hyper tension 2

Genre : action, inclassable (interdit aux - 12 ans)
Année : 2009
Durée : 1h36

Synopsis : Un parrain de la mafia chinoise a remplacé le coeur de Chev Chelios par une prothèse qu'il doit régulièrement stimuler en s'envoyant des décharges électriques.   

La critique :

Avec Hyper Tension premier du nom en 2006, la collusion formée par Brian Taylor et Mark Neveldine a durablement marqué le cinéma d'action en proposant un véritable feu d'artifice sur fond de jeu vidéo débridé et grandeur nature. Malicieux, les deux collaborateurs requièrent l'érudition de Jason Statham, un action man bien connu du cinéma bis, qui incarne un tueur à gages, Chev Chelios. Le concept du film est aussi laconique que conventionnel. Verona, un gangster, a inoculé un poison mortel dans le corps de Chev Chelios. Pour survivre, le héros en déveine doit perpétuellement se mettre en mouvement et surtout retrouver son ravisseur. Mais sur sa route, Chev devra se colleter et ferrailler contre toute une armada de criminels et de yakuzas sévèrement azimutés.
Contre toute attente, Hyper Tension premier du nom flagorne le grand public dans les salles, à tel point que le succès est même international.

Opportunistes, Brian Taylor et Mark Neveldine se coalisent derechef pour un second chapitre, justement intitulé Hyper Tension 2, soit Crank : High Voltage (dans la langue de Shakespeare), et sorti en 2009. Contrairement à son auguste homologue, Hyper Tension 2 ne déchaîne pas les passions dans les salles obscures et se solde par un bide commercial. A contrario, le long-métrage devient la nouvelle égérie des thuriféraires du cinéma bis pour ses épigrammes et ses hâbleries ; à tel point que cette suite est même répertoriée parmi les nanars pharaoniques sur le site Nanarland (source : http://www.nanarland.com/Chroniques/chronique-hypertension2-hyper-tension-2.html). Reste à savoir si Hyper Tension 2 est aussi funambulesque qu'il en a l'air.
Réponse à venir dans les lignes de cette chronique...

hyper_tension_photo

Cérémonieux, Jason Statham répond doctement à l'appel et rempile pour ce second épisode. Petite piqûre de rappel. Le comédien a débuté sa carrière cinématographique vers la fin des années 1990 dans Arnaques, crimes et botanique (Guy Ritchie, 1998), puis a connu les affres de la notoriété avec la trilogie Le Transporteur, amorcée par le français Louis Leterrier. Avant la sortie d'Hyper Tension 2, Jason Statham a enchaîné les tournages à succès, notamment avec Le Transporteur 3 (Olivier Megaton, 2008), Braquage à l'anglaise (Roger Donaldson, 2008) et Course à la Mort (Paul Anderson, 2008). Au niveau de la distribution de ce second chapitre, viennent également s'agréger Amy Smart (déjà présente dans le premier volet), Dwight Yoakam, Efren Ramirez, Julanne Chidi Hill, Reno Wilson, Keone Young, Corey Haim, Bai Ling, Clifton Collins Jr. et David Carradine.

Attention, SPOILERS ! (1) Chev Chelios chute d'un hélicoptère et s'écrase sur une voiture. Par miracle, il est toujours vivant mais à peine a-t-il ouvert un œil qu'il est kidnappé par des Chinois. Ces derniers l'emmènent dans une clinique afin de prélever la majorité de ses organes. Ils commencent par extraire son cœur qu'ils remplacent par un cœur artificiel alimenté par une petite batterie externe indiquant le niveau de charge. Peu après cette opération, il parvient à s'enfuir et apprend que c'est Johnny Vang qui détient son cœur biologique. Commence alors une course contre la montre car son cœur artificiel, qui doit être régulièrement rechargé en électricité, a une durée de vie limitée (1).
Autant l'annoncer de suite. Personne n'aurait songé, ne serait-ce qu'un instant, que Hyper Tension 2 serait encore plus roturier que son sinistre devancier.

crank-2-high-voltage-soundtrack

Pourtant, Brian Taylor et Mark Neveldine commettent l'exploit d'aller encore plus loin dans l'exubérance et la démesure, à tel point que Hyper Tension 2 ne s'apparente même plus à un film d'action déviant et bourrin, mais comme un long-métrage épars, protéiforme et hybride. De facto, cette suite, d'une stupidité effarante, justifiait bien une chronique dans nos colonnes. Oui, Hyper Tension 2 est bel et bien cet étron-flotteur érigé par le site Nanarland et certaines critiques beaucoup plus dubitatives.
Dans le premier épisode, Chev Chelios était sommé de s'empoigner avec ses ex-employeurs pour se débarrasser d'un poison mortel injecté dans son corps (je renvoie au synopsis...). Que soit. Le tueur à gages opiniâtre parvenait, non sans mal, à se sauver de cette situation périlleuse. Tel est le préambule amphigourique de Hyper Tension 2.

Chev Chelios atterrit alors dare-dare et la tête la première sur un véhicule. Bien que mutilé et sérieusement blessé, l'homme ressort miraculeusement vivant de cette expérience accidentelle. Le voici désormais affublé d'un coeur artificiel qui doit être régulièrement alimenté en électricité, telle une batterie de voiture. Dès lors, Mark Neveldine et Brian Taylor ne reculent devant aucune excentricité, le film sombrant même dans l'érotisme de comptoir via une saynète de coït se déroulant dans un hippodrome en effervescence. Car c'est bien connu... Jason Statham est un maître-étalon satyriasique qui enfourche sa dulcinée dans toutes les positions sexuelles. Nymphomane, sa compagne, Eve Lyndon (Amy Smart), va connaître le point culminant de l'orgasme tout en visionnant les testicules gargantuesques d'un équidé de passage. Hélas, l'entreprise de débauche et de cancrerie massive ne s'arrête pas là...

Crank2_Hypertension2_13

A chaque nouvelle séquence, toujours plus pittoresque, Mark Neveldine et Brian Taylor nous invectivent et nous agonisent d'injures, le film se concluant sur un Chev Chelios largement tuméfié arborant un doigt d'honneur au nez et à la barbe du spectateur médusé. Evidemment, il est parfaitement chimérique de visionner Hyper Tension 2 pour une quelconque forme de malice ou de sagacité, le héros carbonisé passant miraculeusement à travers les balles et les séries de déflagrations ad nauseam. A l'aune de ce second chapitre, on aurait presque de la peine pour David Carradine, ici grimé en vieillard asiatique décrépit. Reste à savoir si Hyper Tension 2 est bel et bien un objet déviant et de crétinerie assumée ou bien une sorte de chef d'oeuvre incompris... 
En l'occurrence, nous aurions tendance à opter pour la première solution ! 
Pis, dans cette frénésie de conflagration volontaire, le film fait même référence au Kaiju Eiga via un affrontement dantesque entre un Jason Statham transformé en Godzilla et un adversaire d'infortune, lui aussi métamorphosé en créature sanguinaire ! Vous l'avez donc compris... Il faudrait sans doute une chronique beaucoup plus vétilleuse pour sonder et décrypter toute la bêtise de ce Hyper Tension 2 !
Donc attention, on ne s'en remet pas facilement...

Côte : Nanar

sparklehorse2 Alice In Oliver

(1) Synopsis du film sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hyper_Tension_2