A travers ses chroniques pléthoriques, Cinéma Choc doit parfois se colleter avec certains longs-métrages victimes d'une réputation un peu trop flatteuse, voire d'un véritable désappointement lros du générique final. Il était donc temps de procéder à une rétrospective de tous ces films trash, de science-fiction, fantastiques, expérimentaux, ou autres qui ont largement décontenancé les auteurs du blog.

 

133613

Alien Covenant (Ridley Scott, 2017) : Ridley Scott, le cinéaste démiurgique du premier opus, revient à la barre et à la rescousse pour sauver une franchise à la recherche d'un second souffle. Retour manqué !

amityville the awakening

Amityville - The Awakening (Franck Khalfoun, 2017) : la saga Amityville est de retour après plusieurs années de purgatoire et de silence. L'épopée américaine du français Franck Khalfoun sera de courte durée pour un ixième épisode de piètre qualité.

blair witch

Blair Witch (Adam Wingard, 2016) : le retour d'une ancienne gloire de naguère pour une séquelle, une suite (?) formatée et aseptisée.

Blair_Witch_2_Le_Livre_des_ombres

Blair Witch 2 - Le Livre des Ombres (Joe Berlinger, 2000) : une suite amphigourique et digressive qui tente de se démarque de son illustre homologue, la subtilité et la sagacité en moins.

captivity0707

Captivity (Roland Joffé, 2007) : le suicide artistique de Roland Joffé, le réalisateur de Mission et de La déchirure...

Chappie_New_Official_International_Poster_JPosters

Chappie (Neill Blomkamp, 2015) : Après District 9, le réalisateur Neill Blomkamp apparaît comme le nouveau chantre de la science-fiction. Après Elysium, le cinéaste revient avec Chappie, un humanoïde épris de rap et de culture cyberpunk. 

the-cloverfield-paradox-photo-affiche-1012496

The Cloverfield Paradox (Julius Onah, 2018) : On n'attendait pas forcément grand-chose de cette production estampillée Netflix, mais pas à un tel marasme cinématographique.

Exitus_interruptus

Exitus Interruptus (Andreas Bethmann, 2006) : le porno gore à la sauce Andreas Bethmann. Croyez-nous sur parole, vous pouvez aisément passer votre chemin...

Face_a_la_mort_3

Faces Of Death 3 (John Alan Schwartz, 1985) : Un troisième chapitre racoleur et mercantiliste. Après un premier épisode culte et sérénissime aux yeux des amateurs du cinéma underground, la saga avait déjà montré quelques signes d'apathie dans Faces of Death 2. Cette fois-ci, la sénescence est avalisée !

grave encounters 2

Grave Encounters 2 (John Poliquin, 2012) : après un premier chapitre qui avait surpris unanimement les thuriféraires de l'épouvante, les producteurs commettent l'impudence de financer une suite, aussi insignifiante qu'anecdotique.

The_Green_Elephant

The Green Elephant (Svetlana Baskova, 1999) : Souvent proclamé, voire adoubé comme le film le plus trash et le plus éprouvant jamais réalisé, le long-métrage de Svetlana Baskova n'est qu'un pétard mouillé, qui retrouve néanmoins quelques luminescences lors de sa conclusion finale en apothéose.

devil doctor woman

Guinea Pig - Devil Woman Doctor (Hajime Tabe, 1986) : sans aucun doute le volet le plus ubuesque de la franchise. A force de verser dans la gaudriole, ce nouveau chapitre finit par perdre son audimat en cours de route.

hazard jack

Hazard Jack (David Worth, 2014) : d'accord, on retrouve David Worth derrière la caméra et cela ne présageait rien de bon... Pourtant, l'affiche du film promet un carnage dans les règles. Résultat, on se retrouve derrière un film érotique mâtiné de slasher. On s'est fait avoir !

Hellraiser_III

Hellraiser 3 (Anthony Hickox, 1992) : après deux premiers chapitres extrêmement prometteurs, la saga s'enlise hélas définitivement dans les affres de la désuétude. Impression corroborée par les volets consécutifs.

highlander le retour

Highlander, le retour (Russell Mulcahy, 1991) : après un premier épisode en apothéose, Russell Mulcahy commet l'irréparable et suite une suite indigne de son auguste devancier.

the-human-centipede 3

The Human Centipede 3 - Final Sequence (Tom Six, 2015) : Ou lorsqu'une trilogie est victime des affabulations de son propre démiurge... Après un second chapitre putassier, Tom Six corrobore toute la vacuité et l'inanité de son entreprise.

'Jeepers_Creepers_3'_theatrical_release_poster

Jeepers Creepers 3 (Victor Salva, 2017) : Victor Salva avait pour aspérité de signer son grand retour dans le cinéma horrifique après des années de calvaire. Gravissime erreur ! Jeepers Creepers 3 dénote avant tout par sa modicité.

leatherface

Leatherface (Julien Maury et Alexandre Bustillo, 2017) : deux frenchies se retrouvent à la réalisation d'un film d'horreur américain et à la poursuite de l'ombre évanescente de Massacre à la Tronçonneuse. Peine perdue !

mandy 2018

Mandy (Panos Cosmatos, 2018) : On nous vend un film psychédélique, trash et ésotérique pour aboutir à une série B éparse et in fine victime de son propre concept.

Martyrs 2016

Martyrs (Kevin et Michael Goetz, 2016) : le remake USA du film éponyme de Pascal Laugier, une nouvelle version faisandée qui n'aurait jamais dû voir le jour...

TheTexasChainsawMassacreTheNextGeneration-PosterArt_CR

Massacre à la Tronçonneuse - La nouvelle génération (Kim Henkel, 1994) : le pire volet de la série. Que dire de plus ?

massacre camp d'été 2

Massacre au camp d'été 2 (Michael A. Simpson, 1988) : Pour tout fan de films d'horreur, le premier Massacre au camp d'été constitue un slasher indispensable. Hélas, on n'en dira pas autant de cette suite sporadique !

116067584_o

Meatball Machine (Yudai Yamaguchi, 2005) : une sorte de mauvais épigone de Tetsuo... Sinon, c'est tout ? Oui, c'est tout...

paranormal activity 2

Paranormal Activity 2 (Tod Williams, 2010) : après un premier volet très surestimé, la saga est de retour via un second chapitre encore plus anomique. Pour celui ou celle qui décèlerait la moindre trace d'un spectre ou d'un fantôme, qu'il me téléphone de toute urgence !

1653790_291381407677790_1282806193_n

Perseveration (Adam Sotelo, 2012) : encore un film trash victime d'une réputation galvaudée. Si le gore et la barbaque sont bel et bien au rendez-vous, le long-métrage constitue une sacrée désillusion, surtout à l'aune de nombreux commentaires un peu trop extatiques.

a-poughkeepsie-szalagok-2007-online_1

The Poughkeepsie Tapes (John Erick Dowdle, 2009) : encore un film d'horreur à la réputation sulfureuse, mais hélas trahi par un scénario abscons et surtout l'absence de toute effusion sanguinolente.

rec 4 apocalypse

Rec 4 - Apocalypse (Jaume Balaguero, 2014) : un quatrième chapitre qui se doit de conclure une franchise en apothéose. Hélas, à l'instar de Rec 3 - Genesis, ce quatrième méfait se solde par une rebuffade artistique.

Rocky_5_grande

Rocky 5 (John G. Avildsen, 1990) : Sylvester Stallone est en pleine dérive artistique et décide d'exhumer son personnage le plus célèbre via un cinquième chapitre fantasque et surtout digressif, le plus mauvais de la franchise.

Sadisticum_2008

Sadisticum (Sebastian Radtke, 2008) : lorsque le cinéma trash allemand dérive vers un bordel sans nom et le navet avarié, cela donne Sadisticum.

slaughter

Slaughter Disc (David Quitmeyer, 2005) : un long-métrage prétendument underground issu de la collection Uncut Movies et à éviter de toute urgence, sauf si vous avez envie de bâiller...

star-wars-episode-i-la-menace-fantome-affiche-4f4b763801e07

Star Wars, épisode 1 : La Menace Fantôme (George Lucas, 1999) : un premier épisode qui devait logiquement signer l'avènement d'une nouvelle trilogie. Hélas, cette genèse est victime de ses effets spéciaux hideux et de sa litanie d'écrans verts. Une sacrée gabegie...

X Men 3

X-Men : l'affrontement final (Brett Ratner, 2003) : après deux premiers chapitres probes et recommandables, la saga se poursuit sous l'égide de Brett Ratner, un véritable tâcheron. Cette déconvenue laissera des traces indélébiles sur cette franchise de qualité erratique.

you're next

You're Next (Adam Wingard, 2013) : on nous promet un home invasion révolutionnaire, on a finalement un home invasion lambda au dénouement idiot et capillotracté.