hellraiser le pacte

 

Genre : horreur, gore, épouvante (interdit aux - 12 ans)
Année : 1987

Durée : 1h34

Synopsis : Durant un voyage, Frank Cotton entre en possession d'une boîte maléfique qui le transporte dans un monde imaginaire mais arrivé sur place, des monstrueuses créatures le dévorent. Quelques années plus tard, son frère Larry et son épouse Julia emménagent dans la maison de Frank, sans se douter que l'esprit de ce dernier y rôde encore. Alors qu'une goutte de sang accidentelle tombe sur le sol, le monstre se réveille, et part en quête de chair fraîche

La critique :

A la fois romancier, dramaturge, scénariste de bande dessinée, peintre et cinéaste, Cliver Barker s'est surtout illustré en tant que cacographe. Ses auteurs de prédilection ? William Shakespeare, William Blake et Edgar Allan Poe, entre autres... C'est ainsi que Clive Barker crée et déploie un univers, à la fois foisonnant et exhaustif, inspiré par les fantasmagories cauchemardesques. Les fans du cinéma d'horreur lui reconnaissent trois métrages essentiels, tous s'octroyant le titre de film culte au fil des années, j'ai nommé Hellraiser - Le Pacte (1987), Cabal (1990) et Le Maître des Illusions (1995).
Aujourd'hui, c'est le cas de Hellraiser premier du nom, aussi sorti sous le titre laconique de Le Pacte, qui nous intéresse. Le film est donc l'adaptation d'un roman, The Hellbound Heart, griffonné par les soins de Clive Barker "himself".

Pour la petite anecdote, Clive Barker songeait à intituler cette adaptation horrifique par le titre, pour le moins fantaisiste, de Sadomasochist from beyong the grave - soit "Les sadomasochistes d'outre-tombe - (source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Pacte_(film,_1987), mais Clive Barker abandonne finalement cette petite rodomontade. Le cinéaste se transmute également en scénariste et opte logiquement pour un titre encore plus morbide. Plus qu'un film culte, Hellraiser - Le Pacte va s'adjuger le titre de classique du cinéma horrifique. Non seulement, le film est unanimement plébiscité par les critiques et la presse cinéma, mais le long-métrage se distingue dans plusieurs festivals, notamment en remportant le prix spécial de la peur lors du festival international du film fantastique d'Avoriaz en 1988 et le prix du meilleur film lors du festival de Fantasporto la même année.

20345367

Reste à savoir si Hellraiser - Le Pacte mérite un tel dithyrambe. Réponse dans les lignes à venir... La distribution du long-métrage réunit Andrew Robinson, Clare Higgins, Ashley Laurence, Sean Chapman, Oliver Smith et Doug Bradley. Attention, SPOILERS ! (1) Un homme, Frank Cotton, achète un mystérieux cube sur le marché noir. Lorsqu'il réussit à l'ouvrir, il est visité par les Cénobites, des démons venus de l'enfer. Ces derniers lui infligent les pires supplices avant de le tuer.
Peu de temps après, son frère et son épouse emménagent dans la maison où Frank est mort. Une goutte de sang tombée sur le plancher ramène Frank sous forme de zombie. Frank réussit à convaincre l'épouse de son frère, qui est aussi son amante, de lui amener des victimes car il a besoin de leur sang pour redevenir humain. Bien sûr, les Cénobites ne sont pas très heureux de savoir que Frank leur a échappé (1)...

Premier constat, il est étonnant que Hellraiser - Le Pacte n'ait écopé que d'une interdiction aux moins de 12 ans au moment de sa sortie au cinéma. Clairement, le film n'aurait pas usurpé une interdiction aux moins de 16 ans. Curieux aussi que les censeurs ne se soient pas indignés d'une telle violence et arrogance affichées complaisamment à l'écran. En effet, le long-métrage de Clive Barker ne lésine pas sur la chair fraîche, les séquences de tortures et de tripailles.
Viennent également s'ajouter de longues saynètes sadomasochistes. Ce qui frappe immédiatement à la vision de ce premier chapitre, c'est évidemment sa grande connotation sexuelle. Ainsi, les personnages d'Hellraiser, qu'ils soient démons et humains, se livrent au coït pour satisfaire leur besoin de pouvoir et leurs pulsions les plus archaïques. 

hellraiser-810x600

Preuve en est avec le personnage de Julia Cotton, obnubilée par l'aura démoniaque de Frank, qu'elle est censée abreuver de sang humain. Pour y parvenir, elle doit mutiler, massacrer, écharper... Derrière ces pulsions psychopathiques, se tapissent des pulsions frénétiques et érotomaniaques. Ainsi, le désir (Eros) se retrouve imbriqué dans la pulsion de mort (Thanatos). Des pulsions que les Cénobites comptent bien ourdir et exploiter... In fine, Hellraiser, c'est aussi ce retour à l'Inquisition et surtout à ce Purgatoire capable de se confondre avec notre réalité quotidienne.
Les victimes des Cénobites ne meurent pas d'un simple coup de scalpel. Avant d'exhaler leur dernier soupir, ils doivent subir le courroux de Pinhead, le chef des Cénobites. Mais justement, qui sont ces mystérieuses créatures ? 

En outre, Clive Barker élude la profusion d'informations à l'égard de ces êtres démonologiques. Mais ces monstres lucifériens, qu'ils soient nanties de pics acérés sur le faciès ou encore des formes les plus extravagantes, ne font pas de prisonniers. Pour Pinhead et ses sbires, les êtres humains ne constituent que du menu fretin qu'ils peuvent exploiter pour accomplir leurs vils desseins. A travers ce script, Clive Barker exhorte le spectateur à s'interroger sur la nature humaine.
Finalement, rien ne différencie réellement Frank et sa dulcinée morbide des Cénobites, tout aussi fallacieux et séditieux. Indubitablement, Hellraiser - Le Pacte possède un scénario solide et parfois un peu alambiqué, que Clive Barker se contente de disséminer au fur et à mesure du récit. Le célèbre cacographe parvient à créer une ambiance malfaisante et putride et érige Pinhead comme la nouvelle figure de proue du cinéma d'épouvante.  

hellraiser-4

Les fans exalteront, à raison, les maquillages et les effets du spéciaux du film, toujours aussi impressionnants, même encore aujourd'hui. Et pourtant, Clive Barker doit composer avec un budget anémique, soit à peine un million de dollars (750 mille dollars pour être précis). Mieux, le cinéaste parvient à transcender son sujet et son univers en créant des personnages à la fois mystiques et insaisissables. Encore une fois, les Cénobites ne sont que les oripeaux méphistophéliques des bourreaux de l'Inquisition. Face à la félonie, ces bêtes énigmatiques et démoniaques supplicient, mutilent, torturent et se délectent du sang et de la chair de leurs victimes.
Seule une mystérieuse boîte permet de les vaincre et surtout d'établir la liaison inhérente entre leur monde (celui des ténèbres) et notre époque contemporaine. 
L'air de rien, Hellraiser - Le Pacte a une vraie consonance spirituelle et cosmologique, taraudant le spectateur sur les mystères des ténèbres. Malicieux, Clive Barker transforme son long-métrage en thriller et en huis clos à la fois terrifiant et oppressant. Ce n'est pas un hasard si Hellraiser premier du nom donnera naissance, par la suite, à une franchise erratique en dix épisodes, le dixième opus étant prévu pour 2017, donc cette année.
Bref, un film d'horreur totalement indispensable et incontournable pour tout fan d'horreur qui se respecte !

Note : 16/20

sparklehorse2 Alice In Oliver

(1) Synopsis du film sur : http://www.cinemafantastique.net/Hellraiser-le-pacte.html