evil dead 2013

Genre : horreur, gore, trash (interdit aux - 16 ans)
Année : 2013
Durée : 1h30

Synopsis : Mia a déjà connu pas mal de galères dans sa vie, et elle est décidée à en finir une bonne fois pour toutes avec ses addictions. Pour réussir à se sevrer de tout, elle demande à son frère David, sa petite amie Natalie et deux amis d’enfance, Olivia et Eric, de l’accompagner dans la cabane familiale perdue au fond des bois. Dans la cabane isolée, les jeunes gens découvrent un étrange autel, et surtout un livre très ancien, dont Eric commet l’erreur de lire un passage à haute voix. Les plus épouvantables des forces vont se déchaîner sur eux… 

La critique :

Sam Raimi avait pourtant juré qu'on ne l'y reprendrait pas. Non, il n'y aura pas, il n'y aura jamais d'Evil Dead 4. Dans les années 1980, la trilogie et son héros d'infortune, Ash Williams, ont toisé le haut de l'affiche, remportant un joli pactole à ses producteurs avides et mercantiles. Mais Sam Raimi n'en a cure et ne souhaite pas se fourvoyer dans une franchise ubuesque et lucrative. Toutefois, l'idée d'un nouvel épisode, cette fois-ci alternatif, germe dans l'imagination fertile de son célèbre démiurge. Depuis la trilogie Evil Dead, Sam Raimi a connu la gloire à Hollywood via une autre trilogie, celle consacrée aux aventures et aux pérégrinations de Peter Parker, alias Spider-Man.
Mais le cinéaste et producteur n'a jamais réellement exhumé son passé d'amoureux du cinéma bis. 
Il sait qu'il doit sa notoriété grâce à Evil Dead et à son livre à l'aura comminatoire, le Necronomicon.

Il fait donc appel aux soins et à l'érudition d'un jeune réalisateur uruguayen, Fede Alvarez, pour signer un reboot éponyme d'Evil Dead en 2013. Avant ce projet, le cinéaste fougueux et intrépide ne compte aucun long-métrage à son actif. Que soit. Le metteur en scène sud-américain peut déjà s'enorgueillir de plusieurs courts-métrages, notamment Los Pocillos (2001), El Ultimo Alevare (2003), El Cojonudo (2005) et Ataque de Panico ! (2009).
Aux yeux de Sam Raimi, c'est suffisant pour confier la mise en chantier d'un reboot d'Evil Dead, bientôt auréolé du statut de remake. Parallèlement, Sam Raimi souhaite avoir un regard avisé sur le tournage d'Evil Dead version 2013, toujours avec la collaboration de Bruce Campbell et de Robert G. Tapert, en tant que producteurs. 

Evil Dead 2013 Fede Alvarez

Pour Bruce Campbell, toujours attaché à cette saga qui l'a propulsé au sommet de la notoriété, pas question de reprendre le rôle d'Ash Williams, l'acteur préférant désormais vaquer à d'autres projets. Surtout, ce reboot ou remake ne doit pas se laisser appâter par les financiers d'Hollywood. Ainsi, plus de 750 000 hectolitres de sang (780 000 hectolitres pour être précis... Merci Wikipédia !) sont utilisés au cours du tournage. Bientôt, Evil Dead, sous la houlette de Fede Alvarez, se voit attribué de la couronne du film le plus gore de l'histoire du cinéma horrifique. Une lapalissade.
Premier constat, le métrage est bel et bien exploité dans les salles obscures, mais suscite, à l'inverse, les foudres de la censure, en particulier aux Etats-Unis. De surcroît, Evil Dead (2013) pulvérise le box-office américain malgré une classification "Rated R", ce qui équivaut à une interdiction aux moins de 16 ans avec avertissement chez nous. 

Qui dit nouvelle version, dit aussi de nouveaux acteurs. La distribution du film se compose de Jane Levy, Shiloh Fernandez, Lou Taylor Pucci, Elizabeth Blackmore et Jessica Lucas. Attention, SPOILERS ! Mia a déjà connu pas mal de galères dans sa vie, et elle est décidée à en finir une bonne fois pour toutes avec ses addictions. Pour réussir à se sevrer de tout, elle demande à son frère David, sa petite amie Natalie et deux amis d’enfance, Olivia et Eric, de l’accompagner dans la cabane familiale perdue au fond des bois. Dans la cabane isolée, les jeunes gens découvrent un étrange autel, et surtout un livre très ancien, dont Eric commet l’erreur de lire un passage à haute voix. Les plus épouvantables des forces vont se déchaîner sur eux… Inutile de préciser que ce remake, maquillé en reboot, était particulièrement attendu par les thuriféraires du film originel. 

téléchargement (1)

Reste à savoir si Evil Dead version 2013 remplit (ou non) son office. Réponse dans les lignes à venir... Depuis une quinzaine d'années maintenant, le cinéma hollywoodien nous affuble du retour impromptu de ses anciennes gloires horrifiques de jadis. Que ce soit Massacre à la Tronçonneuse (Marcus Nispel, 2003), La Colline a des Yeux (Alexandre Aja, 2006) ou encore La Dernière Maison sur la Gauche (Dennis Iliadis, 2009), tous connaîtront un relooking, plus ou moins éloquent. Certes, les adulateurs du matériel originel retrouveront les ingrédients qui ont érigé le succès du premier volet réalisé par Sam Raimi en son temps, à savoir cette forêt luciférienne, une malédiction sur fond de sorcellerie, une cabane claustrée au milieu de nulle part, un livre démoniaque qui exhume les cadavres de leurs sépulcres... Mais contrairement à la série B horrifique de jadis, cette nouvelle version d'Evil Dead se voit nanti d'un budget dispendieux pour l'occasion. 

Finis les bouts de ficelle, les décors en carton-pâte ou encore les créatures animées par le biais de la technique de la stop motion ! Evil Dead (2013) sera un remake moderne et Fede Alvarez a bien l'intention de se démarquer de son illustre homologue. Les fans de la première heure sont donc priés de phagocyter cet humour truculent et funambulesque au profit d'un film d'horreur beaucoup plus traditionnel. Par certaines accointances, Evil Dead renoue avec les films gore et érubescents des années 1980. On pense notamment à Lucio Fulci et à ses macchabées de Frayeurs (1980).
Hélas, Fede Alvarez n'est pas Lucio Fulci, tout du moins, pas encore. Certes, le cinéaste uruguayen n'est pas un manchot derrière la caméra et nous gratifie de plusieurs séquences particulièrement rutilantes. Toutefois, peu ou prou de surprises au tableau de bord. 

téléchargement

En dépit de son intitulé, qui fait évidemment référence à une ancienne gloriole horrifique du passé, Evil Dead (2013) reste un film gore de facture conventionnelle. Certes, les esprits les moins aguerris pousseront peut-être quelques tintinnabulations devant ces corps qui se délitent, ces tronçonneuses qui rugissent, ou encore devant ces morts-vivants surgissant d'outre-tombe. A contrario, les amateurs de sensations sanguinolentes risquent d'être sérieusement ébranlés par ce spectacle inerte et stérile. Il suffit de prendre les divers protagonistes pour s'en rendre compte.
A défaut de Bruce Campbell, désormais trop chenu pour affronter les forces lucifériennes, il faudra se contenter de son pendant féminin. Ce féminisme revendiqué n'est pas forcément le problème d'Evil Dead (2013). Le souci concerne surtout l'exploitation de ses personnages.

En outre, il faudra se contenter d'une toxicomane qui tente de se débarrasser de son accoutumance. Bien conscient du maigre potentiel de son casting et par ailleurs de son scénario, Fede Alvarez élude prestement cette direction spinescente pour mieux se polariser sur les inimitiés. En résultent une orgie sanglante et une suite d'agapes et de priapées sans grande conséquence. En vérité, Evil Dead version 2013 n'est pas forcément un mauvais film d'horreur.
Le seul écueil, et pas des moindres, est qu'il se nomme justement Evil Dead. Mais au moins, Fede Alvarez tente de s'approprier et de renouveler la célèbre trilogie horrifique des années 1980 sans pour autant verser dans le fan service. Evidemment, on notera ici et là quelques clins d'oeil furtifs aux séries B agencées par Sam Raimi en son temps. Que soit. En dépit de ses bonnes intentions, ce remake (reboot ?) déçoit.

Note : 10/20

sparklehorse2 Alice In Oliver