne idée de ne pas chanter dans le film. Encore une fois, seule la présence de Jennifer Lawrence permet de sauver le long-métrage du naufrage intégral.

Note : 07/20

 

titi Titi