the-walking-dead-s9

Genre : horreur, gore (interdit aux - 16 ans)
Année : 2019
Durée : 16 épisodes (durée variable, entre 45 et 55 minutes selon les épisodes)

Synopsis : (1) Un an et demi après la terrible guerre qui a opposé l'Alliance menée par Rick et les Sauveurs menés par Negan, la vie semble s'être apaisée et un semblant de civilisation commence à renaître grâce aux travaux de Rick. Mais la cohabitation avec les Sauveurs reste remplie de tensions et certains ont du mal à s'y habituer. Tandis que les tensions grandissent de plus en plus, personne n'aperçoit le véritable danger qui se profile à leur insu et qui va changer l'installation de leur « nouvelle vie ». Menés par Alpha et Beta, les « Chuchoteurs » approchent (1).    

La critique :

Depuis sa toute première saison, la série The Walking Dead, amorcée par les soins de Frank Darabont à l'orée des années 2010, a conquis son public panégyrique en se polarisant sur les relations qui pouvaient se tisser ou se déliter entre divers protagonistes en déveine, et obligés de s'escarper à cause de l'invasion imminente de zombies décrépits. Bon gré mal gré, ces derniers revêtaient les oripeaux déguenillés de catalyseurs d'une Humanité condamnée à guerroyer, ou éventuellement à pactiser pour connaître des jours un peu plus pérennes. 
Il faut le reconnaître et même l'avouer. Au fil des saisons et des épisodes, on s'était pris d'affection pour Rick Grimes, son fils (Karl) et sa petite congrégation de mercenaires. Hélas, plusieurs protagonistes prédominants périront dans de savants complots fomentés par des barbares aux visages humains.

Parfois, ils seront happés, assaillis et dévorés par des morts-vivants carnassiers, exhalant leur dernier soupir dans l'effroi, la solitude et la terreur. Après toutes ces épreuves, Rick Grimes fait donc office de miraculé. Mais un tel prodige a un prix. Au cours de ces pérégrinations, l'ex-flic aventureux verra son épouse enfanter puis dépérir, inexorablement. Rick et sa bande connaîtront même un bref instant de paix et de sérénité en trouvant refuge dans une prison abandonnée. Hélas, pour survivre et triompher, ils devront déjouer les roueries d'un gouverneur obséquieux et fallacieux.
Ils reprendront pourtant espoir en songeant à ce nouvel espoir, nommé le "Terminus", une ultime étape synonyme (à fortiori) de béatitude. Mais après de nouvelles mésaventures et plusieurs guerres interminables, ils tomberont sur les Sauveurs, un groupe de mercenaires diligenté par Negan, un tortionnaire qui lamine avec sa batte plusieurs personnages éminents sous les yeux ébaubis de Rick et de ses fidèles subordonnés.

7798322736_la-saison-10-de-the-walking-dead-debutera-le-10-octobre-2019-sur-ocs

 

En résumé, telle est l'exégèse particulièrement lapidaire (je le reconnais) des six premières saisons de The Walking Dead. A priori, dès la saison 7, la série télévisée devait s'agencer sur de nouvelles rhétoriques martiales. Or, depuis la fin de la saison 6, les thuriféraires de The Walking Dead avaient déjà notifié une sérieuse baisse de régime via toute une pléthore de longueurs fastidieuses. En outre, la série s'éternisait parfois... souvent... allègrement sur des menus détails et/ou sur de vulgaires quidams. On pensait alors ingénument que cette période de vaches maigres serait laconique et prestement oblitérée par des scénaristes avisés et bien conscients de certaines facondes narratives. 
Hélas, la saison 7, particulièrement lénifiante, corroborera cet état de dysboulie généralisée. Pourtant, la série pouvait s'enhardir d'un nouveau grand méchant, donc Negan, nanti d'une personnalité captieuse et acrimonieuse.

Le chef autocratique a instauré la Terreur et la dictature auprès de différentes factions humaines. L'asservissement ou la mort. Tel est le régime imposé par le leader hiératique. Contre toute attente, la série oubliait - volontairement ou non - ses morts-vivants claudicants au profit de carences scénaristiques, hélas ostentatoires. Au grand dam des producteurs, cette léthargie assourdissante a provoqué la fuite massive de ses plus fervents laudateurs. Les chutes d'audience ont promptement alerté les chaînes de diffusion américaines. En l'espace d'une seule saison, The Walking Dead avait donc perdu sa splendeur de naguère. Certes, par d'habiles subterfuges, les cacographes de la série concluaient la saison 7 sur un effroyable suspense, une façon comme une autre de fidéliser un audimat en sévère déperdition depuis quelques temps. Que soit.

téléchargement

 

Avec la saison 8, l'objectif était donc de renouer avec cet esprit d'antan. Mais ces nouvelles belligérances ne passionnent plus personne ou presque. Inutile alors de préciser que l'on n'attendait plus grand-chose - ou alors peu ou prou - de la saison 9. Par ailleurs, cette nouvelle segmentation se soldera derechef par des audiences calamiteuses. Maigre consolation, The Walking Dead - Saison 9 reçoit des critiques plutôt dithyrambiques dans l'ensemble, nonobstant quelques pointes de circonspection. Reste à savoir si cette neuvième saison retrouve - ou non - cette effervescence de jadis. Réponse à venir dans les lignes éparses de cette chronique... 
Niveau casting, peu ou prou de surprises puisque l'on retrouve les acteurs habitués de la série, notamment Andrew Lincoln, Norman Reedus, Lauren Cohan, Danai Gurira, Melissa McBride, Seth Gilliam, Alanna Masterson, Josh McDermitt, Christian Serratos, Ross Marquand et Jeffrey Dean Morgan.

Viennent également s'additionner, dans des rôles subsidiaires, Cailey Fleming, Cooper Andrews, Nadia Hilker, Eleanor Matsuura et Lauren Ridloff. Attention, SPOILERS ! (1) Après un phénomène d'origine virale qui a subitement transformé la majeure partie de la population mondiale en « rôdeurs » ou morts-vivants, un groupe d'Américains guidé par Rick Grimes, ancien adjoint de shérif d'un comté de Géorgie, tente de survivre. Un an et demi après la terrible guerre qui a opposé l'Alliance menée par Rick et les Sauveurs menés par Negan, la vie semble s'être apaisée et un semblant de civilisation commence à renaître grâce aux travaux de Rick. Mais la cohabitation avec les Sauveurs reste remplie de tensions et certains ont du mal à s'y habituer. Tandis que les tensions grandissent de plus en plus, personne n'aperçoit le véritable danger qui se profile à leur insu et qui va changer l'installation de leur « nouvelle vie ». Menés par Alpha et Beta, les « Chuchoteurs » approchent (1)

the-walking-dead-episode-902-daryl-reedus-935_0

 

Pas de changement ou presque... Dans la série The Walking Dead. Indubitablement, la série est toujours en état de sénescence et cherche (désespérément) un second souffle. Dans cette neuvième saison, les scénaristes prendront le temps (trop le temps sans doute...) pour introduire le nouveau "bad guy" de service. Ce dernier est une femme et se nomme Alpha. Il faudra (pas moins) de neuf ou dix épisodes pour voir cette guerroyeuse transparaître... Et de façon furtive... Auparavant, la série est toujours victime de ses sempiternelles facondes. Autant l'annoncer sans ambages. On se gausse impérieusement des questionnements et des tergiversations de Rick, un héros en déveine qui cherche à ériger un nouveau monde. On comprend mieux pourquoi les scénaristes décident de l'évincer subrepticement des écrans-radars tant le héros paraît éreinté, presque phagocyté.

Indiscutablement, ce personnage d'infortune n'est plus ce héros flamboyant de naguère, finalement à l'instar de la série, également en déliquescence. Curieusement, c'est au moment où Rick Grimes s'évapore que cette saison 9 s'éveille, avec néanmoins les mêmes travers habituels. Les nouveaux protagonistes font (au mieux) office de menu fretin. Sur ces entrefaites, The Walking Dead - Saison 9 s'enchevêtre toujours sur la même dialectique. Lorsqu'apparaissent quelques onces d'espoir et de luminosité, cette bribe d'expectance est immédiatement minorée par une nouvelle commination rédhibitoire. En sus, on stipule toujours quelques impérities au niveau de l'écriture.
On se demande en quoi le groupe régenté par Alpha (les Chuchoteurs) représente réellement une menace. Mais qu'importe. Lors de son ultime segmentation (en résumé, les cinq derniers épisodes), The Walking Dead retrouve partiellement cette tonitruance de naguère, celle que la série avait perdu depuis (au moins) la sixième saison. Si cette saison 9 s'achemine sur le commencement d'un nouveau monde, espérons que la dixième saison s'achemine à son tour sur une nouvelle série... Une nouvelle éclosion.

 

Note : 10.5/20

Synopsis de la série TV sur  : https://fr.wikipedia.org/wiki/Saison_9_de_The_Walking_Dead

sparklehorse2 Alice In Oliver