affiche-la-mutante-species-1995-1

Genre : horreur, épouvante, science-fiction (interdit aux - 12 ans)
Année : 1995

Durée : 1h48

Synopsis : Apres avoir lancé un message à travers l'espace sur l'existence de notre espèce, une équipe scientifique reçoit la réponse vingt ans plus tard sous la forme d'un échantillon d'ADN extraterrestre. Sous la direction du docteur Xavier Fitch, les Américains tentent en secret une expérience de fécondation. 

La critique :

Producteur, scénariste et réalisateur, Roger Donaldson démarre sa carrière cinématographique dès 1977 avec Sleeping Dogs, un premier succès qui lui ouvre les portes du cinéma hollywoodien. Le metteur en scène d'origine australienne, exilé en Nouvelle Zélande depuis 1965, part donc s'expatrier chez l'Oncle Sam, pays dans lequel il connaît des fortunes diverses. En 1984, le film Le Bounty lui permet de conquérir le coeur du grand public. Viennent également s'ajouter Cocktail (1988), Cadillac Man (1990), Le Pic de Dante (1997), Burt Munro (2005), Braquage à l'anglaise (2008), ou encore November Man (2014). Les thuriféraires du cinéma bis citeront aussi La Mutante, sorti en 1995, une série B horrifique et science-fictionnelle qui marche dans le sillage et le continuum d'Alien : le huitième passager (Ridley Scott, 1979).

D'ailleurs, la créature polymorphique du film est le résultat de l'imagination fertile de H.R. Giger, qui avait déjà besogné sur le xénomorphe d'Alien : le huitième passager. Pourtant, en réalité, La Mutante n'est pas un nouvel avatar du chef d'oeuvre science-fictionnel de Ridley Scott, mais plutôt une nouvelle séquelle voire même un remake déguisé de La Féline (Jacques Tourneur, 1942) qui, par ailleurs, a aussi connu un remake éponyme en 1982.
A l'instar du film de Jacques Tourneur et de la version réalisée par Paul Shrader, la créature féminine de La Mutante obéit à des instincts pulsionnels et ressent donc la nécessité de copuler pour assurer sa survie et sa future progéniture, tel un animal à la recherche de proies éventuelles. Seule différence et pas des moindres, le monstre protéiforme de La Mutante est de nature belliciste, son but étant d'envahir la Terre et de détruire l'humanité toute entière.

18878488

Il suffit de lire le synopsis du film pour s'en rendre compte. Attention, SPOILERS ! (1) Lorsque Sil, hybride humaine/extraterrestre d'une dizaine d'années s'échappe du lieu où elle était en observation dans les laboratoires du gouvernement américain à Dugway dans l'Utah, le scientifique Xavier Fitch engage un tueur du gouvernement, un médium, une biologiste et un anthropologue pour la trouver. Ils la retrouvent quelques jours plus tard, devenue une jeune femme d'une grande beauté à Los Angeles et mettent au jour avec horreur ses intentions : s'accoupler avec des hommes qui ne se doutent de rien et engendrer ainsi sa progéniture pour détruire l'humanité (1).
Certes, La Mutante fait office de série B onéreuse. Pourtant, le long-métrage de Roger Donaldson peut s'enorgueillir d'un casting de prestige puisqu'il réunit Ben Kingsley, Forest Whitaker, Michael Madsen, Marg Helgenberger, Alfred Molina, Michelle Williams et pour la première fois à l'écran la voluptueuse Natasha Henstridge.

Contre toute attente, cette série B lucrative se soldera par un succès commercial, surtout par l'intermédiaire de la vidéo, engendrant une inévitable tétralogie, avec La Mutante 2 (Peter Medak, 1998), La Mutante 3 (Brad Turner, 2004) et bien sûr, La Mutante 4 (Nick Lyon, 2007). Avant La Mutante premier du nom, Roger Donaldson a principalement officié dans l'action, l'aventure et le genre catastrophe. Le cinéaste n'est donc pas un grand coutumier du registre horrifique.
Par ailleurs, on se demande comment un scénario aussi prosaïque, sorte de maelström (encore une fois) entre La Féline et Alien : le huitième passager (deux longs-métrages déjà précités), a pu attirer un casting aussi pléthorique. En l'état, difficile de répondre tant le long-métrage possède peu d'arguments. 

19394598_fa1_vo

Contre toute attente, Ben Kingsley et ses collègues d'infortune sont en mode cabotinage et se contentent du minimum syndical. Pis, les comédiens se font chiper la vedette par Natasha Henstridge qui incarne la femelle extraterrestre débridée. Non pas que l'actrice soit particulièrement performante, loin de là ! En vérité, la formule ânonnée par La Mutante repose sur une recette stérile et anomique. Faute d'idées, Roger Donaldson se contente donc de dévêtir son extraterrestre aux formes généreuses. Par-là, comprenez que l'extraterrestre n'est pas un alien vorace et hideux, mais une splendide jeune femme aux tendances érotomanes. En gros, l'extraterrestre de service a vraiment, mais vraiment - et j'insiste sur le "vraiment" - des gros nichons ! Qu'à cela ne tienne.
Sous cette silhouette aguichante et vénéneuse, se tapit une créature carnassière et peu avenante.

Gare à ne pas se laisser appâter par la créature ! Un baiser chaste devient donc un baiser mortel, au grand dam de la gente masculine qui prend ici pour son grade. Dès lors, La Mutante adopte son rythme de croisière et se suit avec un ennui poli. Rien de spécialement honteux ni de forcément mémorable dans cette série B dispendieuse, condamnée à écumer durablement les bacs à dvd. En l'occurrence, Roger Donaldson ne parvient jamais (ou trop rarement) à transcender son sujet, il est vrai famélique. De surcroît, on relève ici et là plusieurs saynètes ubuesques et ridicules.
Le cinéaste ne possède pas le talent ni l'érudition d'un Ridley Scott ni d'un Jacques Tourneur. Parmi les rares points réellement positifs du film, on retiendra le design polymorphique et réussi de la créature qui, par ailleurs, n'est pas sans rappeler celui du xénomorphe de la saga Alien
Toujours la même antienne... Pour les fans de ce premier chapitre (mais enfin, qui sont-ils ???), ils retrouveront Natasha Henstridge dans La Mutante 2, toujours en mode nymphomaniaque.
A noter que la "belle" fera une apparition furtive mais néanmoins remarquée dans La Mutante 3. Sinon, c'est tout ? Oui, c'est tout...

Note : 10/20

sparklehorse2 Alice In Oliver

(1) Synopsis du film sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Mutante