l'histoire de Trunks

 

Genre : science-fiction, post-apocalyptique, action, animation 
Année : 1993
Durée : 47 minutes

Synopsis : Dans un futur alternatif, Trunks et Son Gohan sont les derniers Saïyens sur Terre. Son Goku a succombé d'une maladie du coeur et tous les autres défenseurs de la Terre ont été exterminés par les cyborgs C-17 et C-18, créations du Dr Gero. Alors que les cyborgs sèment la terreur et le chaos, Son Gohan décide de former Trunks aux arts martiaux pour qu'il l'aide à les détruire. Le jour du combat approche. Seront-ils de taille à les affronter ?             

La critique :

A moins d'être un extraterrestre venu d'un horizon lointain, impossible de ne pas connaître la série d'animation japonaise Dragon Ball Z, qui est aussi la suite de Dragon Ball. Il faudrait sans doute plusieurs articles foisonnants et exhaustifs pour narrer en long, en large et en travers cette série d'animation télévisée. De facto, il est donc inutile de procéder à son exégèse. Mais d'une façon générale, Dragon Ball et Dragon Ball Z se polarisent sur les péripéties de Son Goku et de ses fidèles prosélytes (en gros, Yamcha, Vegeta, C-18, Videl, Son Gohan, Son Goten, Ten Shi Han, Piccolo et Krilin : désolé si j'en oublie !). L'intérêt de Dragon Ball Z repose essentiellement sur la genèse de cette force exponentielle qui se tapit dans l'âme de Son Goku, appelé à revêtir les oripeaux d'un Super Guerrier.
Si cette puissance vertigineuse lui permet de vaincre Freezer sur la planète Namek, elle se révèlera néanmoins insuffisante par la suite, surtout face aux cyborgs, puis contre Cell et Boo.

Son Goku et ses prosélytes devront même fusionner pour terrasser des adversaires hégémoniques et acharnés. Durant les années 1980 et 1990, Dragon Ball Z se solde non seulement par un succès pharaonique sur le continent asiatique, mais s'exporte également dans nos contrées occidentales. La série donne logiquement naissance à quinze films réalisés entre 1989 et 2015, à quatre OAV produits entre 1992 et 2010, puis à trois téléfilms (Dragon Ball Z : Baddack contre Freezer en 1990, Dragon Ball Z : L'histoire de Trunks en 1993 et à Dragon Ball : Episode of Bardock en 2012). Aujourd'hui, c'est le second téléfilm (donc, Dragon Ball Z : L'histoire de Trunks, au cas où vous n'auriez pas compris...) qui fait l'objet d'une chronique dans nos colonnes.
Ce téléfilm est scénarisé par les soins d'Akira Toriyama, le célèbre démiurge du manga originel et de la série d'animation télévisée. 

2945145573_1_3

En outre, L'Histoire de Trunks est réalisée par un certain Yoshihiro Aeda, par ailleurs inconnu au bataillon. A l'origine, L'Histoire de Trunks est aussi l'adaptation d'un manga spin-off de Dragon BallThe Trunks Story - A Lone Warrior, (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dragon_Ball_Z_:_L%27Histoire_de_Trunks). Certes, sur la forme, L'histoire de Trunks n'est pas vraiment un OAV, mais il fait partie de ces films subalternes les plus prisés par les thuriféraires de la série animée, notamment par sa violence et son âpreté brute de décoffrage. A ce sujet, il est curieux que ce "manga animé" n'ait pas écopé d'une interdiction aux moins de 12 ans. En sus, L'Histoire de Trunks peut être affiliée à la "section des cyborgs" dans Dragon Ball Z, une partie qui voit poindre l'arrivée de Trunks, le fils de Vegeta, parmi Son Goku et les siens. Venu du futur grâce à une machine à remonter le temps, le jeune éphèbe prévient et avertit ses subordonnés.

Dans quelques années, le Docteur Gero va créer deux redoutables cyborgs, C-16 et C-17. Leur arrivée sera synonyme d'extinction de l'humanité, rien que ça ! Vegeta, Krilin, Ten Shi Han, Piccolo et Yamcha seront anéantis par ces nouvelles créatures, à priori invulnérables. Quant à Son Goku, le super guerrier périra d'une grave maladie cardiaque et ne pourra donc pas se colleter avec les deux androïdes. L'Histoire de Trunks repose donc sur la même dialectique eschatologique.
Attention, SPOILERS ! Dans un futur alternatif, Trunks et Son Gohan sont les derniers Saïyens sur Terre. Son Goku a succombé d'une maladie du coeur et tous les autres défenseurs de la Terre ont été exterminés par les cyborgs C-17 et C-18, créations du Dr Gero. Alors que les cyborgs sèment la terreur et le chaos, Son Gohan décide de former Trunks aux arts martiaux pour qu'il l'aide à les détruire.

Trunk05

Le jour du combat approche. Seront-ils de taille à les affronter ? Attention, ce qui va suivre révèle les détails scénaristiques de l'histoire ! Son Gohan meurt au combat. Ivre de vengeance, Trunks continue de s'entraîner, mais subit à son tour une cuisante défaite contre les cyborgs. Désappointé, le jeune homme peut néanmoins compter sur l'érudition de sa matriarche, Bulma, qui confectionne une machine à remonter le temps ; ce qui permettrait de sauver Son Goku d'un sort funeste et de débarrasser la Terre des redoutables cyborgs. A l'aune de cette exégèse, on comprend mieux pourquoi L'Histoire de Trunks a autant déchaîné les passions chez les adulateurs de Dragon Ball Z.
Certes, par le passé, Son Goku et ses ouailles ont toujours triomphé de leurs adversaires. Certes, certains périront au cours de périlleux combats, mais pour mieux ressusciter par la suite.

La grande force de L'Histoire de Trunks repose sur l'anéantissement, puis la mort impromptue de son héros principal. Par ailleurs, le préambule de ce téléfilm (OAV...) débute par cette scansion péremptoire : "Son Goku s'en était allé...". Dès lors, Dragon Ball Z n'a plus de raison d'exister. C'est sans doute pour cette raison qu'Akira Toriyama massacre sans barguigner les héros de la série. Même le rogue Vegeta est promptement éliminé des inimitiés. Cette fois-ci, nos héros d'infortune, qui se comptent seulement sur les deux doigts atrophiés de la main (soit Trunks et Son Gohan), ne peuvent plus escompter sur une divinité nécromancienne pour vaincre et terrasser les androïdes.
Le Très Haut, le dragon thaumaturgique, les boules de cristal et les haricots magiques sont donc évincés du programme au profit d'une époque futuriste et délabrée par deux robots invincibles.

6270

L'Histoire de Trunks est sans doute le téléfilm (l'OAV... encore une fois...) le plus sombre, le plus violent et le plus nihiliste de toute la série consacrée à Dragon Ball Z. Pour le reste, cet épisode alternatif repose sur un scénario des plus conventionnels. Il permet néanmoins de découvrir et d'apprécier un héros subsidiaire en la personne de Trunks, le fils de Bulma et de Vegeta. Le jeune jouvenceau n'a jamais connu son paternel. Bien décidé à anéantir les cyborgs, il est formé par Son Gohan pour s'aguerrir au combat. Peine perdue. Malgré son sabre et sa pugnacité, Trunks devra panser ses blessures suite à une rixe avec les deux androïdes. Après la mort de Son Gohan, tout espoir semble perdu... ou presque... Désormais nanti du rôle de sauveur messianique, Trunks peut retourner vers le passé pour avertir Son Goku et ses amis d'une menace imminente. Vous l'avez donc compris.
L'histoire de Trunks est un téléfilm animé (OAV...) déroutant, ne serait-ce que pour son épilogue final, très éloigné des rodomontades et des goguenardises habituelles. 

Note : 14/20

sparklehorse2 Alice In Oliver