boyka undisputed 4

Genre : action, boxe, arts martiaux (interdit aux - 12 ans)
Année : 2017

Durée : 1h35

Synopsis : Après avoir découvert que la femme de l’homme qu’il a accidentellement tué sur le ring est en danger, le combattant Boyka se lance dans une séries de combats

La critique :

Drôle de trajectoire que celle de la saga Un Seul Deviendra Invincible, soit Undisputed dans la langue de Shakespeare. Tout cela commence par une petite série B d'action qui réunit tout de même plusieurs stars du grand écran, notamment Wesley Snipes, Ving Rhames, Peter Falk, Michael Rooker, Wes Studi et Fisher Stevens. Ensuite, c'est un certain Walter Hill qui s'attelle à la tâche, mais le cinéaste n'est plus ce parangon qui a réalisé Les Guerriers de la Nuit en 1979.
Le scénario est pour le moins basique et laconique puisqu'il se résume à des combats et à des paris illégaux organisés dans une prison de haute sécurité américaine. Si Un Seul Deviendra Invincible premier du nom passe relativement inaperçu dans les salles obscures, il obtient à l'inverse un véritable plébiscite par l'intermédiaire de la vidéo.

Un succès suffisant pour justifier la mise en chantier d'une suite, donc Un Seul Deviendra Invincible 2, cette fois-ci sous la férule d'Isaac Florentine. Contre toute attente, ce deuxième opus se révèle largement supérieur à son triste devancier. Visiblement, Isaac Florentine a beaucoup étudié et révisé les films d'arts martiaux asiatiques, tout en s'inspirant des combats diffusés par l'UFC. Si Un Seul Deviendra Invincible 2 met en vedette Michael Jai White, véritable orfèvre en la matière, l'acteur se fait chiper la vedette par un certain Scott Adkins. En l'espace d'une petite dizaine d'années, le comédien s'est peu à peu imposé comme le nouveau parangon du cinéma d'arts martiaux.
Mieux, l'acteur devient l'égérie d'Isaac Florentine et tient le rôle principal dans Un Seul Deviendra Invincible 3

boyka1

Opposé à Marko Zaror, un autre érudit de full contact et de kickboxing, Scott Adkins impressionne derechef par sa vélocité et sa robustesse. Avec ce troisième chapitre qui repose sur le concept du mano à mano (les coups sont réellement portés par les acteurs), la saga Undisputed devient la nouvelle référence dans le cinéma de baston. Après Bruce Lee, Jackie Chan, Jet Li, Donnie Yen ou encore Jean-Claude Van Damme, le cinéma d'arts martiaux tient sa nouvelle star musculeuse et athlétique et elle se nomme Scott Adkins. L'acteur fougueux et intrépide reprend donc son rôle fétiche dans un inévitable quatrième chapitre, justement intitulé Boyka : Undisputed 4, et sorti en 2017.
Cette fois-ci, Isaac Florentine n'assure plus la réalisation et est donc remplacé par un certain Todor Chapkanov qui a surtout officié en tant qu'assistant-réalisateur.

A priori, selon nos sources, Boyka : Undisputed 4 constituerait donc son tout premier long-métrage. En outre, Isaac Florentine se contente seulement de produire cette quatrième aventure et de jeter un regard furtif mais néanmoins avisé. 
Initialement prévue pour septembre 2016, la sortie de Boyka : Undisputed 4 sera maintes et maintes fois repoussée puisque la rentabilité du film est fortement affectée par les téléchargements illégaux (source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_seul_deviendra_invincible_:_Boyka). Finalement, le film sortira directement en vidéo en avril 2017 en France.
Hormis Scott Adkins qui interprète évidemment le boxeur russe Yuri Boyka, la distribution de ce quatrième opus réunit Teodora Duhovnikova, Martyn Ford, Emilien De Falco et Brahim Achabbakhe. Attention, SPOILERS ! 
 

téléchargement

Yuri Boyka tue accidentellement un adversaire lors d'un match de qualification pour un championnat. Apprenant que la veuve de celui-ci est dans la difficulté et sous le joug d'un vil mafioso soviétique, Boyka retourne en Russie pour lui venir en aide. Pour sauver la jeune Alma de la servitude, le boxeur doit enchaîner les victoires contre quatre adversaires impitoyables. Vous l'avez donc compris. Le scénario n'est pas forcément le gros point fort de Boyka : Undisputed 4. Une remarque qui était déjà l'apanage des trois précédents chapitres.
Seule réelle divergence et pas des moindres, ce quatrième volet se démarque des autres épisodes de la franchise puisqu'il ne se déroule pas dans une prison miteuse des Etats-Unis ou quelque part dans un goulag en Russie, mais dans le monde extérieur.

Le film est évidemment la suite d'Un Seul Deviendra Invincible 3 qui voyait justement Yuri Boyka obtenir enfin sa liberté après un combat tumultueux contre un colombien. Un match qui sentait la poudre... Qu'à cela ne tienne. Yuri Boyka a bien l'intention de faire parler ses poings, toujours aussi fulgurants pour l'occasion. Peu loquace, le guerroyeur se complaît néanmoins à déclamer qu'il est le boxeur le plus complet du monde. Mais le guerrier furibond a aussi une âme et un coeur.
Le voici désormais affublé des oripeaux du défenseur de la veuve et de l'orphelin. 
En l'occurrence, ce sera seulement la veuve. Mieux, au fur et à mesure du récit, pour le moins famélique, Yuri Boyka se découvre une âme spirituelle. Heureusement, le combattant retrouve rapidement ses réflexes de naguère en envoyant prestement ses adversaires au tapis.

Boyka-Undisputed-4-Kung-Fu-Kingdom-770x472

Quoi de neuf dans la saga UndisputedRéponse : pas grand-chose même si qu'on retrouve avec plaisir Yuri Boyka, véritable bloc de rage, d'opiniâtreté et de hargne. De surcroît, Todor Chapkanov se contente de psalmodier la recette des deux précédents essais signés par Isaac Florentine, sans néanmoins réitérer les performances flamboyantes de son auguste épigone. La faute revient essentiellement au personnage central du film, donc toujours le même Yuri Boyka, qui continue d'écraser ses assaillants avec beaucoup trop d'aisance et de condescendance.
A tel point que les débats, pour le moins houleux, frisent souvent l'indigence et la caricature. 
A l'image du combat final, qui oppose pourtant un Scott Adkins atrabilaire à un Martyn Ford plus terrifiant que jamais, mais qui se révèle rapidement chimérique. Comme si la formule anônnée par les deux précédents volets montrait enfin tous ses écueils et ses corollaires. Bref, Boyka : Undisputed 4 constitue sans doute le chapitre de trop. En dépit de tous efforts, Scott Adkins ne parvient plus à sauver cette saga de son obsolescence.

Note : 10/20

 

sparklehorse2 Alice In Oliver