from hell

Genre : thriller (interdit aux - 12 ans)
Année : 2001
Durée : 2h03

Synopsis : En 1888, à Londres, dans les rues mal famées du quartier de Whitechapel, un tueur en série, surnommé Jack l'Eventreur, rôde. D'une étonnante précision, ce mystérieux personnage éventre, la nuit tombée, des prostituées. C'est ici qu'entre en scène l'inspecteur Fred Abberline. Cet agent de Scotland Yard comprend rapidement que ces crimes procèdent d'une mise en scène élaborée et supposent un "doigté" d'artiste, un sang-froid à toute épreuve et de solides connaissances en anatomie. Le policier, intuitif et visionnaire, dresse patiemment le profil de ce meurtrier hors normes et parvient à gagner la confiance de Mary Kelly, une jeune prostituée. Celle-ci va l'aider à résoudre cette périlleuse enquête. 

La critique :

Jack l'Eventreur, un nom tristement notoire, mais qui acte la naissance du serial killer, soit ce prédateur et ce chasseur moderne qui défie les tabous, les règles, les lois et les valeurs d'une société régentée par le juridique, l'éthique et la morale. Reste à savoir pourquoi et comment Jack l'Eventreur, dont la véritable identité reste toujours aussi énigmatique et sujette à maintes spéculations, est devenu une figure aussi populaire. Pour plusieurs raisons.
Tout d'abord, le tueur en série s'immisce dans la plèbe et la populace pour occire et supplicier des prostituées anonymes. Les meurtres perpétrés se déroulent donc des endroits éculés et insalubres et concernent essentiellement des jeunes femmes à la fois démunies, peu farouches et reliées au péché de concupiscence. De surcroît, Jack l'Eventreur se nimbe d'une réputation sulfureuse.

Seul un chirurgien ou un esthète du bistouri peut pratiquer et s'enhardir de telles ignominies. A cette succession de meurtres, c'est aussi l'aristocratie britannique qui est soupçonnée des pires outrages. Evidemment, plusieurs enquêtes seront diligentées et de nombreux suspects seront arrêtés. En vain. Pas moyen de débusquer et surtout de démasquer celui qui se cache sous les oripeaux rougeauds de Jack l'Eventreur, même presque 130 ans après les faits.
Encore aujourd'hui, la véritable identité de ce forcené suscite la controverse et les affabulations. En outre, le film From Hell, réalisé par Albert et Allen Hughes en 2001, propose une théorie intéressante sur l'identité de ce serial killer. 
Théorie sur laquelle nous reviendrons ultérieurement. A l'origine, From Hell est l'adaptation d'une bande dessinée d'Alan Moore et d'Eddie Campbell.  

13_FromHell_BD

Pour l'anecdote, Alan Moore, auteur de la B.D. originelle n'a jamais prisé ni affectionné les adaptations cinématographiques concernant ses propres travaux. Par exemple, le cacographe et scénariste chapitrera et gourmandera le film La Ligue des gentlemen extraordinaires (Stephen Norrington, 2003), ainsi que V pour Vendetta (James McTeigue, 2006). Pour Alan Moore, toutes ces adaptations dévoient son oeuvre et suintent le lucre, l'opportunisme et le merchandising.
D'ailleurs, l'auteur fustigera et ostracisera derechef l'adaptation cinématographique de From Hell. Le long-métrage d'Albert et Allen Hughes n'échappe donc pas au courroux et aux furibonderies de l'écrivain. Reste à savoir si From Hell (le film) mérite de tels anathèmes. Réponse dans les lignes à venir... En outre, le métrage rencontrera un succès commercial plutôt mitigé.

Même remarque concernant les critiques et la presse spécialisée, elles aussi pondérées. A contrario, From Hell remporte le prix de la critique lors du festival d'Angoulême en 2001. La distribution du film se compose de Johnny Depp, Heather Graham, Ian Holm, Robbie Coltrane, Ian Richardson, Jason Flemyng, Sophia Miles et Katrin Cartlidge. Plusieurs acteurs seront approchés pour incarner l'inspecteur Fred Abberline, notamment Brad Pitt, Jude Law ou encore Sean Connery.
Corrélativement, Daniel Day-Lewis apparaît alors comme le comédien le plus avisé pour endosser le costume corseté de cet enquêteur hors pair. Mais les frères Hughes lui préfèrent finalement Johnny Depp, qui souhaite s'évader de ces rôles de trublion et/ou de personnage un peu fantasque. 
Attention, SPOILERS ! En 1888, à Londres, dans les rues mal famées du quartier de Whitechapel, un tueur en série, surnommé Jack l'Eventreur, rôde. 

from4

D'une étonnante précision, ce mystérieux personnage éventre, la nuit tombée, des prostituées. C'est ici qu'entre en scène l'inspecteur Fred Abberline. Cet agent de Scotland Yard comprend rapidement que ces crimes procèdent d'une mise en scène élaborée et supposent un "doigté" d'artiste, un sang-froid à toute épreuve et de solides connaissances en anatomie. Le policier, intuitif et visionnaire, dresse patiemment le profil de ce meurtrier hors normes et parvient à gagner la confiance de Mary Kelly, une jeune prostituée. Celle-ci va l'aider à résoudre cette périlleuse enquête.
A fortiori, cette adaptation cinématographique possède de solides arguments dans sa besace. Rappelons qu'à l'origine, la B.D. griffonnée et scénarisée par les soins d'Alan Moore et d'Eddie Campbell, est conçue comme un roman graphique. 

Le matériel originel est régulièrement cité comme un véritable bréviaire par toute une myriade de thuriféraires. Pour ces derniers, une telle transposition cinématographique tient de la chimère, le roman graphique étant jugé inadaptable. A défaut de rivaliser avec la bande dessinée, From Hell (le film) choisit de se polariser sur une thèse iconoclaste. Les forfaitures de Jack l'Eventreur seraient (un verbe à guillemeter et à mettre au conditionnel...) intrinsèquement reliées aux intérêts et surtout aux roueries de la Monarchie victorienne. Des allégations accablantes mais habilement lambinées par la caméra avisée d'Albert et Allen Hughes. Cérémonieux, les deux cinéastes s'attardement doctement sur cette époque troublée. Ainsi, le film se centre méticuleusement sur cette plèbe, ces rues étroites et sordides baignées par la prostitution. Albert et Allen Hughes prennent leur temps pour planter le décor et les différents protagonistes. 

MV5BMTE5NTY5NDI0M15BMl5BanBnXkFtZTYwMTMxNDg2

Mention spéciale pour Johnny Depp dans le rôle de cet inspecteur sourcilleux et flegmatique qui ne tarde pas à faire vaciller ses propres hiérarques. Sans doute trop précautionneux, l'enquêteur se voit privé de ses avantages et de ses prérogatives. Conjointement, le détective s'acoquine et s'énamoure de la belle Mary Kelly (Heather Graham). Mais une telle dilection amoureuse est impossible, surtout en ces temps ensanglantés et pour des raisons essentiellement politiques.
C'est la grande force de cette adaptation cinématographique. Jack l'Eventreur n'est point oublié par les frères Hughes. Pis, le tueur en série obéit à des rouages idéologiques dans lesquels d'étranges associations ou partis claniques et/ou à consonance monarchique sont directement concernés. La trop grande appétence et l'extraordinaire acuité de Fred Abberline doivent être évincées au profit d'une oligarchie intangible.

De facto, Jack l'Eventreur apparaît déjà comme un criminel arborant les premiers relents du psychopathe moderne, celui dont les secrets seraient minutieusement préservés par un pouvoir dominant et autocratique. "Je suis celui par qui le XXe siècle est né" entonne le sociopathe égrillard. Hébété, l'inspecteur Abberline sera sommé de juguler ses ardeurs. Pourtant, le film des frères Hughes n'est pas exempt de tout reproche. A juste titre, les contempteurs clabauderont et maronneront contre une mise en scène un peu trop clinquante et grandiloquente. Heureusement, l'interprétation étincelante de Johnny Depp sauve souvent cette adaptation d'une réalisation parfois indigeste.
Le reste du casting fait le job et les adulateurs relèveront le jeu tout en délicatesse des seconds rôles, notamment l'excellent Robbie Coltrane.

Note : 14.5/20

sparklehorse2 Alice In Oliver