bloodsport 2

Genre : arts martiaux, action
Année : 1996

Durée : 1h28

Synopsis : (1) Après que le voleur Alex Cardo est pris en flagrant délit en Asie orientale en train de voler un sabre sacré, il se retrouve emprisonné et battu. Un des gardes, Demon, un militaire particulièrement sadique, le torture à chaque fois qu'il en a l'opportunité car celui-ci semble avoir un problème personnel avec les personnalités américaines. Alex trouve un ami et un mentor dans la prison, Maître Sun, qui lui enseigne un style de combat supérieur appelé "Main de fer". Demon reçoit alors une invitation pour participer à un tournoi qui se nomme le Kumité. Maître Sun et Alex ont besoin de trouver un moyen de laisser Alex y prendre part également. Plus tard, Alex est libéré de prison et promet à Maître Sun, de participer au Kumité et d'empêcher que Demon n'en sorte vainqueur. Sur place à Hong Kong, Alex rencontre Jackson, un habitué du Kumité, qui l'aide à s'inscrire en récupérant une invitation d'un combattant qui ne semble pas suffisamment doué pour ce genre de combat. Mais tout reste à faire, car pendant le tournoi Alex apprend qu'un de ses anciens amis s'est retrouvé en prison et que Demon est prêt à tout pour l'y emmener de nouveau, voire en finir avec lui une bonne fois pour toutes (1).

La critique :

Pour Jean-Claude Van Damme (JCVD), le succès surprise et colossal de Bloodsport, tous les coups sont permis, réalisé par Newt Arnolt en 1988, constitue une étape éminente dans sa carrière cinématographique. Jusqu'ici cantonné dans des rôles subalternes (Karate Tiger, le tigre rouge en 1986 et Rue Barbare en 1984), le comédien d'origine belge campe enfin le haut de l'affiche au cinéma. Dans un premier temps, Bloodsport est exempt d'une sortie dans les salles obscures.
Cependant, le film est carrément encensé et adoubé lors de son exploitation en vidéo. Après plusieurs semaines d'exploitation, Bloodsport est enfin diffusé dans les salles de cinéma. Pour JCVD, c'est une véritable aubaine et surtout une opportunité de démontrer son incroyable prestesse à un public qui, désormais, vénère cet inconnu sorti de nulle part.

Selon le propre aveu de JCVD, l'acteur doit son ticket pour Hollywood grâce à sa célérité et à sa capacité à effectuer le grand écart sur commande. Le producteur israélien Menahem Golan apprécie la gracilité du comédien et lui offre donc le premier rôle pour Bloodsport. Le scénario du film s'inspirerait (vraiment un verbe à guillemeter et à mettre au conditionnel) de la vie de Frank Dux, un champion d'arts martiaux, qui aurait triomphé du tournoi du kumité.
Immédiatement après la sortie du film, JCVD se voit couronné du statut de star. Les producteurs avides et mercantiles lui proposent logiquement de tenir à nouveau le premier rôle dans Bloodsport 2, mais l'acteur décline poliment l'invitation. Par respect pour les fans du premier film, le comédien ne souhaite pas rempiler ni se fourvoyer dans des suites fastidieuses et stériles.

images

Que soit. C'est donc un certain Daniel Bernhardt qui a la lourde tâche de succéder à JCVD. Lui aussi est un spécialiste des arts martiaux qui a débuté sa carrière de comédien en 1994 dans Future War et dans le rôle mineur d'un esclave. On retrouvera Daniel Bernhardt dans Bloodsport 3 (Alan Mehrez, 1997), Bloodsport 4 : The Dark Kumite (Elvis Restaino, 1999), Matrix Reloaded (Andy et Larry Wachowsky, 2003), Hunger Games : l'embrasement (Francis Lawrence, 2013), Les Dossiers Secret du Vatican (Mark Neveldine, 2014), ou encore John Wick (David Leitch, 2014).
A l'origine, le scénario de Bloodsport 2 devait à nouveau se polariser sur la suite des aventures de Frank Dux, bien décidé à remettre sa couronne en jeu. Mais en raison du désistement de JCVD, le script est rectifié à moult reprises.

Hormis Daniel Bernhardt, la distribution du film réunit Daniel Gibb (qui donnait déjà la réplique à JCVD dans le premier chapitre), Pat Morita, Ong Soo Han et James Hong. Cette fois-ci, l'histoire se centre sur un certain Alex Cardo, donc un personnage fictif. Mais ce nouvel expert en arts martiaux partage de nombreuses accointances avec Frank Dux. Lui aussi est déliquescence et en pleine rémission. Heureusement, le combattant aguerri retrouvera le chemin de la paix et de la sérénité sous l'égide d'un grand maître chinois et via un entraînement âpre et difficile.
Attention, SPOILERS ! Après que le voleur Alex Cardo est pris en flagrant délit en Asie orientale en train de voler un sabre sacré, il se retrouve emprisonné et battu. Un des gardes, Demon, un militaire particulièrement sadique, le torture à chaque fois qu'il en a l'opportunité car celui-ci semble avoir un problème personnel avec les personnalités américaines.

hqdefault (1)

Alex trouve un ami et un mentor dans la prison, Maître Sun, qui lui enseigne un style de combat supérieur appelé "Main de fer". Demon reçoit alors une invitation pour participer à un tournoi qui se nomme le Kumité. Maître Sun et Alex ont besoin de trouver un moyen de laisser Alex y prendre part également. Plus tard, Alex est libéré de prison et promet à Maître Sun, de participer au Kumité et d'empêcher que Demon n'en sorte vainqueur. Sur place à Hong Kong, Alex rencontre Jackson, un habitué du Kumité, qui l'aide à s'inscrire en récupérant une invitation d'un combattant qui ne semble pas suffisamment doué pour ce genre de combat. Mais tout reste à faire, car pendant le tournoi Alex apprend qu'un de ses anciens amis s'est retrouvé en prison et que Demon est prêt à tout pour l'y emmener de nouveau, voire en finir avec lui une bonne fois pour toutes.

Pour ce deuxième volet de la saga Bloodsport, changement de réalisateur en la personne d'Alan Mehrez, qui succède ainsi à Newt Arnold. Contrairement au premier opus, Bloodsport 2 ne bénéficiera pas d'une sortie dans les salles obscures et sortira donc directement en vidéo. Toutefois, à l'instar du premier chapitre, lui aussi est plébiscité par les fans du cinéma d'action dans les vidéos-clubs. L'affiche du film mérite par ailleurs qu'on s'y attarde quelque peu puisqu'elle joue de la confusion entre les physiques, visiblement assez similaires, entre JCVD et Daniel Bernhardt.
Pourtant, point de similitude entre les deux interprètes, si ce n'est leur allégeance et leur étonnante dextérité au combat. Certes, Daniel Bernhardt fait le job et campe un Alex Cardo en pleine rédemption. 

i_18618_jar_62101_353x240_e

Ainsi, la première partie de Bloodsport 2 se focalise sur son séjour en prison, sur ses rixes avec Demon, un chiourme aux méthodes rustres et soldatesques, puis sur sa rencontre avec Sun, un maître chinois qui connaît les secrets de la main de fer. Hélas, en dépit de sa bonne volonté, Daniel Bernhardt ne parvient pas à faire oublier la prestance et le charisme d'un JCVD. De surcroît, la réalisation, assez indigente et timorée, ne l'aide pas vraiment à se mettre en valeur.
De facto, difficile de se passionner pour les pérégrinations et les mésaventures d'Alex Cardo. En soi, ce nouveau protagoniste n'est qu'un vulgaire épigone de Frank Dux qui tente laborieusement de le mimer. Même le boss final, le fameux démon, se résume à une sorte d'haltérophile version asiatique, qui se contente d'arborer son imposante musculature lorsqu'il envoie ses adversaires au tapis.

Surtout, on ne retrouve jamais la violence ni la virulence du premier chapitre. Par exemple, que sont devenus ces combats fougueux, sanglants et frénétiques qui étaient l'apanage du premier volet ? Néanmoins, Bloodsport 2 n'a pas de telles velléités et doit se voir, avant tout, comme une série B modeste et impécunieuse. Le film justifie uniquement son visionnage pour sa seconde partie, cette fois-ci uniquement centrée sur le tournoi du kumité.
En revanche, un certain effort a été déployé pour les chorégraphies et les séquences de pugilat. En l'état, Daniel Bernhardt n'a pas à rougir de la comparaison avec JCVD même si son jeu d'acteur reste sérieusement limité. Visiblement, l'acteur ne connaît que deux expressions : les cris de rage et les cris de colère. Vous l'avez donc compris. Bloodsport 2 s'adresse donc aux irréductibles du premier opus. Encore une fois, l'absence de JCVD se fait furieusement sentir.

Note : 10/20

 

sparklehorse2 Alice In Oliver

(1) Synopsis du film sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bloodsport_2