La_Mutante_2

Genre : Horreur, épouvante, science-fiction (interdit aux - 12 ans)
Année : 1998
Durée : 1h33

Synopsis : L'astronaute Patrick Ross a été le premier homme à se poser sur Mars. Mais Patrick et ses coéquipiers ont ramené à leur insu de la planète rouge un germe mortel, ultime vestige d'une race de monstres au pouvoir destructeur infini. Quelques jours après son retour triomphal sur Terre, Patrick séduit et engrosse indistinctement plusieurs dizaines de femmes dont on retrouve les corps sauvagement éventrés. Le colonel Burgess, du Pentagone, demande alors à une spécialiste des extraterrestres de se servir de sa jeune protégée, Eve, clonée à partir de la mutante Sil.  

La critique :

Le cinéma de science-fiction a toujours prisé et encensé l'invasion extraterrestre, qu'elle soit explicite ou insidieuse. Au tout début de sa carrière, Steven Spielberg imagine des êtres affables, amènes, pacifistes et anthropomorphes. Impression corroborée par Rencontres du Troisième Type (1977) et E.T. L'Extra-Terrestre (1982). Mais le réalisateur thaumaturgique sera marqué à tout jamais par les attentats terroristes du 11 septembre 2001. Désormais, le monde entier ne scrutera plus les cieux de la même manière. Nos chers aliens ne sont plus des êtres avenants et croquignolets, mais des entités nanties d'intentions spécieuses et belliqueuses. 
Steven Spielberg adoptera un point de vue antagoniste avec La Guerre des Mondes (2005), un remake éponyme d'un vieux film de science-fiction de 1953.

Dixit les propres aveux de "Spielby" lui-même, l'auteur métronome s'est toujours passionné pour les vieux films de science-fiction des années 1950. Durant cette même décennie, l'invasion extraterrestre est corrélée avec les relents nucléaires de la Guerre Froide, ainsi qu'avec cette peur indicible de la bombe atomique. Sur le fond, les aliens bellicistes préfigurent cette menace rougeoyante et communiste. Certains témoignages sont formels et dogmatiques : des OVNIS (objets volants non identifiés) ont été aperçus dans la mystérieuse zone 51. Des films tels que Le jour où la Terre s'arrêta (Robert Wise, 1951), La chose d'un autre monde (Christian Nyby, 1952), Les survivants de l'infini (Jack Arnold et Joseph M. Newman, 1955), ou encore Les envahisseurs de la planète rouge (William Cameron Menzies, 1953) sont autant de longs-métrages iniques, partiaux et propagandistes. 

042120_ph1

Pourtant, toutes ces séries B subalternes vont inspirer toute une pléthore d'épigones, d'avatars et de remakes d'une qualité erratique. C'est par exemple le cas de La Chose d'un autre Monde qui fera l'objet d'une nouvelle version, The Thing (John Carpenter, 1982), quelques décennies plus tard. En sus, ces productions voluptuaires relatent, bon gré mal gré, cette impression malaisante et anxiogène qui exhale de la société occidentale après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Et puis, il y a le cas de La Mutante, soit Species dans l'idiome de Shakespeare, et cornaqué par les soins de Roger Donaldson en 1995. Certes, ce premier essai ne s'était pas spécialement illustré par son éloquence. Pour souvenance, La Mutante s'agençait sur un scénario idiot, à savoir une femme alien qui butine et s'acoquine avec des mâles humains afin d'enfanter et d'assurer la pérennité de son espèce.

A long terme, c'est évidemment l'Humanité qui risque d'être évincée et de disparaître sous l'impérium d'extraterrestres lubriques. Nonobstant son concept pour le moins farfelu, La Mutante a suffisamment rapporté de capitaux et de pécune pour se transmuter en une franchise mercantilise. Ainsi, La Mutante 2 (Peter Medak, 1998), La Mutante 3 (Brad Turner, 2004) et La Mutante 4 (Nick Lyon, 2004) seront diligentées dans la foulée. Heureusement, les producteurs opportunistes nous ont au moins épargnés un cinquième opus putatif ! Pour souvenance, La Mutante premier du nom n'avait pas spécialement laissé de réminiscences impérissables dans les coursives de Cinéma Choc (Source : http://cinemachoc.canalblog.com/archives/2017/10/14/35497777.html), loin de là... Aujourd'hui, c'est le cas de La Mutante 2 qui fait l'objet d'une chronique dans nos colonnes.

20266035

 

En outre, Peter Medak est chargé de suppléer Roger Donaldson derrière la caméra. A la fois producteur et réalisateur hongrois, Peter Medak a essentiellement officié dans le sérail télévisuel. On lui doit plusieurs épisodes de Cosmos 1999 (1977), Amicalement Vôtre (1972), Les Professionnels (1978), Le retour du Saint (1978), Pour l'amour du risque (1982), Magnum (1985), ou encore New York - Unité Spéciale (2005). Pour le cinéma, il supervise également plusieurs longs-métrages, notamment Dieu et mon droit (1972), L'enfant du Diable (1980), La Grande Zorro (1981), La voix humaine (1990), Les frères Kays (1990), L'âge de vivre (1991) et Romeo Is Bleeding (1993). Inutile de préciser que Peter Medak ne fait pas vraiment partie des parangons du noble Septième Art.
Toutefois, le metteur en scène reste un honnête artisan, tout du moins dans la réalisation de séries télévisées.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on n'attendait pas grand-chose - ou alors peu ou prou - de La Mutante 2A l'instar de son sinistre antécesseur, cette suite se solde par des critiques unanimement sarcastiques. Certains fustigateurs répertorient directement La Mutante 2 parmi les nanars faisandés. Reste à savoir si ce second chapitre mérite - ou non - de telles acrimonies. Réponse à venir dans les lignes éparses de cette chronique... La distribution du film se compose de Michael Madsen, Marg Helgenberger, Mykelti Williamson, Justin Lazard, Natasha Henstridge, George Dzundza, James Cromwell, Sarah Wynter, Peter Boyle et Myriam Cyr.
Attention, SPOILERS ! (1) Au cours d'une mission sur Mars, l'astronaute Patrick Ross est infecté par de l'ADN extraterrestre

unnamed

De retour sur Terre, il commence à se transformer en une entité extraterrestre effrayante ayant une seule idée en tête : s'accoupler avec des humaines et coloniser le monde avec sa progéniture semi-extraterrestre. Cependant Ève, une autre entité mi-extraterrestre mi-humaine, issue d'un clonage et gardée prisonnière dans un laboratoire, prend conscience de la présence de ce mâle mutant. Leur connexion psychique réveille l'instinct sexuel d'Ève, bridé par le Docteur Laura Baker. Elle s'échappe pour retrouver Patrick et s'accoupler avec lui. Mais Laura Baker et Preston Lennox se sont mis sur leurs trousses avec l'aide de l'un des collègues astronautes de Patrick, Dennis Gamble (1).
A tort, on croyait ingénument que le premier volet était insurpassable en termes d'insanités concentrées sur pellicule.

Mais au moins, le premier chapitre pouvait s'enhardir d'une mise en scène plutôt soyeuse (enfin correcte...) et de comédiens (plus ou moins) solennels. Peter Medak commet l'exploit de réaliser une suite encore plus indigente que son piètre devancier. Pourtant, sur la forme, La Mutante 2 fait office de série B dispendieuse, mais hélas condamnée à atterrir dare-dare dans les bacs à vidéo. Certes, le long-métrage connaîtra une exploitation élusive dans les salles obscures, avant de dépérir subrepticement dans les oubliettes. Certes, La Mutante 2 se montre beaucoup plus magnanime en termes de protubérances (donc de séquences "nichons"). Malencontreusement, cette série ininterrompue de stupres et d'hémoglobine finit lestement par estourbir à force de verser dans la surenchère et la complaisance. On aimerait en rire, on aimerait s'esclaffer devant ce nanar opulent.
Et oui, finalement, à l'aune de toutes ces belligérances calamiteuses, on finit par se gausser devant les multiples impérities du film. Seul bémol et pas des moindres, on a presque de la peine pour le pauvre Michael Madsen. Le comédien dépité a de bonnes raisons d'être amer. Il peut légitimement se demander comment il a pu atterrir dans une telle galère. A sa décharge, le reste du casting ne fait pas beaucoup mieux, in fine à l'instar de la belle et anecdotique Natasha Henstridge, aussi belle qu'inexpressive (c'est dire à quel point l'actrice est inexpressive !). Bref, La Mutante 2 n'a pas usurpé son statut de nanar frelaté. 

 

Côte : Nanar

(1) Synopsis du film sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Mutante_2

sparklehorse2 Alice In Oliver