child of rage 1990

Genre : documentaire, shockumentary (pas d'interdiction mentionnée, mais...)
Année : 1990
Durée : 27 minutes

Synopsis : (1) En 1990, Un documentaire intitulé Child of Rage (enfant de la rage) a été diffusé par la chaîne HBO dans sa série "America Undercover". Ce troublant documentaire révèle comment une petite fille de six ans, Beth Thomas, torturait des animaux et violentait sexuellement son petit frère Jonathan. Il s'agit d'une compilation d'enregistrements vidéo que le Docteur Ken Magid, un psychologue clinicien spécialisé dans le traitement des enfants sévèrement abusés, a réalisé lors des séances de thérapie avec la petite Beth. Ces enfants ont été tellement traumatisés dans leurs premiers mois ou premières années de leur vie, qu'ils ne développent aucun lien avec les autres enfants ou adultes. Ce sont des enfants qui ne peuvent pas aimer ni accepter de recevoir de l'amour. Ils n'ont pas conscience qu'ils peuvent blesser ou même tuer sans remords (1).

 

La critique :

Au cours de ses divers chroniques, Cinéma Choc a déjà abordé plusieurs films tabous, abordant sans fard certains sujets spinescents qui provoquent régulièrement la polémique dans la presse et les médias sociaux. Mais rarement, le blog ne s'aventure sur le sujet épineux de la pédophilie. Selon le site Wikipédia (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9dophilie), "La pédophilie est une paraphilie caractérisée par l'attirance sexuelle persistante d'un adulte ou d'un adolescent envers les enfants (habituellement prépubères ou au début de leur puberté).
Cette attraction doit par ailleurs être associée à une souffrance cliniquement significative ou à une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d'autres domaines importants
. Une personne ayant un trouble de la préférence sexuelle envers les enfants est décrite comme étant « pédophile ».

Dans le cinéma, certains documentaires et longs-métrages se sont déjà aventurés sur ce sujet déviant. On pourrait, entre autres, stipuler les films tels que Silenced (Hwang Dong-hyuk, 2011), Doute (John Patrick Chanley, 2008), Broken (Rufus Norris, 2012), Carne (Gaspar Noé, 1992), Mysterious Skin (Gregg Araki, 2004), Festen (Thomas Vinterberg, 1998), Mystic River (Clint Eastwood, 2003), ou encore Little Children (Todd Field, 2007) parmi les métrages notables et éventuellement notoires. Parmi les documentaires les plus "populaires" (si j'ose dire...), on pourrait également mentionner Les réseaux de l'horreur (Stan Maillaud, 2009), Outreau - L'autre Vérité (Serge Garde, 2013), ou encore Pédophilie - De la pulsion à l'interdit (Xavier Deleu, 2011).
A l'heure actuelle, les psychiatres et les experts les plus chevronnés n'ont toujours pas d'explication rationnelle sur l'origine d'un tel trouble.

 

hqdefault

 

Il semblerait que la genèse se situe dans une non-résolution du conflit oedipien (si l'on se réfère à la psychanalyse et donc à la théorie freudienne). Pour d'autres, il faut se polariser à la fois sur l'enfance et la période juvénile de l'auteur pour discerner une certaine immaturité et surtout un individu exposé soit à des gestes incestueux (dont il est lui-même victime), soit comme étant le spectateur de pratiques sexuelles interdites, et qu'il réitère une fois adulte ou adolescent. Mais d'une façon générale, la pédophilie fait partie de la catégorie des perversions.
Aux yeux du pédophile, surtout lorsqu'il réédite ses abominables forfaitures, la victime n'est qu'un objet destiné à assouvir sa pulsion. On peut alors légitimement invoquer la figure psychopathique. Ponctuellement, hélas, la question de la pédophilie revient dans les journaux et les réseaux sociaux.

Comment faut-il traiter des individus pédophiles qui récidivent ? Evidemment, une telle question revient à poser - derechef - le sujet de la peine de mort... Mais ceci est un autre débat... Aujourd'hui, via le documentaire intitulé Child of Rage - A Story of Abuse, sorti en 1990, Cinéma Choc vous convie à ergoter et à ratiociner sur le sujet de la pédophilie, un thème que ce court-métrage de 27 minutes (à peine) expose sous nos yeux éberlués. Child of Rage est un pur produit télévisuel, diffusé sur la chaîne américaine HBO. On ne décèle donc aucun metteur en scène derrière ce documentaire. Toujours est-il que sa diffusion a généré des émules puisqu'un téléfilm éponyme sera réalisé par la diligence de Larry Peerce en 1992. Ce feuilleton retrace l'histoire de Beth Thomas et de son frère, victimes de gestes malencontreux de leur parentèle, en particulier de leur propre patriarche.

images

Telle est, par ailleurs, l'exégèse de Child of Rage - A Story of Abuse. Attention, SPOILERS ! (1) En 1990, Un documentaire intitulé Child of Rage (enfant de la rage) a été diffusé par la chaîne HBO dans sa série "America Undercover". Ce troublant documentaire révèle comment une petite fille de six ans, Beth Thomas, torturait des animaux et violentait sexuellement son petit frère Jonathan. Il s'agit d'une compilation d'enregistrements vidéo que le Docteur Ken Magid, un psychologue clinicien spécialisé dans le traitement des enfants sévèrement abusés, a réalisé lors des séances de thérapie avec la petite Beth. Ces enfants ont été tellement traumatisés dans leurs premiers mois ou premières années de leur vie, qu'ils ne développent aucun lien avec les autres enfants ou adultes.
Ce sont des enfants qui ne peuvent pas aimer ni accepter de recevoir de l'amour. Ils n'ont pas conscience qu'ils peuvent blesser ou même tuer sans remords (1).

Pour l'anecdote superfétatoire, Child of Rage n'est auréolé d'aucune réprobation. Pourtant, un tel documentaire aurait sans doute mérité une interdiction aux moins de 16 ans. Autant l'annoncer sans ambages. Sur la forme comme sur le fond, Child of Rage - A Story of Abuse révolte autant par ce qu'il montre, autant que par ce qu'il dénonce. Impossible de rester de marbre devant ce documentaire sans doute un peu trop dilatoire. Child of Rage repose presque essentiellement sur des enregistrements de séances entre Beth Thomas et un psychologue. Placée dans une famille d'accueil en compagnie de son frère, Beth ne tarde pas à montrer des signes inquiétants.
Non seulement, elle assaille et torture des animaux, mais elle reproduit certains gestes incestueux sur son propre frangin (je renvoie au synopsis).

Devant les commentaires de la fillette, difficile de ne pas songer à une future psychopathe tant cette dernière semble détachée des ignominies qu'elle prolifère. Mais à l'aune des horreurs qu'elle a pu subir, faut-il la condamner et y voir déjà une future psychopathe en herbe ? Pour mieux cerner de tels troubles, se caractérisant - entre autres - par un manque d'empathie et d'une absence d'attachement, il faut sans doute se polariser sur la genèse et l'anamnèse des ignominies subies. Or, Child of Rage élude de s'aventurer sur ce chemin escarpé. A fortiori, la fillette infortunée est interrogée par un seul et unique professionnel, en particulier un psychologue.
Evidemment, de telles impudicités auraient sans doute nécessité l'avis et le diagnostic de plu
sieurs professionnels.

téléchargement

Autrement dit, le cas de la pédophilie requiert l'érudition d'une équipe pluridisciplinaire et d'experts aguerris. En sus, la fillette se montre curieusement prolixe. On peut alors légitimement s'interroger sur l'objectivité de tels entretiens, ce qui pose de facto les questions de la validité, de la congruence et de confidentialité justement inhérentes à ce genre de pratique professionnelle. Sur ce dernier point, Child of Rage n'élude pas l'écueil de la complaisance ni du sensationnel pour ameuter un public forcément effarouché lorsque l'on invoque le sujet de la pédophilie et/ou de la pédocriminalité. In fine, le documentaire se montre plutôt parcimonieux lorsqu'il évoque - toujours succinctement - l'aspect thérapeutique de la victime. Si on se réfère au documentaire, ce serait uniquement l'amour qui expliquerait l'assainissement, voire la disparition des troubles psychopathologiques.
Une chimère... 
Vous l'avez donc supputé, voire même subodoré. Si Child of Rage n'est pas un documentaire inintéressant, loin de là... Un tel sujet aurait mérité de plus amples explicitations, ainsi qu'un bien meilleur étayage. Ma note finale fera donc preuve de pondération et de circonspection.

Note : ?/20

(1) Synopsis du documentaire sur : https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/child-of-rage-enfant-de-la-rage-49102

sparklehorse2 Alice In Oliver